Des JMJ locales

Lors des JMJ de Fribourg en 2018, les jeunes Vaudois entourent Mgr Alain de Raemy, évêque auxiliaire. Lors des JMJ de Fribourg en 2018, les jeunes Vaudois entourent Mgr Alain de Raemy, évêque auxiliaire.

Les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) nationales auront désormais lieu le dimanche du Christ Roi, a précisé le Vatican dans des orientations pastorales qui veulent dynamiser ce rassemblement au niveau local.

Les Orientations pastorales pour la célébration des Journée mondiales de la jeunesse dans les Eglises particulières ont été présentées le 17mai au Vatican. Elles exposent «les motivations idéales et les possibles mises en oeuvre pratiques pour que les JMJ diocésaines deviennent une occasion de faire ressortir le potentiel de bien, la générosité, la soif de valeurs authentiques et de grands idéaux que chaque jeune porte en lui». Ce livret illustré préparé par le Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie veut stimuler les JMJ célébrées dans les Eglises locales.

EN FIN D’ANNÉE

L’invitation faite aux diocèses est de célébrer les JMJ en la solennité du Christ Roi, le dernier dimanche de l’année liturgique, fin novembre: «Le Saint-Père souhaite en effet qu’en ce jour, l’Eglise universelle place les jeunes au centre de son attention pastorale, prie pour eux, fasse des gestes qui les rendent protagonistes, promeuve des campagnes de communication ». Si les JMJ mondiales se déroulent tous les trois ans dans différents pays avec la participation du pape, une célébration a lieu entretemps dans les Eglises particulières, qui se chargent de l’organiser. En avril, c’est Berne qui a accueilli les jeunes de Suisse pour des JMJ virtuelles. L’an prochain, elles devraient se tenir à Lausanne les 7 et 8 mai et à Saint-Gall du 22 au 24 avril. Ce rendez-vous a «une grande signification et une valeur non seulement pour les jeunes qui vivent dans cette région particulière, mais pour toute la communauté ecclésiale locale», poursuit le texte. «L’Eglise considère sa mission auprès des jeunes comme une priorité pastorale.»Il est adressé aux conférences épiscopales, aux synodes des Eglises patriarcales, aux diocèses/ éparchies, aux mouvements et associations ecclésiaux et aux jeunes. Il encourage à valoriser la célébration diocésaine des JMJ et à la considérer comme une occasion favorable pour lancer «des initiatives qui montrent que l’Eglise considère sa mission auprès des jeunes comme une priorité pastorale dans laquelle il faut investir du temps, de l’énergie et des ressources ».

Le document indique les points clés des JMJ afin que l’événement soit une «fête de la foi», une «expérience ecclésiale et missionnaire, une occasion de discernement vocationnel et un appel à la sainteté». En outre, ces journées doivent être une expérience de pèlerinage et de fraternité universelle, elles doivent offrir aux jeunes une expérience vivante et joyeuse de foi et de communion. Sachant que «la première forme d’implication des jeunes doit être l’écoute».

RENCONTRER LES JEUNES

«Les JMJ diocésaines peuvent être une belle occasion de mettre en valeur la richesse de l’Eglise locale en évitant que les jeunes, moins présents et moins actifs dans les structures pastorales déjà établies, ne se sentent exclus», relève le texte. Qui conclut en soulignant que la célébration diocésaine des JMJ constitue «un moment privilégié de rencontre avec les jeunes générations, un instrument d’évangélisation du monde des jeunes et de dialogue avec eux».

GdSC/Vatican News/cath.ch

Articles en relation


Le pasteur et les chapelets

A Bourguillon, sur les hauts de Fribourg, depuis février, ce sont des évangéliques qui proposent aux pèlerins et passants des statuettes de saints et des crucifix. A quelques mètres d’un sanctuaire marial.


Une question à la foi: N’était-il pas saint?

En préparant des obsèques, tout récemment, j’entends cette phrase surgir tout à coup tel un diable de sa boîte: «Oh, vous savez, ce n’était pas un saint». Eh bien… je n’en suis pas si sûr. Si l’on prend le terme dans le sens où trop de gens semblent encore l’entendre – saint signifiant personne parfaite –, alors effectivement le défunt en question n’était pas un saint. Moi non plus d’ailleurs. Et chaque lecteur, chaque lectrice peut en dire autant.


La première en chemin

L’Assomption? Qu’est-ce que c’est? Ça existe encore? Dans un monde en perte de repères religieux, Noël ou Pâques passe encore – au mieux, nous nous retrouvons en famille pour célébrer la naissance de Jésus et la Résurrection, avec des vacances à la clé –, mais l’Assomption… d’autant que cette fête tombe en plein été, synonyme de vacances.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours dessin echo