S’instruire à la télévision

La RTS propose un nouveau programme destiné aux enfants confinés à la maison. Y’a pas école permet d’apprendre en s’amusant, promettent ses concepteurs.

Ce n’est une nouvelle pour personne, et encore moins pour les parents… y’a plus école. Pour compenser un peu, la RTS propose, du lundi au vendredi entre 15h et 16h, une nouvelle émission éducative destinée aux 6-15 ans, à leurs parents et aux enseignants. Chaque jour, Y’a pas école s’empare d’une thématique et l’explore de diverses manières et à différents niveaux sous la forme de courtes capsules vidéo: mini-dessin animé scien­tifique, reportage, interview, etc, le tout présenté par Tania Chytil. Les sujets destinés aux plus petits sont diffusés en début d’émission, les contenus plus pointus viennent ensuite. L’heure se conclut généralement par une archive insolite. Ce modèle permet aux plus grands de réviser les bases avant d’aller plus loin et aux plus jeunes de quitter le programme une fois leur curiosité assouvie.

S’instruire autrement

Elaborée en partenariat avec la Con­férence intercantonale de l’instruction publique, la programmation de cette émission spéciale recoupe certains objectifs du Plan d’études romand. Chaque thématique peut être approfondie via les dossiers pédagogiques de RTS Découverte, en ligne sur www.rtsdecouverte.ch. Comme l’explique Tania Chytil, «cette émission ne remplace pas l’école, mais elle permet de s’instruire autrement.» Les sujets alternent selon les jours de la semaine avec des contenus sur la nature, la biologie ou la science le lundi, la découverte de l’histoire suisse le mardi, une attention portée sur le cinéma le mercredi et sur la science en général le jeudi. Le vendredi sera quant à lui dévolu à l’éducation aux médias, un sujet d’autant plus d’actualité qu’il y a fort à parier que la consommation d’écrans chez nos têtes blondes explosera avec le confinement. Les différentes émissions peuvent aussi être visionnées sur le site de RTS Découverte. L’électricité, la faune, les effets spéciaux au cinéma, nos ancêtres les Schwytzois, les fake news: comme le montre la première semaine de cette émission, les sujets se suivent et ne se ressemblent pas. Bien conçue et variée, Y’a plus école risque d’interpeller non seulement les enfants, mais aussi leurs parents. C’est tant mieux puis­que la RTS précise que, du moins pour les plus jeunes, une mise en contexte par un adulte est souhaitable. Les parents pourraient donc eux aussi sortir moins bêtes du confinement!

 

Articles en relation


Faire vivre les langues

Les politiciens fribourgeois veulent relier les langues pour mieux les délier, et inversement. Ils ne sont de loin pas les seuls à poursuivre ce but: enseignants et autorités cherchent à rendre l’apprentissage des langues plus efficace et plus vivant.


Les hikikomori sur la Toile

Le phénomène est né au Japon, mais il s’est répandu en Europe: de jeunes adultes vivent cloîtrés durant des mois, voire des années, sans projet, avec pour seul compagnon l’univers virtuel de la Toile.


Evolution des manuels scolaires

Réédité par Payot l’été dernier, Mon premier livre s’était vendu à des milliers d’exemplaires en quelques jours. A l’origine de ce succès éditorial romand? La nostalgie! Mais pas seulement, révèlent deux enseignantes vaudoises qui ont longuement étudié l’évolution des manuels scolaires.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!