Point chaud: le mariage en question

Dimanche, les partisans du mariage pour tous se sont manifestés dans 23 communes de Suisse, comme ici à Lausanne. Dimanche, les partisans du mariage pour tous se sont manifestés dans 23 communes de Suisse, comme ici à Lausanne.

La campagne est lancée: dans trois mois, le 26 septembre, les Suisses devront dire si oui ou non ils acceptent la loi sur le mariage pour tous. Premier tour d’horizon.

MARIAGE POUR TOUS?

La loi sur le mariage pour tous a été adoptée en décembre dernier par le Parlement. Ce texte, qui autorise le mariage civil pour les couples de même sexe, est soutenu par le Conseil fédéral, qui a lancé la semaine dernière la campagne parl’intermédiaire de la ministre de la Justice Karin Keller-Sutter. Les couples homosexuels ont accès depuis 2007 au partenariat enregistré, qui n’entraîne pas les mêmes droits que le mariage. La nouvelle loi, qui tire son origine d’une initiative parlementaire des Vert’libéraux déposée en 2013, veut mettre toutes les unions sur le même pied.

COMMENT?

En permettant une naturalisation facilitée du conjoint étranger et en autorisant l’adoption: les personnes en partenariat enregistré peuvent déjà adopter l’enfant de leur partenaire, mais n’ont pas le droit d’en adopter un conjointement – la nouvelle loi le permettrait. Autre point central: l’accès à la procréation médicalement assistée (PMA). Les couples de femmes mariées désirant avoir un bébé auront droit de recourir au don de sperme en Suisse. Le donneur devra être inscrit dans le registre, ce qui garantit aux enfants de connaître leur ascendance s’ils le souhaitent – pas automatique à l’étranger. Le don d’ovules et la gestation pour autrui (qui permettrait aux couples d’hommes d’avoir des enfants) restent interdits.

UN RÉFÉRENDUM?

Si le peuple se prononcera le 26 septembre, c’est en raison de l’intervention d’un comité référendaire interpartis nommé «Oui au mariage et à la famille. Non au mariage pour tous». Composée de députés UDC et UDF (d’inspiration évangélique), cette alliance compte aussi des PDC. Le comité s’oppose à la modification du Code civil, car il considère le mariage comme «l’union naturelle d’un homme et d‘une femme, seule à même de donner naissance à des enfants». Dénonçant une «tactique du salami», après le partenariat enregistré (2007) et l’autorisation d’adoption (2018), les référendaires craignent que si la loi est acceptée, la prochaine étape soit la gestation pour autrui.

QUI POUR, QUI CONTRE?

La campagne commence à peine, mais la gauche, les libéraux-radicaux et les Vert’libéraux soutiennent largement le mariage pour tous. Tout comme le Conseil fédéral et le Parlement. UDC et UDF semblent bien seuls à soutenir le référendum. Le Centre (PDC), qui a refusé le mariage pour tous en décembre en raison de l’ajout de la PMA, a finalement décidé de le soutenir.

ET LES ÉGLISES?

Les protestants sont plutôt pour le mariage pour tous. L’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud affiche clairement la couleur arc-en-ciel associée au drapeau LGBTQ+. Côté catholique, c’est l’inverse, même si on entend des voix dissonantes: pour la Conférence des évêques suisses, qui estime que «personne ne possède un droit à l’enfant», il est inconcevable d’ouvrir la PMA aux couples de femmes. Si plus de 60% des Suisses soutiennent le mariage pour tous selon le Blick, la campagne – sur laquelle l’Echo reviendra – promet d’être animée.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Articles en relation


Le mariage, et après?

C’est fait! Alors que l’institution du mariage, même au plan civil, a du plomb dans l’aile, le peuple suisse a largement plébiscité le «mariage pour tous» avec 64,1% de oui. A croire le camp des vainqueurs, le pays vient de faire un pas de plus vers la modernité. Le Graal, symbole d’une acceptation générale de la communauté homosexuelle, est atteint.


Mariage pour tous: Le poids des mots

Les mots pèseront dans la campagne et la balance est défavorable aux adversaires du projet, suspectés ou accusés d’homophobie ou de conservatisme.


Mariage pour tous: Ce qu’un oui changerait

Des personnes homosexuelles partagent leur vécu et leur avis sur le «mariage pour tous», soumis au vote populaire le 26 septembre. Droit à l’égalité, préservation de la vie privée, désir d’enfanter: elles sont en faveur de la loi, qu’elles soient croyantes ou non, en partenariat ou non.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!