Expo: archéologie d’une croyance

Dieu & Fils. Archéologie d’une croyance. Musée romain de Lausanne-Vidy. Jusqu’au 2 octobre 2022. Dieu & Fils. Archéologie d’une croyance. Musée romain de Lausanne-Vidy. Jusqu’au 2 octobre 2022.

Avec un sérieux teinté d’humour, le Musée romain de Lausanne-Vidy donne un éclairage historique et critique sur les débuts du christianisme avec une exposition intitulée Dieu & Fils. Archéologie d’une croyance.

28B EM47Peu importe qu’on soit chrétien ou non. Qu’on se prénomme Jean ou Sarah, qu’on traverse la place Saint-François à Lausanne, qu’on a congé à la Pentecôte ou à la Fête-Dieu ou que notre passeport arbore une croix, notre héritage judéo-chrétien est omniprésent. C’est une réalité! «On est dedans jusqu’aux oreilles», affirme Laurent Flutsch, directeur du Musée romain de Lausanne-Vidy en nous emmenant visiter sa nouvelle exposition, Dieu & Fils. Archéologie d’une croyance, la veille de l’ouverture. Ça faisait longtemps que le musée rêvait de mettre sur pied une exposition sur le christianisme et ses origines, mais il ne disposait pas d’assez de pièces à montrer. En discutant avec Marie-France Meylan Krause, directrice du Musée Bible + Orient à l’Université de Fribourg, il a commencé à y croire. En effet, le petit musée fribourgeois dispose de nombreuses pièces intéressantes, mais manque cruellement de visibilité et d’espace. Ni une ni deux, le projet d’une grande et belle exposition commune au bord du lac était lancé.

À LA SUITE DE YAHVÉ

Dans un décor sobre fait de lambourdes de bois, le visiteur commence sa visite par un sas d’entrée en forme de jardin d’Eden pour se mettre dans l’ambiance et se rappeler quelques fondamentaux historiques. Puis il chemine dans le temps à la suite de Yahvé au fil des vitrines, panneaux explicatifs et autres sculptures et mosaïques. L’exposition réunit de nombreuses pièces de 1200 avant notre ère jusque vers 800 après. Elle couvre les périodes hébraïque et chrétienne pour se terminer avec la troisième voie de l’islam. Avec l’aide du Musée Bible + Orient et grâce aux recherches scientifiques les plus récentes, le Musée romain ambitionne demontrer comment les circonstances historiques ont engendré des écrits bibliques qui ont en partie déformé la réalité. «Jésus a existé. Ce n’est pas un mythe!, souligne Laurent Flutsch. Mais l’idée de la résurrection, qui n’est pas nouvelle à cette époque-là, relève de la mythologie.»

PREMIER GRAFFITI

Les objets sont magnifiques. Ils sont égyptiens, assyriens ou judéo-palestiniens: figurines, stèles, croix, poissons, colombes, bijoux, et même le premier graffiti, venu de Rome, un dessin satirique antichrétien figurant un Jésus crucifié avec une tête d’âne. Il y a aussi une exceptionnelle terre cuite datant du 8e ou du 9e siècle avant Jésus-Christ représentant Yahvé, un modeste dieu local qui va petit à petit damer le pion aux autres divinités et devenir exclusif chez les Israélites en réaction aux dominateurs égyptiens.

AVEC RESPECT

29A EM47Des dieux païens au Dieu des chrétiens, l’exposition nous replonge aux origines de nos croyances. «Nous abordons le phénomène religieux comme un phénomène culturel passionnant et important. Tout est documenté et scientifique, explique le directeur. Notre regard est historique, critique et objectif.» Mais tout le monde sait bien que la marque de fabrique du Musée romain, c’est l’humour. Aussi, tout au long de l’exposition, retrouve-t-on des boîtes baptisées «Dieu est humour». Et, surprise, quand on les ouvre, on découvre des décorations de Noël, un poisson frétillant qui chante I will Survive, le hit de Gloria Gaynor, ou encore une vidéo de Patrick Juvet chantant Où sont les femmes?

«On ne veut choquer personne. Mais ce n’est pas parce qu’on parle Eglise ou religion qu’on doit se prendre au sérieux et être pompeux», poursuit Laurent Flutsch. L’humour est bien séparé des vitrines «officielles» et historiques. Pas de confusion possible, pas d’irrespect, car «nous espérons que cette exposition intéressera aussi bien les croyants que les non-croyants ». Elle est accessible aux enfants accompagnés dès l’âge de 6-7 ans. «Dieu & Fils montre comment le culte chrétien a commencé à se répandre en Orient et en Occident bien qu’il ait parfois mis du temps à être accepté. Vers 700, au bord du lac de Zurich, des églises ont été reconverties en temples païens», relate le directeur et archéologue.

L’exposition se termine par une vidéo présentant les origines des principales croyances à travers un grand schéma avec au centre la mention: «En résumé, c’est simple: chacun de ces courants prétend seul à la vérité».

 

Des dieux à Dieu

29B EM47En parallèle à l’exposition du Musée romain de Lausanne-Vidy, le Musée Bible + Orient de l’Université de Fribourg présente une nouvelle exposition baptisée Des dieux à Dieu, à voir à partir du 27 novembre. «Nous avons été très généreux avec Laurent Flutsch qui est venu faire son marché parmi nos collections. Il nous a emprunté environ huitante objets dont une très belle terre cuite représentant Yahvé et Ashram cohabitant dans le temple de Jérusalem, raconte, heureuse de cette mise en lumière, Marie-France Meylan Krause, la directrice du musée. Mais nous avons encore beaucoup d’autres pièces à montrer au public.» L’exposition fribourgeoise, plus modeste, est complémentaire. Elle nous entraîne dans la région du Levant vers 10’000 avant Jésus-Christ, au moment où les populations abandonnent peu à peu leur vie de chasseurs-cueilleurs nomades, pour se terminer à l’époque romaine, aux premiers siècles de notre ère, avec l’avènement du christianisme. Elle met l’accent sur le cheminement des hommes pour tenter de comprendre l’origine de la vie, de la mort et de la nature. Elle évoque les relations des hommes avec les dieux et des dieux entre eux jusqu’à la naissance des trois monothéismes abrahamiques que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam.

dpz

 

Articles en relation


Lausanne: Van Gogh en immersion

Le Palais de Beaulieu à Lausanne accueille jusqu’au 20 février 2022 le célèbre peintre hollandais van Gogh pour un show multimédia. Spectacle ou exposition? Les avis divergent, mais les spectateurs s’y pressent et les enfants sont les bienvenus.


La Suisse des rois et des reines

Lieu de vacances, de fuite ou d’exil, la Suisse a toujours aimé les têtes couronnées, qui le lui rendent bien. Ainsi que le rappelle la très belle exposition Les Royals arrivent au Forum de l’histoire suisse à Schwytz.


Marguerite au Musée Jenisch

A Vevey, le Musée Jenisch présente une belle rétrospective sur Marguerite Burnat-Provins (1872-1952). Du Nord-Pas-de-Calais à La Tour-de-Peilz en passant par l’Ecole de Savièse, cette artiste fascinante avait plus d’une facette.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo