Tanguy et Laverdure en Suisse

Après Coups de feu dans les Alpes, Le pilote qui en savait trop boucle l’aventure en deux tomes de Tanguy et Laverdure en Suisse. Après Coups de feu dans les Alpes, Le pilote qui en savait trop boucle l’aventure en deux tomes de Tanguy et Laverdure en Suisse.

Second et dernier épisode d’un diptyque helvétique de Tanguy et Laverdure, Le pilote qui en savait trop clôture magnifiquement une histoire que n’aurait pas reniée le grand Alfred Hitchcock.

La couverture du Pilote qui en savait trop est vertigineusement vintage sur le plan graphique. Mais la série créée par Michel Charlier et Albert Uderzo, lancée dans le premier numéro du magazine Pilote en 1959, n’a pas à rougir du dessin du Français Matthieu Durand, fou d’aviation depuis sa plus tendre enfance. Se coulant dans le style de ses illustres prédécesseurs – Jijé, Daniel Chauvin, Patrice Serres, etc. –, il y ajoute sa patte, dynamisant le trait et précisant le détail. Cela nous vaut quelques planches époustouflantes, notamment lors des séquences aériennes. L’histoire se déroule dans la Suisse des années 1960. On est en pleine guerre froide. La Confédération est en négociations pour renouveler ses engins à réaction. Plusieurs pays lui font des offres. Parmi celles-ci, une intéressante proposition de la France: Dassault veut faire livrer un Mirage III biplace à l’essai. Pas besoin de deviner qui sera à bord. Ce sont évidemment ses deux meilleurs éléments! Mais quand Tanguy et Laverdure se posent sur la base d’Emmen, dans le canton de Lucerne, l’accueil est on ne peut plus glacial. Un des pilotes de l’escadron suisse vient juste de disparaître dans l’explosion de son appareil contre une falaise avant de dégringoler dans le lac des Quatre-Cantons.

ROUAGES POLITIQUES SUISSES

Les avions sont dessinés avec une minutie frôlant l’hyperréalisme.Pour Patrice Buendia et Hubert Cunin, les scénaristes de ce diptyque, c’est l’occasion d’introduire quelques-uns des avions mythiques de l’armée helvétique tels le Hunter, le Vampire et le F-84. Ces appareils volants sont dessinés avec une minutie frôlant l’hyperréalisme. Ajoutons à cela les décors majestueux des Alpes et les lieux où se déroule l’action. Tous sont très évocateurs et réussis. Quant aux personnages, Michel Tanguy est toujours aussi séduisant et Ernest Laverdure reste un éternel impulsif. On les connaît depuis six décennies, ce n’est donc pas de ce côté-là que réside la surprise. Elle est plutôt à chercher du côté d’une belle intrigante aussi douée sur ses skis qu’arme à la main. Cette femme va jouer un rôle crucial dans une guerre sournoise qui cache un complot international. Mais pour qui travaille-t-elle? Succombera-t-elle au charme d’un des pilotes tricolores? Que fait-elle au juste à l’opéra de Zurich? Le suspense, extrêmement bien mené, est total! Après Coups de feu dans les Alpes, paru en 2019, Le pilote qui en savait trop s’inscrit parfaitement dans la catégorie des romans d’espionnage typiques de la guerre froide. Ce diptyque sent bon les années 1960. En poursuivant la série «Classic» des deux «chevaliers du ciel» français, il prouve également que les aventures de Tanguy et Laverdure ont encore de beaux jours devant elles.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


Simon Vermot Matthieu Durand (dessin), Patrice Buendia et Hubert Cunin (scénario), Le pilote qui en savait trop (Dargaud/ Zéphyr, 48 pages).

Articles en relation


BD: Cosey prend congé de Jonathan

Avec La piste de Yéshé, Cosey met le point final à Jonathan, sa série emblématique. En quarante-six ans et dix-sept albums, le dessinateur vaudois a instillé dans le neuvième art une exigence graphique et une quête personnelle aiguillonnées par l’amour du Tibet. Entretien conclusif sur les cimes de la BD.


Le coeur de Cosey

A quoi reconnaît-on la valeur d’un engagement, plus encore d’un amour? A la fidélité dans la durée. C’est le cas de Cosey, gloire discrète et attachante de la BD. Depuis plus de quatre décennies, la passion du dessinateur vaudois pour le Tibet n’a pas varié d’un iota. Elle a commencé en 1975 avec les premiers pas de Jonathan. Elle s’achève aujourd’hui avec la dix-septième aventure – avant tout intérieure – de son héros qui n’a pas grand-chose d’héroïque, mais tout d’un de ces pèlerins du 20e siècle: un Européen idéaliste de l’après-1968, un Occidental éternellement jeune qui doute et qui cherche, en quête de sa propre voie spirituelle.


BD: enquêter sous Franco

Madrid, années 1950. Un meurtre aux origines obscures. Deux journalistes investiguent dans le contexte trouble de la dictature franquiste. Un excellent polar de la bédéaste espagnole Teresa Valero!

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



promotion echo

 

oui aux medias