Commémorer dans l’espérance

Mourir peut attendre, affirment les affiches du dernier James Bond. Pourtant, la pandémie a provoqué le grand retour de la mort dans notre quotidien. Elle a beaucoup frappé, sans prévenir, et continue de le faire même si le nombre de décès dus au coronavirus diminue. Finie la mort choisie, arrangée, programmée. La sur-individualisation, le narcissisme mortuaire, les cérémonies au son de Goldmann ou Johnny, la mort sympa, comme l’a parfois définie le sociologue valaisan Bernard Crettaz, c’est terminé.

Non seulement la mort s’est rappelée à notre bon souvenir de façon parfois brutale, mais en plus les restrictions sanitaires sont venues chambouler nos cérémonies d’adieu, qu’elles soient laïques ou religieuses. Plus de rites, de réunions, de célébrations. Juste un au revoir en cercle restreint. «Dans la plus stricte intimité», comme l’indiquent de plus en plus souvent les avis mortuaires des pages «hommage » de nos quotidiens.

Dans la tristesse de l’absence, la flamme de la vie survit. Et avec elle l’espérance.La tendance ne date pas de l’arrivée de la Covid. Cela fait bientôt vingt ans que les funérailles de ce type se sont multipliées. De Genève à Fribourg en passant par Sion, Delémont ou Lausanne. La mort est devenue une affaire privée. Le sens communautaire se dilue depuis longtemps dans l’individualisme, y compris dans le secteur de la mort. On ne sait plus comment l’accueillir ni l’accompagner. Chacun se replie sur soi. Plus de visite mortuaire, même en Valais.

Malgré tout, comme chaque année, beaucoup d’entre nous vont se rendre au cimetière pour la Toussaint. Se recueillir sur les tombes, déposer des fleurs et allumer une bougie... Ces rites perdurent et permettent de se relier aux défunts, de faire le lien entre les morts et les vivants. L’amour est plus fort que la mort. Dans la tristesse de l’absence, la flamme de la vie survit. Et avec elle l’espérance.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


Les civilisations anciennes portaient déjà cette espérance, en témoignent les rites funéraires des Egyptiens. Pour les chrétiens, le sens de la vie l’emporte sur l’épreuve de la mort. Les Evangiles nous annoncent la résurrection de Jésus. Qui nous invite à entrevoir une nouvelle naissance pour chacun d’entre nous dans l’éternité.

En ces jours de retrouvailles, même si la mort dérange, nous allons fêter la Toussaint, le 1er novembre, et le jour des morts, le 2. Fêter les saints, connus et inconnus, c’est-à-dire ceux que l’Eglise a officiellement canonisés et proposés aux croyants d’imiter. Puis, le lendemain, commémorer nos défunts, nous souvenir de ceux qui nous ont quittés, mais qui restent présents dans nos coeurs. La mort fait partie de notre chemin de vie. Ne l’oublions pas. A nous d’inventer de nouveaux rites. Plus simples, plus authentiques. Dans l’espérance.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Articles en relation


Spécial Toussaint: Parler de la mort à son enfant

Avec la Toussaint, la commémoration des défunts ou encore Halloween, le thème de la mort s’invite dans les foyers. Bien des parents se sentent démunis au moment d’aborder ce sujet, tabou dans notre société. En parler est pourtant essentiel.


Spécial Toussaint: Dans l’intimité

La crise sanitaire a imposé avec cruauté des funérailles en cercle on ne peut plus restreint, augmentant la douleur des familles. Avant la pandémie, les obsèques dans l’intimité avaient pourtant la cote. Et ne devraient pas la perdre.


Agente funéraire, pas croque-mort

Saviez-vous que la plupart des agents funéraires travaillent à temps partiel? C’est le cas de Sandrine-Marie Thurre-Métrailler, 28 ans, qui offre ses services dans le Valais central. Rencontre avec l’une des rares femmes à évoluer dans un univers encore très masculin.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo