Mariage pour tous: Chrétiens désunis

Le «mariage pour tous» est source de controverses dans les Eglises, dont les fidèles ne partagent pas toujours les positions officielles. La Conférence des évêques suisses écrit ne pas pouvoir soutenir le projet en raison de ses conséquences éthiques liées à la PMA et aux droits de l’enfant. Prônant une adaptation du partenariat enregistré pour régler certains problèmes de naturalisation et de rentes, elle condamne la tendance à l’égalitarisme de la société.

Cette vision n’est pas celle de tous: la Ligue suisse de femmes catholiques est favorable à la réforme et en particulier, en tant qu’organisation de femmes, au don de sperme – donc à la PMA – pour les couples de lesbiennes. Selon un sondage de l’institut gfs.bern réalisé pour la SSR, 49% des catholiques s’apprêteraient à voter en faveur du «mariage pour tous» le 26 septembre. S’y ajouteraient 18% d’indécis qui penchent en faveur du oui.

PLUS D’OPPOSANTS QU’AILLEURS

Les chiffres sont similaires côté réformé (49% et 17%). Ils reflètent la position de l’Eglise évangélique réformée de Suisse, qui a réaffirmé en juillet son soutien au projet annoncé en 2019 déjà. Elle organise des tables rondes sur le sujet, mais son implication dans le débat et ses prises de position, comme l’engagement d’Eglises cantonales, en fâchent certains, des pasteurs notamment. Le Réseau évangélique suisse s’est pour sa part prononcé contre le «mariage pour tous», prévenant que les enfants «ne doivent pas devenir pour des adultes l’objet de la réalisation de soi». Les divisions sont plus marquées chez les croyants que chez les personnes sans confession (67% disent oui, 10% plutôt oui). Parmi les chrétiens, selon le même sondage, les catholiques sont moins opposés au projet (19% de non) que les réformés (23%) et les membres d’autres communautés (68%). 

Articles en relation


Mariage pour tous: Le poids des mots

Les mots pèseront dans la campagne et la balance est défavorable aux adversaires du projet, suspectés ou accusés d’homophobie ou de conservatisme.


Mariage pour tous: Ce qu’un oui changerait

Des personnes homosexuelles partagent leur vécu et leur avis sur le «mariage pour tous», soumis au vote populaire le 26 septembre. Droit à l’égalité, préservation de la vie privée, désir d’enfanter: elles sont en faveur de la loi, qu’elles soient croyantes ou non, en partenariat ou non.


Mariage pour tous: Un long parcours politique

Les vert’libéraux ont proposé le «mariage pour tous» en 2013. Il a fallu cinq ans pour déterminer le moyen de le mettre en oeuvre et deux années de plus pour savoir quoi faire de la PMA.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!