Algérie-Maroc: Du gaz dans les flammes

Mi-août à Beni Douala, près de Tizi Ouzou (Kabylie, Algérie). Alger estime que les feux impliqueraient des indépendantistes berbères aidés par le Maroc. Mi-août à Beni Douala, près de Tizi Ouzou (Kabylie, Algérie). Alger estime que les feux impliqueraient des indépendantistes berbères aidés par le Maroc.

Mardi 24 août, l’Algérie rompt ses relations diplomatiques avec le Maroc. Alger accuse Rabat «d’actions hostiles» à son égard, insinuant que son voisin est responsable des incendies qui la meurtrissent.

Le Maroc rejette «les prétextes fallacieux, voire absurdes», d’une décision «complètement injustifiée », relaie l’hebdomadaire marocain Tel Quel.

«C’est l’aboutissement d’un été de tensions», explique L’Express. Les relations entre les deux pays sont traditionnellement mauvaises. La Croix rappelle que leur frontière terrestre est fermée depuis 1994. En cause: le conflit du Sahara occidental. Le Front Polisario, le mouvement indépendantiste sahraoui basé en Algérie, a annoncé en novembre la reprise des hostilités contre le Maroc, relève Jeune Afrique. En outre, analyse Le Monde, Washington a reconnu la souveraineté marocaine sur ce territoire disputé en échange de la normalisation diplomatique entre Rabat et Tel-Aviv.

Une déclaration de l’ambassadeur du Maroc mi-juillet à l’ONU à New York a excité les esprits. En quoi consistait-elle? En une note circulant lors d’une réunion du mouvement des non-alignés, reliquat de la guerre froide: «Le vaillant peuple kabyle mérite, plus que tout autre, de jouir pleinement de son droit à l’autodétermination». Une ligne rouge pour Alger, qui s’oppose totalement à l’indépendance de la Kabylie.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


Cette farouche région berbérophone du nord-est de l’Algérie est précisément la proie des flammes. Celles-ci, indique Le Temps, crispent Alger qui accuse le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie d’en être responsable, comme incité par le Maroc. Une soixantaine de suspects ont été arrêtés et un homme, accusé à tort de pyromanie, a été lynché.

Cette rupture a un prix économique: celui du gaz algérien.Cette rupture a enfin un prix économique, décrypte Le Point. Deux jours après, Alger déclare que l’ensemble des approvisionnements de l’Espagne en gaz naturel algérien seront désormais assurés via son gazoduc Medgaz reliant les deux pays, de Béni Saf à Almería, sans passer par le Maroc. L’autre gazoduc, le Maghreb-Europe, qui part d’Algérie et arrive à Cordoue en transitant par le royaume chérifien – il alimente aussi la production d’électricité marocaine –, serait donc fermé. Un contrecoup hasardeux de vives tensions diplomatiques? Le contrat du gazoduc Maghreb-Europe expire en octobre.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Articles en relation


Centrafrique: Porteurs d'espoir

Le film documentaire Sìrìrì, du réalisateur franco-suisse Manuel von Stürler, donne à voir l’engagement commun d’un imam et d’un cardinal pour promouvoir la paix dans une République centrafricaine déchirée par un conflit «faussement religieux».


Méditerranée: Les damnées de la mer

La géographe franco-suisse Camille Schmoll a enquêté durant dix ans à Malte et en Italie. Basé sur une centaine de témoignages de femmes ayant traversé le désert libyen et la Méditerranée, son livre Les damnées de la mer brosse un portrait dur mais nuancé de la migration vers l’Europe.


Sénégal: Peur du vaccin

Au Sénégal, la population ne se bouscule pas pour se faire vacciner contre la Covid-19, car elle n’y croit pas vraiment. En cause? Une communication ratée.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours dessin echo