• Publié dans A la une

Centrafrique: Porteurs d'espoir

Le film documentaire Sìrìrì, du réalisateur franco-suisse Manuel von Stürler, donne à voir l’engagement commun d’un imam et d’un cardinal pour promouvoir la paix dans une République centrafricaine déchirée par un conflit «faussement religieux».

En savoir plus...

A lire dans l'Echo de cette semaine:

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



A lire encore dans l'Echo de cette semaine

Reportage Liban: On ne se projette plus vers l’avenir
Entre pénuries d’essence, de médicaments et d’électricité, certains Libanais s’organisent pour combattre la faim et le désespoir. Ecoeurés par une classe politique incapable de gouverner, oubliés par une presse internationale prompte à commémorer les grands drames – l’explosion du 4 août 2020 dans le port de Beyrouth – mais se désintéressant le reste du temps du pays des cèdres, nombre d’habitants choisissent l’exil.
Reportage Liban: On ne se projette plus vers l’avenir
Entre pénuries d’essence, de médicaments et d’électricité, certains Libanais s’organisent pour combattre la faim et le désespoir. Ecoeurés par une classe politique incapable de gouverner, oubliés par une presse internationale prompte à commémorer les grands drames – l’explosion du 4 août 2020 dans le port de Beyrouth – mais se désintéressant le reste du temps du pays des cèdres, nombre d’habitants choisissent l’exil.
Reportage Liban: On ne se projette plus vers l’avenir
Entre pénuries d’essence, de médicaments et d’électricité, certains Libanais s’organisent pour combattre la faim et le désespoir. Ecoeurés par une classe politique incapable de gouverner, oubliés par une presse internationale prompte à commémorer les grands drames – l’explosion du 4 août 2020 dans le port de Beyrouth – mais se désintéressant le reste du temps du pays des cèdres, nombre d’habitants choisissent l’exil.
Reportage Liban: On ne se projette plus vers l’avenir
Entre pénuries d’essence, de médicaments et d’électricité, certains Libanais s’organisent pour combattre la faim et le désespoir. Ecoeurés par une classe politique incapable de gouverner, oubliés par une presse internationale prompte à commémorer les grands drames – l’explosion du 4 août 2020 dans le port de Beyrouth – mais se désintéressant le reste du temps du pays des cèdres, nombre d’habitants choisissent l’exil.
Reportage Liban: On ne se projette plus vers l’avenir
Entre pénuries d’essence, de médicaments et d’électricité, certains Libanais s’organisent pour combattre la faim et le désespoir. Ecoeurés par une classe politique incapable de gouverner, oubliés par une presse internationale prompte à commémorer les grands drames – l’explosion du 4 août 2020 dans le port de Beyrouth – mais se désintéressant le reste du temps du pays des cèdres, nombre d’habitants choisissent l’exil.
Reportage Liban: On ne se projette plus vers l’avenir
Entre pénuries d’essence, de médicaments et d’électricité, certains Libanais s’organisent pour combattre la faim et le désespoir. Ecoeurés par une classe politique incapable de gouverner, oubliés par une presse internationale prompte à commémorer les grands drames – l’explosion du 4 août 2020 dans le port de Beyrouth – mais se désintéressant le reste du temps du pays des cèdres, nombre d’habitants choisissent l’exil.
Reportage Liban: On ne se projette plus vers l’avenir
Entre pénuries d’essence, de médicaments et d’électricité, certains Libanais s’organisent pour combattre la faim et le désespoir. Ecoeurés par une classe politique incapable de gouverner, oubliés par une presse internationale prompte à commémorer les grands drames – l’explosion du 4 août 2020 dans le port de Beyrouth – mais se désintéressant le reste du temps du pays des cèdres, nombre d’habitants choisissent l’exil.