Migrants: mortelle frontière

«J’ai honte que des étrangers doivent apporter de l’aide à ces pauvres gens», a confié un policier polonais à Silvana Mastromatteo. «J’ai honte que des étrangers doivent apporter de l’aide à ces pauvres gens», a confié un policier polonais à Silvana Mastromatteo.

Le radar médiatique s’est enfin tourné du côté de la Biélorussie et de la Pologne qui se renvoient des réfugiés mourant de froid. Des vêtements chauds ont été envoyés de Suisse.

LA PRESSE SE RÉVEILLE?

Il aura fallu d’autres morts pour que les caméras se tournent enfin vers les portes européennes de la Pologne. Alors que des requérants d’asile sont signalés depuis des mois le long des 400 kilomètres de frontière avec la Biélorussie, qui s’étend de la Lituanie au nord à l’Ukraine au sud, les nouvelles apparaissent depuis quelques jours seulement dans les médias. Des milliers de migrants se massent sous des températures glaciales entre les barbelés polonais et les soldats biélorusses. Au moins une cinquantaine d’entre eux ont réussi à tromper la vigilance des 15’000 soldats polonais, chars, drones et hélicoptères qui quadrillent la zone avant d’être arrêtés. Officiellement, onze personnes sont déjà mortes de froid et de faim.

UNE ARME MIGRATOIRE?

Comme le Maroc et la Turquie l’ont fait avec l’Espagne et l’Union européenne (UE) auparavant, le régime biélorusse de l’autocrate Alexandre Loukachenko utilise les migrants comme arme pour mettre sous pression Bruxelles, qui a prononcé des sanctions contre cet Etat allié de la Russie. Depuis le printemps, des agences de voyage proches du pouvoir promeuvent dans plusieurs pays du Moyen-Orient – Irak et Syrie en tête – des voyages vers la Biélorussie avec visa, assurance et hôtel compris. Et la fausse promesse d’atteindre l’Allemagne depuis Minsk. En Pologne, le parti anti-migrants au pouvoir, également en conflit avec Bruxelles (voir EM43), bloque l’accès à l’agence européenne Frontex chargée de protéger les frontières extérieures de l’espace Schengen. Mais aussi aux associations caritatives et à la presse.

LES SUISSES MOBILISÉS?

Dans les cantons de Genève, de Vaud, du Valais et de Zurich, des récoltes de vêtements réalisées en un temps record par des volontaires ont permis d’envoyer début novembre un camion, puis une voiture avec une semi-remorque en Pologne. Derrière cette opération: Silvana Mastromatteo, présidente de Caravane sans frontières, association genevoise connue pour avoir lancé au début de la pandémie le mouvement de distribution alimentaire à la patinoire des Vernets. Et la paroisse Sainte-Clotilde à la Jonction (GE), dont les dizaines de bénévoles ont trié durant des jours les vêtements, médicaments et aliments destinés aux migrants.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


PLUS DE QUARANTE MORTS?

Revenue de Pologne, Silvana Mastromatteo a fait samedi un compte-rendu de son voyage aux bénévoles et paroissiens. «Les conditions climatiques sont extrêmes dans la forêt. Le jour où les convois humanitaires pourront y pénétrer, ils trouveront des dizaines de corps. Les médecins volontaires qui travaillent dans la zone parlent de quarante morts, pas de onze.»

SE CACHER POUR AIDER?

«Il faut suivre des routes détournées et marcher des heures pour éviter les patrouilles et apporter de l’aide aux victimes, a témoigné Silvana Mastromatteo. Les volontaires polonais, qui prennent de gros risques pour acheminer le matériel de nuit, veulent des habits sombres pour les migrants, les autres étant trop facilement repérables... »

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Articles en relation


Crise en Pologne: solidarité suisse

De retour à Genève après une mission humanitaire risquée entre la Pologne et la Biélorussie, un couple témoigne de la détresse des milliers de réfugiés bloqués jusqu’il y a peu dans la forêt. Mais aussi de la solidarité, suisse et polonaise, qui réchauffe les coeurs et les estomacs.


Ping-pong inhumain

Des hommes chassés comme du bétail. Il y a deux semaines, les images de gardes-frontières américains coursant du haut de leurs chevaux les exilés haïtiens à la frontière entre le Mexique et le Texas ont choqué. Et surpris les naïfs, qui pensaient que la politique migratoire des Etats-Unis allait soudainement s’humaniser avec Joe Biden.


Méditerranée: Les damnées de la mer

La géographe franco-suisse Camille Schmoll a enquêté durant dix ans à Malte et en Italie. Basé sur une centaine de témoignages de femmes ayant traversé le désert libyen et la Méditerranée, son livre Les damnées de la mer brosse un portrait dur mais nuancé de la migration vers l’Europe.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo