Une question à la foi: Prier l’Esprit?

A l’approche de la Pentecôte, i il n’est sans doute pas inutile d’interroger notre prière à cet «éternel troisième» qu’est l’Esprit Saint.

Prier le Père, on sait faire. Le Notre Père, enseigné par Jésus, nous en fournit même les mots, d’autant plus sympathiques en français depuis qu’on a enfin compris que Dieu ne soumettait personne à la tentation.

Prier le Fils, on sait faire aussi, en général. Bon nombre de prières s’adressent au médiateur par excellence qu’est le Christ, sans parler de plusieurs pratiques d’adoration, de méditation ou d’imitation de sa vie. Mais l’Esprit? Que demander à ce souffle d’Amour qui vit en chaque baptisé? Que demander à cette force gigantesque à côté de laquelle la magie d’un Harry Potter fait figure de hochet pour enfant? Que demander pour notre monde à ce féminin de Dieu? Car, oui, l’Esprit – rouah – est un mot féminin en hébreu, si, si!

Sans doute pouvons-nous, et même devons-nous, lui demander encore et toujours de répandre ses sept dons sacrés sur chacune et chacun. Sept puissances de l’Esprit dont on tire traditionnellement la liste à partir du livre du prophète Isaïe (Is 11,2-3): sagesse, intelligence, conseil, force, connaissance, piété, crainte de Dieu (rappelons que la crainte de Dieu au sens biblique n’est pas une peur mais un profond respect filial).

Osons prier plus souvent l’Esprit Saint pour qu’il souffle sur le monde et que l’Amour y soit la langue parlée universellement.

Vincent Lafargue

Articles en relation


Le pasteur et les chapelets

A Bourguillon, sur les hauts de Fribourg, depuis février, ce sont des évangéliques qui proposent aux pèlerins et passants des statuettes de saints et des crucifix. A quelques mètres d’un sanctuaire marial.


Une question à la foi: N’était-il pas saint?

En préparant des obsèques, tout récemment, j’entends cette phrase surgir tout à coup tel un diable de sa boîte: «Oh, vous savez, ce n’était pas un saint». Eh bien… je n’en suis pas si sûr. Si l’on prend le terme dans le sens où trop de gens semblent encore l’entendre – saint signifiant personne parfaite –, alors effectivement le défunt en question n’était pas un saint. Moi non plus d’ailleurs. Et chaque lecteur, chaque lectrice peut en dire autant.


La première en chemin

L’Assomption? Qu’est-ce que c’est? Ça existe encore? Dans un monde en perte de repères religieux, Noël ou Pâques passe encore – au mieux, nous nous retrouvons en famille pour célébrer la naissance de Jésus et la Résurrection, avec des vacances à la clé –, mais l’Assomption… d’autant que cette fête tombe en plein été, synonyme de vacances.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours dessin echo