Le choc de Zoug

Les secours viennent en aide aux survivants de la fusillade devant le Parlement de Zoug. Les secours viennent en aide aux survivants de la fusillade devant le Parlement de Zoug.

«2 minutes et 34 secondes d’horreur dans le Parlement»: la Neue Zürcher Zeitung rappelle qu’entre les attentats du 11 septembre à new York et le grounding de Swissair, un autre événement grave a marqué les esprits en Suisse. Le 27 septembre 2001, un homme pénètre dans le Parlement cantonal de Zoug, ouvre le feu sur les parlementaires et déclenche une bombe incendiaire avant de se suicider. Onze députés et trois conseillers d’Etat perdent la vie, quinze autres personnes sont blessées. face à l’un des attentats les plus meurtriers commis sur son sol, la Suisse est sous le choc.

«Je me surprends à regarder où se trouve la sortie de secours.»A l’étranger aussi, on réagit : «Même dans la Suisse pacifique, il y a désormais des kamikazes et les politiciens courent un risque», commentait le quotidien allemand Frankfurter Rundschau. Et le pape Jean Paul II appelait à prier pour les victimes. Présent dans la salle ce jour-là, le président du centre, Gerhard Pfister, a survécu à la fusillade. Vingt ans plus tard, il dit avoir un réflexe d’alerte lorsque quelque chose d’imprévu se produit dans la salle du conseil national. «Je me surprends parfois à regarder où se trouve la sortie de secours», a-t-il confié à la Schweiz am Wochenende. D’autres ont continué à vivre avec des stigmates plus visibles, comme l’ex-parlementaire Anne Ithen, rendue paraplégique par trois balles du tueur.

Aujourd’hui, la parole ressurgit. Pour commémorer le drame, la télévision alémanique a réalisé un docu-fiction dans lequel des témoins de l’époque racontent l’attentat joué en parallèle par des acteurs. «Beaucoup de gens veulent raconter ce qui s’est passé. cela leur fait du bien», confie le producteur, le Zougois Rolf Elsener.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


La tuerie de Zoug aura enfin modifié radicalement les normes de sécurité. En un week-end seulement en ce qui concerne l’accès au Palais fédéral: contrôles à l’entrée, présence policière et issues de secours. Là où autrefois régnait une certaine latitude (aucun contrôle), nul visiteur ne peut plus entrer sans accréditation ni identification, sous l’oeil professionnel d’agents de sécurité armés. Et pas qu’à Berne: dans de nombreux cantons, des policiers surveillent désormais les accès. Un mois après le drame, les cantons de vaud, de Lucerne et de Schwytz collectaient même les lettres sensibles et créaient des listes de personnes susceptibles de commettre des agressions.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Articles en relation


Les Alpes en train: le Jungfraujoch

Destination prisée des asiatiques, le Jungfraujoch souffre de la pandémie et des restrictions de voyage qui l’accompagnent. Ascension dans un téléphérique flambant neuf, puis sur des rails centenaires.


Les Alpes en train: Le Righi

Plus ancien chemin de fer à crémaillère du continent, la ligne Vitznau-Rigi, qui surplombe le lac des Quatre-Cantons, a 150 ans cette année. Une fois par semaine, dans des voitures d’époque, le visiteur y retrouve le temps des pionniers dans un décor toujours époustouflant.


Série d’été: En train dans les Alpes

En Suisse, on peut gagner les plus beaux sommets sans s’essouffler! La série d’été de l’Echo Magazine vous emmène à bord des trains qui sillonnent et gravissent nos montagnes. Un atout majeur du tourisme suisse, selon l’historien Laurent Tissot.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo