Records alpestres

«Il arrive un moment où la vue ne suffit plus. Le touriste veut vivre une expérience», explique l’historienne et archiviste du tourisme Evelyne Lüthi-Graf dans notre article sur le train de la Jungfrau. Ce fut le cas au tournant du 19e siècle – ce qui mena notamment à la construction des lignes ferroviaires périlleuses que nous empruntons cet été dans l’Echo Magazine –, et c’est à nouveau le cas aujourd’hui.

En témoignent le développement des sports à haute sensation, canyoning, ski freeride, base jump et consorts, et, surtout, une explosion générale de superlatifs. Ainsi, à Grindelwald, l’Eiger Express est le téléphérique «le plus moderne du monde»; aux Diablerets, le pont suspendu de Glacier 3000 est le «seul et unique au monde» à relier deux sommets; à Laax, aux Grisons, la passerelle dans les arbres est «la plus grande du monde»; et Zermatt, en plus de se revendiquer «le domaine skiable le plus élevé d’Europe», se définit modestement comme «le village de montagne des superlatifs».

Si l’envie de frimer devant ses amis paraît universelle, l’abus de superlatifs n’est pas tout.Il faut dire que rien que la vue depuis le Gornergrat donne sur «29 quatre mille mètres, un record dans l’arc alpin». Cette soif de records est-elle corrélée à la mode du selfie, que les Canadiens francophones appellent malicieusement «égoportrait»? Difficile en tout cas de ne pas la lier à notre besoin d’afficher nos prouesses sur les réseaux sociaux.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


Or, si l’envie de frimer devant ses amis paraît universelle, l’abus de superlatifs n’est pas tout. Ainsi, chuchote-t-on dans les milieux du tourisme, les Chinois veulent aussi ramener de Suisse des photos de marmottes et de saint-bernard ainsi que des montres tandis que les Indiens adorent se filmer en train d’imiter les chorégraphies de leurs films Bollywood préférés sur les lieux de tournage de ceux-ci.

Quant à nous, Suisses et Européens, que recherchons-nous d’autre que les records? Peut-être l’impression d’avoir découvert un bijou caché, hors des sentiers battus, pas encore pollué par le consumérisme ambiant. Ce qui est, d’une certaine manière, tout aussi cocasse que les marmottes chinoises et les paysages bollywoodiens.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Mais les régions y travaillent et l’irruption du coronavirus a accentué le phénomène. L’été dernier, les hôtels de montagne ont fait le plein, un événement rare. Et le développement des «slow destinations», qui promeuvent un tourisme doux et font la part belle aux découvertes et rencontres locales sans sensationnalisme, est en plein essor. On finira peut-être simplement par apprécier la vue!

Articles en relation


Le Gotthard Panorama Express

Depuis 2016, le Gotthard Panorama Express relie par bateau et train panoramique Lucerne à Lugano en quelques heures. Les Suisses alémaniques restent nombreux à être attirés par le Tessin pour le travail, une retraite ou des vacances ensoleillées.


Sidéral? Sidérant

«Notre Père qui êtes aux Cieux/Restez-y/Et nous nous resterons sur la Terre/Qui est quelquefois si jolie»: Richard Branson et Jeff Bezos n’ont vraisemblablement jamais lu Jacques Prévert et, même s’ils l’avaient fait, il était trop tentant pour eux de mettre un pied dans le domaine longtemps réservé à Dieu.


Les Alpes en train: le Jungfraujoch

Destination prisée des asiatiques, le Jungfraujoch souffre de la pandémie et des restrictions de voyage qui l’accompagnent. Ascension dans un téléphérique flambant neuf, puis sur des rails centenaires.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo

 

 

voyage alpes home