Mots semences

De la poésie contre le coronavirus? En cette période de confinement, certains auront peut-être décidé de lire toute La Comédie humaine de Balzac ou de terminer La Légende des siècles de Victor Hugo histoire de secouer la poussière de leur bibliothèque. Et si quelques poèmes suffisaient pour faire front aux nouvelles que nous servent les médias à longueur de bulletins? Quelques mots comme un rempart contre l’angoisse, comme un espace de printemps au cœur d’une actualité rude et incertaine.


Ouvrir un recueil de poèmes, c’est accueillir un souffle. C’est ouvrir une fenêtre sur la vie présente ici et maintenant. C’est poser les yeux sur la beauté et la bonté du monde. Des mots de feu, de lisières, qui tracent un chemin, bravant la peur et le doute. Ni péremptoires ni assurés du parcours, ils savent nous rejoindre au fort de la tempête. Pour nous emmener plus loin.
Des mots de poésie au cœur brûlant et inquiet de notre monde. Si humbles, si petits, si vrais. Lumières au long des jours, balises au fil du temps. Ils ouvrent au-dedans l’espace de l’espérance, à la mesure de nos attentes – et combien elles sont grandes en ce temps d’incertitude et de brisure!
«A portée de la voix l’impossible parole/L’aveu jette la vie en eau profonde/Et les mots ensemencent l’avenir/Une ère nouvelle s’ouvre comme une amande.» Cadeau de Gilles Baudry dans Présent intérieur (Editions Rougerie). Ainsi les mots de poésie sont semence. Laissons-les nous rejoindre, nous habiter, nous ensemencer en ce temps qui nous bouscule. Pour un avenir de lumière. «Une ère nouvelle», dit le poète.
Elle commence à l’intérieur. Au plus profond. Là où les mots se déposent, vivent et croissent. Traduisant, dit le moine poète, «l’alliance de l’intime et de l’illimité».

Articles en relation


Littérature: A la rencontre d’Etienne Barilier

Sous le masque de son titre proustien, A la recherche de Vinteuil est un très bon roman dramatique aux effluves baudelairiennes. Il s’ajoute à la riche oeuvre d’Etienne Barilier, par ailleurs chroniqueur de l’Echo Magazine. Entretien autour des méandres de la création et de la musique classique.


La verve de Max Lobe

Ecrivain genevois natif du Cameroun, Max Lobe signe avec La Promesse de Sa Phall’Excellence une satire savoureuse sur la tyrannie. Son travail rabelaisien sur la langue tropicalise le français en mariant la liberté de l’argot des rues et la tchatche des tripots de Douala. Hilarant!


Irène Frain et le silence

Une soeur aînée sauvagement tuée dans un pavillon de banlieue française, la justice et la police aux abonnés absents, l’abattement et la rage: avec Un crime sans importance, l’écrivain Irène Frain écrit comme d’autres sont au chevet d’un être bien-aimé.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!