Les voitures électriques ont la cote

Plus de la moitié des Suisses envisagent de rouler électrique à l’avenir. Plus de la moitié des Suisses envisagent de rouler électrique à l’avenir.

En 2020, les ventes ont augmenté de près de 50%. Et même de plus de 225% pour les véhicules hybrides rechargeables. Cela représente 14,3% du total des nouvelles voitures. Et cette tendance se confirme en 2021. Est-ce une bonne nouvelle pour le climat?

La Suisse ambitionne d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. A lui seul, le trafic routier est responsable d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre. Aussi doit-il réduire drastiquement sa part. La voiture électrique individuelle apparaît comme l’une des meilleures réponses. Notre pays est un terrain propice à la voiture électrique. Selon le Touring Club suisse, 53% des Suisses envisagent de rouler électrique à l’avenir. Pourtant, la Confédération ne dispose pas de programme de subventionnement direct de l’électromobilité en faveur des particuliers. Fédéralisme oblige. Mais 23 cantons accordent des primes ou des incitations fiscales.

LIMITES DE L’EXPANSION

Dans sa feuille de route pour la mobilité électrique 2022, la Confédération a fixé à 15% la part de véhicules électriques ou hybrides dans le total des immatriculations.Un objectif quasiment déjà atteint. Mais à plus long terme, l’expansion de la voiture électrique risque de se heurter à plusieurs limites. Elles ont été mises en évidence par le TCS en 2020.

17A EM44Il y a les coûts d’acquisition plus élevés pour ce type de véhicule. Même si les constructeurs ne cessent d’élargir leur gamme de modèles électriques. Provoquant une baisse des coûts d’achat, d’entretien et d’utilisation. Autre problème à résoudre: celui de la mise en place des possibilités de chargement. Sur ce plan, notre pays est très en retard. Il compte 5’700 bornes de recharges publiques. Une cinquantaine de nouvelles devrait être prochainement installée sur les aires de repos autoroutières.

Mais là où la Suisse est vraiment à la traîne, c’est en ce qui concerne la possibilité pour les propriétaires de voitures électriques de recharger chez eux. Les agglomérations urbaines sont largement peuplées de locataires et de propriétaires par étage dont une grande partie ne dispose pas de garages individuels permettant d’installer des bornes de chargement. Et ces installations dépendent de la volonté – plutôt réticente – des propriétaires immobiliers (voir encadré).

Le développement de la voiture électrique va stimuler la demande en électricité. L’offre va-t-elle pouvoir suivre quand on sait que la Suisse va se passer prochainement des centrales nucléaires? Faudrat-il importer plus d’électricité avec le risque qu’elle soit produite à l’étranger par des centrales nucléaires ou électriques à combustion fossile? Des inquiétudes d’autant plus légitimes que le Conseil fédéral craint une pénurie d’électricité dès 2025.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


QUELLES PRIORITÉS?

17B EM44Il est à craindre que la voiture électrique ne soit utilisée que pour les courtes distances en ville.Mais le succès des voitures électriques dépendra surtout de la production des batteries. Les points d’interrogation sont nombreux au sujet de leur coût et de leur impact environnemental. Ils divisent les experts. Les batteries lithium-ion constituent, actuellement la meilleure technologie possible en termes d’énergie et de capacité, mais leur coût n’est pas près de baisser. En effet, ce type de batterie n’est pas au point et le recyclage du lithium n’est pas intéressant du point de vue économique.

Il y a également de grandes incertitudes sur la disponibilité de cette matière première. Selon Laurent Castaignède, ingénieur français en mobilité, la demande mondiale de batteries est toujours plus élevée. En effet, elles sont partout, dans de nombreux appareils et il sera impossible de satisfaire tout le monde. En matière de mobilité, il faudrait donc réfléchir aux priorités des usagers. Et les réserver par exemple aux bus urbains, aux véhicules de livraison, aux voitures hybrides ainsi qu’aux deux-roues (car très pollueurs). Une idée qui pour l’instant relève du voeu pieu!

Une autre incertitude réside dans les conséquences sur la mobilité urbaine. Compte tenu de son autonomie limitée, il est à craindre que la voiture électrique ne soit utilisée que pour les courtes distances en ville et dans les environs. Elle risque de devenir la voiture complémentaire à la voiture à combustion utilisée pour les déplacements de long distance. Avec la conséquence qu’elle se substitue aux modes de transports durables en milieu urbain comme le vélo et les transports publics.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Autant dire que la voiture électrique jouera certainement un rôle croissant dans la mobilité individuelle. Mais de là à contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, il s’agira d’être patient. Et il faudra veiller à ce que son utilisation ne contribue pas à accroître les embouteillages dans nos villes.

Michel Rey

 

Les bornes de recharge

L’installation d’une borne électrique ne pose pas de problème dans une maison individuelle. Elle est beaucoup plus complexe dans les immeubles et les parkings publics. Les installations électriques n’y ont pas été dimensionnées pour accueillir un grand nombre de véhicules électriques. De plus, la consommation d’électricité va exploser, s’ajoutant à celle liée à la vie quotidienne du soir (éclairage, lessive, cuisine, loisirs, télévision). Les experts placent leur espoir dans une borne intelligente: sa puissance de charge s’adaptant en fonction des besoins. C’est ainsi que lorsque tous les habitants se couchent, sa puissance de charge augmente. On peut aussi renforcer le réseau grâce à des câbles plus puissants. Et on peut avoir recours aux énergies renouvelables en équipant les toits de cellules photovoltaïques couplées à des batteries de stockage. Des solutions qui sont relativement coûteuses et qui doivent encore faire la preuve de leur faisabilité technique et surtout commerciale. Mais le principal obstacle réside dans le financement de ces installations. Actuellement, il est à la charge des propriétaires qui rechignent à l’assumer. Le Conseiller national Jürg Grossen (Vert libéral) a proposé d’inscrire dans le droit du bail un droit d’accès aux bornes aux endroits où les voitures restent le plus longtemps (garages collectifs, aires de stationnement). La proposition est en discussion aux Chambres fédérales, mais le Conseil fédéral s’y oppose: c’est une compétence cantonale. Et le gouvernement y voit une atteinte à la garantie de la propriété.

MR

 

Articles en relation


Le trou romand

Mardi 9 novembre, fin de journée. La Suisse romande se découvre fragile. En un instant, des dizaines de milliers de pendulaires de l’Arc lémanique se retrouvent à quai avec quelques gilets jaunes – non, non, pas les manifestants français, mais des employés CFF perdus et censés renseigner les voyageurs immobilisés. Le terrain s’est affaissé sous les voies sur la ligne Genève-Lausanne entre Allaman et Morges; le trafic est interrompu: débrouillez- vous!


Justice sociale et climatique

Depuis 17 ans, Dorothée Thévenaz Gygax a fait de la justice sociale et climatique son combat au sein d’Action de Carême. Rencontre avec la nouvelle représentante de l’évêque pour l’écologie dans le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg.


Réfléchir pour sauver

Bien des mesures politiques n’atteignent pas leur but faute de soutien populaire. Un manque de réflexion profonde n’y est sans doute pas étranger, comme le montre le débat sur le climat. Les solutions sur lesquelles on s’écharpe, à Glasgow comme en Suisse, reviennent la plupart du temps à une distribution de bons et de mauvais points, de carottes et de coups de bâton.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo