Fin de la cigarette?

Une initiative déposée en 2019 s’attaque à la publicité pour le tabac en Suisse. Une initiative déposée en 2019 s’attaque à la publicité pour le tabac en Suisse.

La Nouvelle-Zélande veut élever progressivement l’âge légal d’accès au tabac. Cette méthode, censée mettre fin au tabagisme, contraste avec celle de la Suisse, qui cible la publicité.

LA FIN DE LA CIGARETTE?

La Nouvelle-Zélande veut devenir le premier pays à compter moins de 5% de fumeurs (contre 13,5% actuellement). Si l’achat de tabac est aujourd’hui interdit aux moins de 18 ans, cette limite d’âge devrait être relevée dès 2027 d’un an chaque année. Les personnes nées après 2009 pourraient former la première génération qui ne touchera jamais à une cigarette de sa vie, estime le gouvernement néo-zélandais, dirigé par la travailliste Jacinda Ardern. D’autres mesures sont prévues, comme la réduction des doses de nicotine dans les produits contenant du tabac et la limitation des points de vente.

UNE NOUVELLE POLITIQUE?

Cet objectif a été fixé par le gouvernement il y a dix ans. En 1990, l’archipel néo-zélandais avait déjà interdit à l’industrie du tabac de sponsoriser le secteur du sport; et, en 2004, de fumer dans les bars. Aimant rappeler sa position avant-gardiste dans ce combat, le pays des kiwis entend lutter contre un fléau engendrant la mort de 4500 citoyens par an et permettre au système de santé d’économiser 3,4 milliards de francs.

UNE NOUVELLE PROHIBITION?

Salué par plusieurs organismes de santé publique, le plan d’Auckland fait l’objet de critiques pour ses possibles conséquences: expansion du marché noir, faillite de petits commerçants, consommation accrue engendrée par la réduction de la teneur en nicotine. Interviewé par la RTS, Jean-François Etter, professeur de santé publique à l’Université de Genève, met en garde contre une politique «qui a montré dans le domaine des drogues illicites tous les effets négatifs qu’elle peut avoir». Avec le risque de «criminaliser une addiction» et de délaisser la prévention.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


ET EN SUISSE?

Le tabagisme y entraîne chaque année 6500 décès et occasionne des coûts de plus de 3 milliards de francs. Un Suisse sur quatre fume, soit 2 millions de personnes, dont 100’000 adolescents entre 15 et 19 ans. Une initiative veut diminuer leur nombre: le peuple se prononcera le 13 février sur un texte visant à interdire toute forme de publicité pour le tabac susceptible de toucher les jeunes. Alors que cette mesure est déjà en vigueur dans 27 pays de l’Union européenne, 17 cantons suisses l’interdisent sur les affiches et 6 dans les cinémas.

UNE MESURE ADAPTÉE?

Face au plan néo-zélandais, Jean-Félix Savary, secrétaire général du Groupement romand d’études des addictions (GREA), considère qu’«infliger un interdit à un tiers de la population qui a un problème avec ce produit ne correspond pas à notre culture ». En effet, la Suisse en est bien loin avec la loi votée par le Parlement. Elle prévoit l’interdiction de la publicité pour le tabac sur les affiches, au cinéma et sur les terrains de sport uniquement.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



promotion echo

 

oui aux medias