Le prix de la proximité

Ces camions de l’armée italienne transportent dans le cimetière de Ferrare les corps de victimes du coronavirus prêts à être incinérés. Ces camions de l’armée italienne transportent dans le cimetière de Ferrare les corps de victimes du coronavirus prêts à être incinérés. Keystone

Fin mars, l’Italie du nord comptait déjà près de septante prêtres décédés en raison du coronavirus. Agés pour la plupart, ils étaient au contact de la population et aux côtés des plus déshérités.

L’image en a ému plus d’un: à Bergame, des camions de l’armée emmènent des corps au cimetière. Bergame, en Lombardie, le diocèse le plus touché, où l’on recense au moins vingt prêtres morts de complications dues au coronavirus. Mais aussi Milan, Brescia, Crémone, Parme, Plaisance. Au sud, à Salerne, c’est un prêtre de 45 ans, don Alessandro Brignone, qui est décédé. Dans le Piémont un évêque, Mgr Derio Olivero, 59 ans, est hospitalisé, comme des dizaines d’autres dans le nord du pays. Beaucoup sont en quarantaine. Comme les autres victimes, les prêtres décédés sont enterrés sans rituel funéraire. Seul l’évêque est autorisé à leur dire au revoir.

L’odeur des brebis

En dépit de la suspension des messes et des cérémonies, tous étaient proches des fidèles, des malades, des gens en détresse, «ils connaissaient l’odeur de leurs brebis», a redit le pape François en ces jours difficiles: ils apportaient la communion aux malades et assuraient des confessions. Mgr Francesco Beschi, évêque de Bergame, s’exprimant sur Vatican News, constatait: «Cette proximité va dans la direction de la conscience que Dieu, qui est lui aussi dans l’épreuve avec nous, n’est pas en train de nous abandonner». Mais, ajoutait-il sur RadioInBlu, le réseau de radios de la Conférence épiscopale italienne, «nous ne sommes pas séparés de notre communauté, pas même dans le passage de la mort». Une proximité rappelée par le pape François dans son homélie à Sainte-Marthe le 23 mars, et qui peut prendre plusieurs formes: «Notre Dieu est proche et nous demande d’être proches les uns des autres (...). Nous ne pouvons peut-être pas nous approcher physiquement par crainte de la contagion, mais nous pouvons éveiller en nous une attitude de proximité entre nous: par la prière, l’aide, de nombreuses façons de nous rapprocher. Et pourquoi devons-nous être proches les uns des autres? Parce que notre Dieu est proche, il a voulu nous accompagner dans la vie. Il est le Dieu de la proximité. C’est pourquoi nous ne sommes pas des personnes isolées: nous sommes proches les uns des autres, car l’héritage que nous avons reçu du Seigneur, c’est la proximité».

Le courage de sortir

Le 9 mars, le pape avait appelé les prêtres à aider les personnes touchées: «Prions le Seigneur pour nos prêtres: qu’ils aient le courage de sortir et de rendre visite aux malades, de leur apporter la puissance de l’Evangile et de l’eucharistie et d’accompagner les aides et les volontaires dans leur travail». Quatre jours plus tard, pendant la messe qu’il célébrait à Sainte-Marthe, il avait invoqué l’Esprit Saint «pour qu’il donne aux pasteurs la capacité et le discernement pastoraux». Durant l’angélus du 15 mars, il avait remercié les prêtres pour leur «créativité».

Des congrégations religieuses sont également touchées. A Rome, deux instituts de religieuses ont été placés en quarantaine le 20 mars: la maison généralice des Filles de Saint Camille et les Sœurs angéliques de saint Paul.

GdSC avec cath.ch et Vatican News

Articles en relation


C’est quand, le Nouvel-An chrétien?

Notre nouvelle année occidentale est en général célébrée le 1er janvier, fête de sainte Marie Mère de Dieu pour les uns, journée mondiale de la paix pour d’autres. Il y a fort à parier que, cette année, les gestes barrières donneront à ce réveillon un petit goût amer, mais tout le monde se réjouira d’oublier 2020 pour passer à la suite!


Un moine évêque

Mgr Bernard-Nicolas Aubertin a porté plusieurs mitres en France et supervisé la traduction du nouveau missel, dont l’introduction prévue cet Avent a été reportée. Aujourd’hui retiré à Fribourg, il rêvait, jeune homme, de désert et de silence.


Eglise: rapport McCarrick

Le rapport rendu public le 10 novembre par le Vatican sur l’ex-cardinal Theodore McCarrick pointe des «omissions », des mises en garde ignorées en haut lieu qui ont permis son ascension.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!