Religion: La parole aux pauvres Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Religion
  • La une du premier numéro de L’Osservatore di Strada. La une du premier numéro de L’Osservatore di Strada.

    Un nouveau mensuel de L’Osservatore Romano, L’Osservatore di Strada, est publié en version papier et en ligne le premier dimanche du mois et distribué lors de l’angélus près de la place Saint-Pierre. Un journal qui redonne la parole aux pauvres.

    L’Osservatore di Strada est produit par le dicastère pour la communication du Saint-Siège avec les plus pauvres pour leur redonner la parole. Le premier dimanche du mois, à l’occasion de l’angélus sur la place Saint-Pierre, le mensuel à prix libre sera distribué par des sans-abri hébergés au Palazzo Migliori ainsi que des bénévoles – le Palazzo Migliori est la structure confiée par le dicastère pour le service de la charité à la Communauté de Sant’Egidio pour donner un toit aux pauvres.

    Dans ces pages, les pauvres, les blessés de la vie et les exclus auront la parole; leurs expériences, leurs connaissances et les valeurs dont ils sont dépositaires y seront à l’honneur. Cette initiative s’inscrit dans la ligne du pontificat de François, désireux de rejoindre les périphéries.

    Un journal avec les pauvres

    L’Osservatore di Strada est un journal fait avec les pauvres, donnant à ceux qui ont un talent pour l’écriture ou le dessin, une histoire à raconter ou une opinion à exprimer, une chance de s’exprimer. Il peut, au besoin, faire appel à des intellectuels et à des personnalités du monde de la culture qui mettront leur art à disposition pour réaliser une contribution fruit d’une relation directe.

    Le magazine compte douze pages. En couverture, un éditorial introduit le thème du mois, développé dans l’article «à quatre mains et deux cœurs» aux pages suivantes. Pour le premier numéro, consacré au thème «La rue», l’article porte les signatures de Mimmo, un sans-abri du centre historique de Rome, et de l’écrivain Daniele Mencarelli. Un espace est consacré chaque mois à la voix des migrants, qui pourront raconter leur histoire et leurs espérances.

    Dans les pages centrales, la réflexion sur le thème du numéro est menée par le pape François à travers une vaste anthologie de ses paroles et de ses gestes. Cette page est suivie d’une page consacrée au bénévolat avec, en juillet-août, des récits relatant la relation entre le bon Samaritain et le mourant sur la route de Jéricho. Deux pages sont ensuite consacrées aux «chants des périphéries», un recueil d’histoires, de réflexions, de poèmes et de dessins réalisés par des personnes aidées par des associations et des groupes confessionnels ou rencontrées dans la rue. Un article présente l’expérience d’autres journaux de rue publiés en Italie et dans le monde. Enfin, le lecteur trouve «l’autre couverture» avec deux lectures, l’une à caractère spirituel, l’autre humoristique, du thème du numéro. Pour le premier numéro, les auteurs sont le cardinal Enrico Feroci et l’artiste de rue romain Maupal (Mauro Pallotta).

    Au service de la charité

    «Journal de l’amitié sociale et de la fraternité», L’Osservatore di Strada se veut aussi un instrument de communion et de collaboration entre ceux qui se mettent au service de la charité. Il est soutenu par diverses associations oeuvrant dans le monde de la charité et plusieurs personnes dont le cardinal Konrad Krajewski, aumônier apostolique du Saint-Siège, le cardinal Enrico Feroci et l’évêque auxiliaire de Rome pour la charité, Mgr Benoni Ambarus. Le mensuel compte sur la générosité de bienfaiteurs, dont les dons permettront de couvrir les frais d’impression, ainsi que d’amis et de professionnels qui mettront gratuitement leur temps et leurs talents à disposition de la rédaction.

    Articles en relation


    L’expérience de la vie communautaire

    Une colocation entre jeunes actifs et personnes autrefois à la rue: c’est l’initiative originale concrétisée il y a plus de dix ans par l’association Lazare. Elle a inauguré fin mai une nouvelle maison à Genève.


    La foi perd le signal

    Les émissions spirituelles se font rares partout. Faut pas croire disparaîtra de la RTS en fin d’année après la rediffusion d’anciens épisodes. A Bienne, Paraboliques et TélEglise rendent aussi l’antenne.


    Sans religion, impossible de comprendre le monde

    Le fait religieux a-t-il encore la place qu’il mérite dans la presse généraliste romande? Oui, à en croire les journalistes spécialisés, qui craignent néanmoins que l’espace dédié à cette question rétrécisse. Avec le risque que la religion se réduise à l’extrémisme islamique ou au scandale des abus sexuels.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Son vrai visage

    20-09-2022

    Son vrai visage

    «Ce n’est pas nous qui résolvons les problèmes, mais les personnes elles-mêmes.» Cette conviction, partagée par Jean-Claude Huot, aumônier, anime les acteurs de la Pastorale œcuménique du monde du travail...

    Monde du travail: besoin d’écoute

    20-09-2022

    Monde du travail: besoin d’écoute

    «Les personnes qui viennent me voir ont besoin d’écoute et de temps. Dans le dialogue, je les aide à prendre conscience de leur valeur et à trouver les réponses elles-mêmes.»...

    Un nouvel ordre mondial?

    20-09-2022

    Un nouvel ordre mondial?

    Moscou, Pékin et les six autres membres de l’Organisation de coopération du groupe de Shanghai ont montré leur union face à l’Occident les 15 et 16 septembre lors d’une rencontre...

    Nos lacs pour chauffer nos bâtiments

    20-09-2022

    Nos lacs pour chauffer nos bâtiments

    L’urgence climatique stimule le développement de l’hydrothermie. A Genève, le réseau GeniLac, l’un des plus grands au monde, irriguera des centaines de bâtiments en froid et en chaleur. Car les...

    30 ans de vins bio

    20-09-2022

    30 ans de vins bio

    Parmi les pionniers suisses de la vigne bio, le domaine des Coccinelles a ouvert la voie dans le canton de Neuchâtel en 1992. Pierre Lambert, qui a repris le flambeau...

    Un siècle d’art suisse

    20-09-2022

    Un siècle d’art suisse

    Le Kunstmuseum de Soleure accueille la collection du Seelandais Gerhard Saner, vouée à l’art moderne et contemporain suisse. De Ferdinand Hodler à Max Bill, cet accrochage diversifié offre bien des...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!





    Echo Magazine © Tous droits réservés