Une question à la foi: Quand baisser la tête?

Les chrétiens catholiques vont célébrer la Fête-Dieu ce jeudi (dans les cantons catholiques) ou ce dimanche (ailleurs). A cette occasion, il n’est pas inutile de rappeler un geste de la messe encore souvent effectué au mauvais moment.

Alors, rubrique catho cette fois-ci? Pas forcément, car toute personne, quelle que soit sa provenance et sa confession, qui se retrouve dans une messe et tente d’en suivre les gestes en regardant «comment font les habitués» peut être intéressée par cet élément. En bon nombre de lieux, les fidèles baissent la tête au moment précis où le prêtre élève l’hostie et font de même au moment où il élève la coupe. Quand j’étais enfant, en regardant les gens de ma paroisse faire cela, je croyais qu’il était interdit de regarder l’hostie ainsi que la coupe lors de leurs élévations respectives. Rien de plus inexact... mais l’usage et les années ont voulu qu’on incline la tête de plus en plus tôt, machinalement, jusqu’au contresens total: ne pas regarder celui qu’on nous montre et qui vient à nous. Or c’est précisément là qu’il convient de regarder l’hostie, puis la coupe. Ce n’est qu’ensuite, au moment où le prêtre s’agenouille, ayant reposé l’hostie et la coupe sur l’autel, que l’on incline la tête, révérence à notre roi, le Christ, présent dans le mystère de ce repas sacré.

Vincent Lafargue

Articles en relation


Le pasteur et les chapelets

A Bourguillon, sur les hauts de Fribourg, depuis février, ce sont des évangéliques qui proposent aux pèlerins et passants des statuettes de saints et des crucifix. A quelques mètres d’un sanctuaire marial.


Une question à la foi: N’était-il pas saint?

En préparant des obsèques, tout récemment, j’entends cette phrase surgir tout à coup tel un diable de sa boîte: «Oh, vous savez, ce n’était pas un saint». Eh bien… je n’en suis pas si sûr. Si l’on prend le terme dans le sens où trop de gens semblent encore l’entendre – saint signifiant personne parfaite –, alors effectivement le défunt en question n’était pas un saint. Moi non plus d’ailleurs. Et chaque lecteur, chaque lectrice peut en dire autant.


La première en chemin

L’Assomption? Qu’est-ce que c’est? Ça existe encore? Dans un monde en perte de repères religieux, Noël ou Pâques passe encore – au mieux, nous nous retrouvons en famille pour célébrer la naissance de Jésus et la Résurrection, avec des vacances à la clé –, mais l’Assomption… d’autant que cette fête tombe en plein été, synonyme de vacances.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!