L’énergie solaire en Suisse

Le Stade de Genève s’est doté de panneaux solaires grâce notamment au financement de 2000 particuliers. Le Stade de Genève s’est doté de panneaux solaires grâce notamment au financement de 2000 particuliers.

Alors que les grands de ce monde se pressent à Glasgow pour parler sauvegarde du climat à la COP 26, les spécialistes suisses se sont retrouvés à Genève pour la remise du 31e Prix solaire suisse. Avec le même objectif: tenter de préserver la planète.

17A EM45 Gallus CadonauSe servir du soleil comme source d’énergie n’est pas une idée neuve. Les Grecs anciens utilisaient déjà la parabole solaire pour allumer la flamme de leurs Jeux olympiques. Mais il faudra attendre la fin du 20e siècle pour que le progrès technologique mette enfin cette lumière gratuite et 100% propre au service de toute l’humanité. Une noble initiative que la Suisse est parmi les premiers pays en Europe à épouser en donnant naissance, en 1978, à Swissolar, l’une des plus anciennes organisations au monde spécialisée dans le domaine. Parmi ses chevilles ouvrières, Gallus Cadonau, un mécanicien grison et écologiste avant l’heure qui avait commencé son combat pour l’environnement enmilitant pour la sauvegarde du cours du Rhin. Aussi pratique que brillant, l’homme comprend vite que sans soutien politique, les énergies vertes n’auront aucune chance de percer face aux combustibles fossiles.

Il devient avocat et étend son réseau. Parmi ses acolytes, le professeur Wolfgang Palz, un physicien allemand qui, vingt ans durant, dirigera le département des énergies renouvelables de la Commission européenne. Ensemble les deux hommes seront à l’origine de projets de loi – taxe carbone, subventions étatiques, etc. – qui depuis les années 1990 régulent ce secteur chez nous et en Europe. C’est donc dans ce contexte que Gallus Cadonau, devenu directeur général de l’Agence solaire suisse, lance en 1991 cette cérémonie annuelle de récompense pour encourager entreprises et particuliers à installer chez eux des panneaux solaires. A la même époque fleurissent dans le pays des startups spécialisées dans cette filière prometteuse que les multinationales pétrolières s’empresseront d’acheter pour... éliminer une concurrence naissante en plein essor. Mais le mouvement est bel et bien en marche en Suisse, et il va même influencer la politique énergétique des Etats-Unis.

LA GRAND-MÈRE D’OBAMA

17A EM45 Kuno RothDès les années 2000, Solafrica, une ONG bernoise, commence à former des Africains à l’installation de panneaux solaires. Parmi ses premiers poulains, un ressortissant du Kenya qui n’est autre que le voisin de la grand-mère de... Barack Obama, le président fraîchement élu des Etats-Unis. «En cette année 2009, nous avons alors proposé à la dame âgée d’installer gratuitement des panneaux photovoltaïques sur le toit de sa maison. Quelques mois plus tard, convaincu par cette technologie, son illustre petit-fils s’engageait dans la défense de l’énergie solaire», témoigne Kuno Roth, coprésident de Solafrica. Toujours active sur le continent africain, l’ONG l’est également en Suisse où, subventionnée par les cantons et les communes, elle initie les écoliers à la compréhension et à l’usage du matériel solaire. Des formations dont jouissent également les scouts durant leurs camps d’été, ou encore les réfugiés.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


17A EM45 Daniel LincotBien que la connaissance de cette technologie tende aujourd’hui à se démocratiser, le nom de son inventeur reste méconnu de la plupart des gens. «Le physicien Edmond Becquerel, né dans une famille d’illustres scientifiques, sera, durant tout un siècle, ‘gommé’ par l’histoire. Son ‘tort’: être pris en étau entre son éminent électrochimiste de père et son tout aussi brillant fils, lauréat d’un prix Nobel en 1903. Pourtant, c’est à lui que l’on doit la découverte des effets de la lumière solaire sur les réactions chimiques», expliquait au public le professeur Daniel Lincot. Lui-même chercheur, ce chimiste français du CNRS n’a pourtant fait aucune mention de sa propre invention: une couche de matériau utilisée dans des cellules solaires qui augmentent exponentiellement le rendement énergétique des installations.

LES SUISSES INTÉRESSÉS, MAIS...

Plusieurs projets romands ont été primés, lors du Prix solaire suisse 2021. Le plus impressionnant est sans nul doute le Stade de Genève qui, lors de son assainissement en 2019, a été équipé de panneaux photovoltaïques qui couvrent désormais un tiers de ses besoins énergétiques. Cet exploit rend le bâtiment exemplaire de par son efficience, qui l’aligne avec les objectifs de l’accord de Paris. D’ailleurs, selon le récent rapport de Swissolar, en une année seulement (entre 2019 et 2020), l’installation de ce matériel dans le pays a presque doublé. Cependant, si dans les années 1980, la Suisse était pionnière dans l’utilisation de l’énergie solaire en Europe, aujourd’hui elle abrite moins d’1% des panneaux solaires du monde. Rien que sur le Vieux Continent, elle est largement devancée par l’Allemagne et la Belgique.

Une réalité que les professionnels expliquent par le fort lobby de l’industrie fossile. Ou encore le désintérêt des propriétaires d’immeubles locatifs pour des investissements dans le solaire, contrairement aux propriétaires de maisons individuelles qui en profitent pour charger, avec le surplus de production, leurs véhicules électriques. Pourtant, la Confédération propose des subventions et des déductions fiscales aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises qui adoptent cette technologie verte. Ainsi, un foyer comptant quatre personnes qui installe des panneaux photovoltaïques pour un montant de 15’500 francs peut bénéficier d’une déduction totale de 5000 francs. Il est possible de les aménager aussi bien sur le toit que sur la façade, les volets, le balcon ou encore les vitrages des bâtiments. Leur prix, lui, a été divisé par dix depuis le début des années 2000 et, à ce jour, le kilowattheure solaire des grandes installations est nettement moins coûteux que celui du nucléaire ou du charbon. L’un des rares inconvénients des panneaux photovoltaïques est le climat suisse avec son niveau d’ensoleillement insuffisant en période hivernale.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Anna Aznaour

Articles en relation


Justice sociale et climatique

Depuis 17 ans, Dorothée Thévenaz Gygax a fait de la justice sociale et climatique son combat au sein d’Action de Carême. Rencontre avec la nouvelle représentante de l’évêque pour l’écologie dans le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg.


Réfléchir pour sauver

Bien des mesures politiques n’atteignent pas leur but faute de soutien populaire. Un manque de réflexion profonde n’y est sans doute pas étranger, comme le montre le débat sur le climat. Les solutions sur lesquelles on s’écharpe, à Glasgow comme en Suisse, reviennent la plupart du temps à une distribution de bons et de mauvais points, de carottes et de coups de bâton.


L’écologie du désir

Michel Maxime Egger a signé l’an dernier un livre au programme ambitieux: Se libérer du consumérisme. Rencontre avec un sociologue et écothéologien enraciné dans l’orthodoxie et préoccupé par l’avenir de la planète et des êtres qui la peuplent.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo