Lui faire une place

L’Avent, qui s’ouvre dimanche, est un temps pour nous préparer à Noël, «Dieu mêlé à notre vie, l’inaccessible, l’inconcevable glissés dans l’étroitesse de notre chair», écrit Philippe Mac Leod dans Sens et beauté (Ad Solem). Ce temps nous tourne vers celui qui vient nous rejoindre dans l’épaisseur et l’obscurité de nos vies, au coeur de nos questions et de nos joies. L’enfant de la crèche, c’est en nous qu’il vient allumer sa lumière et répandre sa chaleur pour dilater nos existences étriquées, privées d’horizon à force d’incertitudes et de doutes.

C’est en nous que l’enfant de la crèche vient allumer sa lumière.Il vient «déposer au creux de la chair humaine un germe qui ne cessera plus de croître ». Si nous consentons à lui faire une place.

La liturgie de l’Avent nous y aide qui pendant quatre semaines aiguise notre désir, creuse en nous la soif d’une rencontre (voir pages 32-34). Il fait des chrétiens des veilleurs dans les nuits du monde – pandémie, guerre, pauvreté, solitude, vieillesse –, tendus vers la lumière qui ne déçoit pas. Les textes qui nous sont proposés pour jalonner notre marche conjuguent l’urgence et le désir, scandés par un appel toujours plus insistant: «Viens, Seigneur!». «Nous t’attendons/ le ciel surgisse à fleur de terre», écrit le moine poète Gilles Baudry dans Demeure le veilleur (Ad Solem). La route est incertaine et dangereuse, notre pas se fait lourd parfois, notre souffle est court, nos mains se crispent. Et le poète d’implorer: «Fais nous tenir/dans l’ombre de l’attente/en nous laissant doucement éclairer/ par ta Parole». Ainsi, une Parole nous est donnée pour la route, chaque jour. Tendons l’oreille, elle nous appelle à la rencontre. En attendant il nous faut avancer, «friables/et d’espérance vacillante». «De nos jours pérégrins/que faire d’autre/que d’accueillir/la manne du présent?» C’est en lui, ce présent, que Dieu trace le chemin qu’il emprunte pour venir nous rejoindre.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


Mais gardons-nous de le chercher où il n’est pas, nous prévient Francine Carrillo. «Vous me cherchez /dans les étoiles du ciel/et je vous rencontre/dans les visages qui peuplent la terre!», lance-t-elle dans Traces vives, paroles liturgiques pour aujourd’hui (Labor et Fides).Gardons-nous de le ranger «au vestiaire de nos idées reçues», de l’enfermer dans nos réponses toutes faites, lui qui ne cesse de nous surprendre. «Seigneur, ouvre-moi à ce que tu veux que j’entende aujourd’hui. Ne me laisse pas traverser ce jour comme un sourd, ou un funambule au-dessus du réel», demande Mac Leod.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Ni funambules ni sourds, mais pèlerins arrimés à cette Terre, avançons avec confiance. Attentifs aux signes que Dieu disposera sur notre route d’Avent. Tout petits, infimes: une main qui se tend, un regard qui s’illumine, un sourire qui éclaire un visage. C’est là qu’il se tient, trouant l’ombre de discrètes lumières. Ainsi, lorsqu’il viendra, nous le reconnaîtrons. 

Articles en relation


Le temps de l'Avent

Plusieurs dizaines de feux seront allumés en Suisse romande le 28 novembre pour marquer l’entrée dans le temps de l’Avent. La préparation à Noël n’est pas une question de décorations, de repas et de cadeaux: cette période est avant tout un appel à se réveiller.


Bible: au seuil d’une nouvelle année

Nous pourrons nous souhaiter «bonne année» le 27 novembre, car ce dimanche-là, le premier de l’Avent, ouvrira une nouvelle année liturgique. Il nous mettra en marche vers Noël, la naissance de Jésus en notre chair.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo