Croire et cheminer

«Seigneur accorde ton secours au beau pays que mon coeur aime», avez-vous peut-être entonné à l’occasion de la Fête fédérale d’action de grâce – le Jeûne fédéral pour les réformés –, ce dimanche de prière pour la patrie institutionnalisé. Constitutionnellement placée à l’ombre des ailes de Dieu Tout-Puissant – n’en déplaise à certains –, la Suisse est-elle toujours chrétienne? Ou plutôt, faute d’attestation de baptême, la Suisse reste-elle fidèle à sa tradition chrétienne?

A considérer les choses sous l’angle de la seule tradition, le danger existe de glisser définitivement vers un christianisme de façade. Qui tiendrait à ses églises comme l’on tient à ce tableau dans le salon de grand-maman parce qu’on l’a toujours vu là. Qui tiendrait à ses fêtes religieuses parce qu’elles marquent les saisons et offrent quelques jours fériés. Un christianisme vidé de sa substance qui ne serait plus que nostalgie. Mais le christianisme est plus qu’une tradition: des racines. Et plus que cela encore: une foi vivante; et l’espérance, et la charité. C’est également, on l’entend souvent, des valeurs. Des valeurs, «c’est bien beau, mais lesquelles?», serait-on tenté de demander avec Georges Brassens. Car il n’est guère de chrétien qui ne se soit trouvé emprunté quant à l’attitude à adopter face à son prochain ou au moment de faire un choix de vie: que dire, que faire et où aller? Et les questions politiques n’échappent pas à ces interrogations, divisant même les chrétiens. On a parlé d’accueil de migrants et d’écologie, on parle de mariage pour tous et de vaccin, on parlera de certificat sanitaire et de don d’organes ou de retraites: quelle ouverture ou quelle fermeté?

Le christianisme est plus qu’une tradition: des racines. Et plus encore: une foi vivante.La démocratie chrétienne faiblit, en Allemagne comme en Suisse. Donc elle se remet en question. Elle s’interroge. Elle se demande comment (re)conquérir des électeurs, nécessaires au triomphe comptable de ses valeurs. Au risque de recourir à des slogans et des solutions toutes faites alors qu’il lui revient – quand elle n’a pas oublié son essence – de chercher la Vérité et de proposer des moyens d’y accéder. En toute humilité.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


La politique est de plus en plus un «cuivre qui résonne, une cymbale retentissante» (1 Co 1). L’appréhension des sujets avec profondeur et verticalité se fait rare, reculant au rythme de la sécularisation de tous les aspects de la vie. Le christianisme serait-il arrivé à l’automne de sa vie? Rappelons qu’il est des déprimes qui ne sont que saisonnières et disparaissent au retour des beaux jours grâce à la lumière plus abondante. Et qu’un chrétien qui doute a cette joie de savoir avec certitude où trouver la lumière «tous les jours jusqu’à la fin du monde» (Mt 28,20): le Christ n’a pas laissé de mot d’ordre, mais il a laissé sa Parole. Et l’homme, parfois désemparé, est libre d’y puiser inspiration et matière à nourrir sa réflexion en même temps que sa vie.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



 

Articles en relation


Mario Draghi: un super réformateur

Alors que le pass sanitaire s’étend en Italie à tous les lieux de travail dès le 15 octobre, la péninsule transalpine présente de plus en plus le visage du renouveau: celui de Mario Draghi, président du Conseil des ministres depuis février. Auréolé d’une mirifique réputation d’économiste, «le sauveur de l’euro» en 2012 se positionne comme la figure de proue européenne de l’après-Angela Merkel. «Mario Draghi est le garant de l’euro», a d’ailleurs déclaré la Mutti lors de sa dernière visite officielle à Rome.


La démocratie chrétienne en crise après Merkel

L’Allemagne se prépare à vivre sans Angela Merkel: la chrétienne-démocrate quittera la Chancellerie fédérale après les élections du 26 septembre. En seize ans au pouvoir, elle a fait de l’Allemagne le leader incontesté de l’Europe, mais laisse derrière elle un parti affaibli.


Christianisme et écologie

Dieu, la nature et nous. Repères pour une écologie protestante est le titre du premier hors-série du magazine Réformés. Objectif? Offrir un outil pour mieux comprendre la crise écologique actuelle et envisager les questions environnementales à la lumière de la spiritualité chrétienne.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo