Jésus et le Père Noël

Noël, une fête commerciale avec un arrière-plan religieux? Noël, une fête commerciale avec un arrière-plan religieux?

Noël, qui mêle religion, famille et consommation, est loin d’être une fête comme les autres. Comment concilier ses différents aspects, qui peuvent paraître contradictoires? Et comment expliquer la coexistence de l’Enfant Jésus et du bonhomme vêtu de rouge?

45A EM51Noël est une fête incontournable en Suisse même pour les familles non chrétiennes. Que ce soit à travers les décorations extérieures, les réclames publicitaires, les amis ou en classe, cette tradition se glisse un peu partout durant le mois décembre. Assurément, l’événement a pris une dimension plus sociale que religieuse. La montée de l’athéisme explique ce phénomène, mais aussi le multiculturalisme de la société et la laïcisation des écoles. Pour les enfants, le Père Noël est désormais une figure omniprésente. Et le mot cadeau est répété à l’envi. Le succès de ce personnage et l’attente des joujoux s’expliquent-ils uniquement par des raisons mercantiles? Le sociologue Robin Jolissaint, assistant du professeur François Gauthier au Département des sciences des religions de l’Université de Fribourg, apporte un peu de lumière à cette frénésie en révélant les dessous de cette fête syncrétique qui mêle christianisme, athéisme et croyances plus anciennes.

Même s’ils sont chrétiens et qu’ils aiment honorer Jésus, les enfants se réjouissent surtout des cadeaux qu’ils vont recevoir. Noël est-il devenu avant tout une fête commerciale?

Robert Jolissaint: – Non, Noël est surtout vécu comme une fête familiale. C’est l’occasion de se retrouver en communauté, que ce soit pour des raisons religieuses ou non. Car je pense que beaucoup de familles fêtent Noël sans insister sur son origine chrétienne. Quant aux cadeaux, ils ont un vrai rôle à jouer: ils contribuent à renforcer le lien social.

Noël, qui tire son nom du latin natalis dies, jour de naissance, est la fête du renouveau. On comprend que la Nativité inaugure une nouvelle ère. Mais le Père Noël – qui n’est jamais représenté en même temps que Jésus, comme s’il incarnait un événement différent –, qu’apporte-t-il de nouveau?

– Dans les anciennes sociétés rurales, on pratiquait des rites qui montrent l’abondance pour favoriser de bonnes récoltes à venir. En particulier en hiver, durant la période du solstice. Cela signifiait beaucoup gaspiller, beaucoup boire, beaucoup manger. Cette pratique a été conservée aujourd’hui via Noël, où on consomme beaucoup. Le Père Noël, qui donne beaucoup, participe à cette logique. Cela dit, Noël est aussi une fête qui permet de transgresser la routine. Pour réussir à se serrer la ceinture toute l’année, il faut un moment où, à l’inverse, on abuse.

Avec sa hotte sans fond, le Père Noël pousse franchement au consumérisme. En même temps, il découle de saint Nicolas… Quelles valeurs a-t-il gardées de ce saint?

– Du point de vue historique, oui, le Père Noël est rattaché à saint Nicolas. Toutefois, d’un point de vue sociologique, si on regarde la réalité en face, il est surtout le personnage qui donne des cadeaux… Il est aussi bienveillant, prend soin des gens, apporte du réconfort. Et il est magique, ce qui enchante le quotidien des enfants.

Certains ethnologues estiment que le Père Noël est une représentation contemporaine de l’ancestral chaman. La présence croissante de ce vieillard dans les livres pour enfants peut-elle s’expliquer par un besoin ancestral d’avoir une figure qui fait le lien entre le ciel et la terre?

– Oui, certainement. Les sociétés ont toujours eu besoin d’une figure dans laquelle projeter des expériences et des sentiments forts. Le Père Noël est un symbole de la société de consommation, mais aussi de l’enchantement. Le Père Noël recrée du mystère. Même s’il n’est pas sacré du point de vue chrétien, il est pour les enfants une hiérophanie, c’est-à-dire une manifestation du sacré.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


Que dire aux enfants plus grands qui accusent leurs parents de leur avoir menti sur l’existence du Père Noël? Peut-on leur expliquer qu’il est une allégorie de l’amour et du partage et que donc il existe vraiment?

46A EM51– D’un point de vue anthropologique, lorsqu’on donne quelque chose à quelqu’un, on a une ascendance sur lui s’il n’y a pas de contre-don. Pour ne pas en souffrir, on minimise notre geste en disant par exemple: «Ce n’est pas grand-chose». Lorsqu’on offre des cadeaux aux enfants, ce déséquilibre est extrême. Pour les parents, le Père Noël permet d’atténuer cette domination. Pour ce qui est de l’allégorie de l’amour, je ne sais pas. C’est très personnel. De nombreuses familles tentent de limiter les cadeaux pour des raisons écologiques et financières.

Bien que socialement utile, est-ce que cette tradition va perdurer?

– Oui. Depuis les années 1970-1980, l’individu se définit par sa consommation. Chaque objet est porteur de symboles. Mais on peut aussi offrir des cadeaux éthiques!

Noël n’est-il pas devenu une fête qui clôt l’année plus qu’un rite qui annonce la suivante?

– Oui! Dans de nombreux calendriers, il y a des jours intercalaires hors du temps qui permettent le passage à la nouvelle année. Ils comprennent des rites d’entrée et des rites de sortie. Il est intéressant de noter qu’ils ne sont pas intégrés comme tels par la société.

Noël est la plus grande fête de famille de l’année et certainement celle qui suscite le plus de tensions. Que faire si des conflits couvent?

– Noël agit comme un miroir grossissant. Notre société est devenue très rationnelle, favorisant le contrôle, la performance et la réussite au lieu de valoriser le mystère, le sacré, la surprise et la beauté. Or le lien social ne peut pas être calculateur. Pour éviter les tensions, il faudrait réenchanter la société.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Recueilli par Caroline Briner

 

Les symboles expliqués

LE CALENDRIER DE L’AVENT

45B EM51Ce calendrier, avec un petit volet à ouvrir chaque jour de décembre, aurait été inventé au 19e siècle par un pasteur allemand pour ses enfants, inspiré par une autre coutume qui consistait à offrir des images de l’Avent. Les représentations étaient d’abord pieuses, puis des dessins folkloriques ont été ajoutés avant d’être rejoints par des friandises à partir de 1958 et enfin des jouets.

LA CRÈCHE

Si la représentation de la Nativité est fort ancienne, il reviendrait à saint François d’Assise de l’avoir fait sortir des églises en installant vers 1223 une crèche grandeur nature dans une grotte de Greccio, en Italie. Les figurines en bois et en terre cuite apparaissent au 16e siècle et se développent au siècle suivant dans les foyers aisés avant de se généraliser dans les familles catholiques.

LE SAPIN

Décorer et honorer un arbre au solstice d’hiver est un rite païen que certains ethnologues associent à l’Arbre de feu, nom donné à l’arbre touché par la foudre qui permet d’avoir accès au feu, et donc symboliquement à la vie. Adopté par les chrétiens au 7e siècle, l’arbre n’entre dans les foyers qu’à partir du 16e siècle chez les protestants. Il est d’abord agrémenté de pommes – qui deviendront des boules de verre au 19e siècle –, puis de bougies et d’autres symboles de renaissance. Vert tout l’hiver, le sapin porte sur lui la couleur du renouveau.

LA BÛCHE

Traditionnellement fourrée de crème au beurre, la bûche qui clôture le repas de Noël a été inventée en France au 19e siècle peu après l’arrivée des poêles qui ont provoqué la disparition du rite de la bûche. Cette coutume païenne, pratiquée à la fête de Yule, consistait à allumer une bûche en présence de toute la maisonnée. Le bois, qui était arrosé de vin, de sel ou de miel selon l’effet escompté, devait brûler durant trois jours au moins. Les cendres étaient répandues dans les champs pour assurer les récoltes à venir.

CB

 

Des livres pour attendre minuit

Le Père Noël a oublié Noël! d’Erine Savannah et Kabuki (Langue au chat, 2021). Le Père Noël est victime d’un traumatisme crânien et a tout oublié, même Noël! Il refuse de monter dans le traîneau et préfère s’amuser avec les jouets… Ecrite avec beaucoup de poésie et d’humour, cette histoire aborde la question des rites, des responsabilités, de l’entraide et de l’amour.

46B EM51Le Noël de Milton de Haydé (La Joie de Lire, 2020). Milton, le plus facétieux des chats romands, est enfermé dans un chalet et il a faim… Va-t-il s’attaquer au repas de Noël?

Tous les Noëls du monde d’Audrey Guiller et de quinze illustrateurs (Milan, 2021). Ce grand livre propose un tour du monde des Noëls de l’Australie où on pique-nique sur la plage à la Bolivie où on danse devant une immense crèche.

46C EM51Brille, brille nuit de Noël! de Sam Taplin et Roisin Hahessy (Usborne, 2021). La Nativité racontée aux tout-petits avec des lumières qui s’allument à chaque page pour ajouter une pointe de magie!

Le petit livre de Noël de Dominique Foufelle (Papier cadeau, 2021). Avec ses bords dorés et ses illustrations anciennes, ce charmant petit dictionnaire de Noël saura répondre à toutes les questions des parents sur les traditions de cette fête.

CB

 

Articles en relation


Noël au monastère

Comment des religieuses célèbrent-elles Noël? Quel sens revêt cette fête pour elles? Pour le savoir, nous avons rencontré deux moniales dominicaines d’Estavayer-le-Lac (FR), Soeur Isabelle, archiviste, et Soeur Anne-Sophie, prieure. Noël? Nous en avons besoin tous les jours.


Invincible espérance

C’est un Noël en demi-teinte que nous nous apprêtons à vivre, avec une pandémie qui ne nous lâche pas. Noël, fête de famille par excellence, lieu des retrouvailles entre générations, va se voir amputée, cette année encore, des grandes tablées où l’estomac, le coeur et la joie étaient à l’unisson.


Reprise des marchés de Noël

Après une année blanche, la saison des marchés de Noël bat son plein en Suisse romande. Et même si l’obligation de disposer du pass sanitaire pour accéder à certaines zones vient un peu gâcher la fête et accentuer la division, organisateurs et exposants ne boudent pas leur plaisir devant ce que certains qualifient même de «retour à la normale».

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



promotion echo

 

oui aux medias