Avent: les messes rorate

Frère Michel Fontaine célèbre la messe Rorate avec ses confrères dominicains. Frère Michel Fontaine célèbre la messe Rorate avec ses confrères dominicains.

Tradition catholique de l’Avent, les messes Rorate sont célébrées avant l’aube à la lueur des bougies. Les dominicains de l’église Saint-Paul à Genève organisent pour les fidèles ces veillées «hors du temps».

Un fin croissant de lune dort encore dans le ciel nocturne. Il est 5h30, l’église Saint-Paul à Cologny (GE) est plongée dans l’obscurité. On entend soudain le crépitement d’une allumette qui vient faire briller une première bougie. Elles ont été déposées par dizaines sur l’autel et autour de lui, puis le long des rangées de bancs jusqu’à l’entrée. Debout depuis 5h, Catherine Meyland prépare ces apaisantes et douces illuminations avec quelques volontaires: «La lumière présente ici symbolise une autre lumière, celle du Christ qui arrive». Membre de la fraternité laïque dominicaine de Genève, elle a déjà participé à de nombreuses messes Rorate. «C’est une période de creux pour laisser place à l’insaisissable», murmuret-elle en allumant la première bougie de la couronne de l’Avent.

CIEUX, RÉPANDEZ VOTRE ROSÉE

«C’est une période de creux pour laisser place à l’insaisissable.»Plongée dans la pénombre, l’église se remplit silencieusement au compte-gouttes: une famille de trois personnes s’installe, un quinquagénaire se recueille les yeux fermés. Organiste titulaire à Saint-Paul, Elisabeth, 27 ans, se prépare en fredonnant la mélodie qu’elle s’apprête à jouer sur un petit orgue installé à droite du choeur. «J’aime beaucoup la lumière et ce format intime. Au Tyrol, mon lieu d’origine, ce type de messes est plus répandu», partage la musicienne.

33B EM49

La messe débute par un chant grégorien a cappella: la voix d’un frère dominicain s’élève dans le silence de la nuit du fond de l’église, signe d’une célébration insolite. Rorate caeli desuper, et nubes pluant justum, entonnent en latin les cinq religieux qui s’avancent vers l’autel. Certains fidèles chantent aussi, qui connaissent le sens de ces paroles tirées d’Isaïe (45,8): «Cieux, répandez d’en haut votre rosée et que les nuées fassent descendre le juste», traduit au début de la célébration Frère Michel Fontaine. «Aujourd’hui, la lumière des bougies trace un chemin jusqu’à l’autel. Une image qui nous invite à suivre le chemin pour arriver jusqu’à Jésus, lui qui vient jusqu’à nous», relève-t-il.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


Les lectures sont celles du jour. Commentant l’évangile de Matthieu, qui raconte la multiplication des pains, le prédicateur invite chacun, comme les disciples, à être «partie prenante de l’action miséricordieuse de Dieu»: «De quelle manière pouvons-nous être des prolongements de Jésus? Arrêtons-nous pour réfléchir à notre propre projet de vie». L’atmosphère feutrée invite à l’intériorité et au recueillement; la pénombre à tourner les regards vers le choeur; ce moment inhabituel de la journée à se laisser surprendre par la nouveauté et à une attention différente. Après la communion, le souffle de l’orgue conclut la célébration matinale d’une quarantaine de minutes.

33C EM49

BIEN COMMENCER LA JOURNÉE

33A EM49La soixantaine de «veilleurs de l’aube » se retrouvent sur le parvis pour un café croissants inhabituel lui aussi, restrictions sanitaires obligent. «Les années précédentes, nous prenions le déjeuner dans la salle sous l’église, en silence, accompagnés de chant grégorien: cela permettait de prolonger le recueillement», raconte Cecilia, fidèle paroissienne et adepte des messes Rorate. «J’attends cette date avec impatience, dit-elle en sirotant son thé chaud. Elle me permet de prendre conscience qu’on entre dans l’Avent.» «L’ambiance est extraordinaire avec les bougies, se réjouit Olivier. C’est motivant de prendre le temps de commencer sa journée par la messe, ça nous met dans une autre dynamique avant d’aller travailler», témoigne-t-il. Au fil des conversations, la lumière du jour grandit, les visages deviennent plus distincts. «Ce qui me plaît, c’est qu’on n’y va pas comme à une autre messe. La veille, on va au lit plus tôt, le matin on sort en silence pour ne pas réveiller les voisins. On se rapproche de Noël, l’Enfant va sortir du ciel pour venir sur terre; et nous, nous sortons dans la nuit pour le prier. Pour moi, c’est une invitation à me lever, à me mettre en marche», confie Florence, qui habite à vingt minutes en voiture.

HORS DU TEMPS

«Les fidèles qui viennent sont très attachés à ce moment hors du temps qui leur permet de s’arrêter, raconte JCG Frère Michel Fontaine. D’habitude, nous accueillons entre 80 et 100 personnes, des enfants également, ce qui est exceptionnel de nos jours pour une messe à 6h du matin!», commente-t-il avec un sourire. Présents à Saint-Paul depuis 1951 – avec une interruption entre 2005 et 2015 –, les dominicains assurent la liturgie des messes Rorate les trois premiers mercredis (ou jeudis selon le calendrier) de l’Avent. Le parvis se vide peu à peu. Le jour n’est pas encore levé. Plusieurs veilleurs ne manqueront pas de revenir ici les 8 et 15 décembre pour continuer leur cheminement vers Noël.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



 

Se préparer autrement

La messe Rorate trouve son origine en Europe centrale. Elle est très répandue en Suisse alémanique. En Suisse romande, plusieurs paroisses proposent ces moments de recueillement à la lueur des bougies. En Valais, les chanoines de l’abbaye de Saint-Maurice célèbrent la messe Rorate avec l’office des laudes à 6h30 les quatre jeudis du temps de l’Avent. A Lausanne, la paroisse Sainte-Thérèse en propose tous les mercredis à la même heure. Dans le canton de Fribourg, on en célèbre par exemple tous les mardis de l’Avent à Notre-Dame de Bourguillon.

PrC

 

Articles en relation


Médias: 80 ans de messes à la radio

Inimaginable lorsque la radio est née, il y a bientôt un siècle, qu’on puisse voir en ce début 2020 tant de messes sur YouTube, Instagram et des sites diocésains ou paroissiaux! La pandémie a mis en évidence un service qui existe depuis des décennies. Rappel historique.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



promotion echo

 

oui aux medias