Une question à la foi: Prier l’Esprit?

A l’approche de la Pentecôte, i il n’est sans doute pas inutile d’interroger notre prière à cet «éternel troisième» qu’est l’Esprit Saint.

Prier le Père, on sait faire. Le Notre Père, enseigné par Jésus, nous en fournit même les mots, d’autant plus sympathiques en français depuis qu’on a enfin compris que Dieu ne soumettait personne à la tentation.

Prier le Fils, on sait faire aussi, en général. Bon nombre de prières s’adressent au médiateur par excellence qu’est le Christ, sans parler de plusieurs pratiques d’adoration, de méditation ou d’imitation de sa vie. Mais l’Esprit? Que demander à ce souffle d’Amour qui vit en chaque baptisé? Que demander à cette force gigantesque à côté de laquelle la magie d’un Harry Potter fait figure de hochet pour enfant? Que demander pour notre monde à ce féminin de Dieu? Car, oui, l’Esprit – rouah – est un mot féminin en hébreu, si, si!

Sans doute pouvons-nous, et même devons-nous, lui demander encore et toujours de répandre ses sept dons sacrés sur chacune et chacun. Sept puissances de l’Esprit dont on tire traditionnellement la liste à partir du livre du prophète Isaïe (Is 11,2-3): sagesse, intelligence, conseil, force, connaissance, piété, crainte de Dieu (rappelons que la crainte de Dieu au sens biblique n’est pas une peur mais un profond respect filial).

Osons prier plus souvent l’Esprit Saint pour qu’il souffle sur le monde et que l’Amour y soit la langue parlée universellement.

Vincent Lafargue

Articles en relation


Semaine de prière pour l’unité

Cette année, la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, du 18 au 25 janvier, a pour thème «Nous avons vu son astre à l’Orient et nous sommes venus lui rendre hommage» (Mt 2, 2). Il a été préparé par le Conseil des Eglises du Moyen-Orient.


Engagement des Eglises en question

La campagne pour l’initiative «Entreprises responsables» laisse des traces. L’implication des Eglises et les drapeaux sur les tours et clochers (EM47 2020) fâchent encore certains. Une table ronde à Berne le 2 décembre n’a pas permis de trouver un consensus.


Hérémence: une «cathédrale de béton»

Il y a cinquante ans, le petit village valaisan d’Hérémence se dotait d’une nouvelle église alliant audace et solidité. Dédiée à saint Nicolas de Myre, elle fait la fierté des paroissiens et attire les touristes.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



promotion echo

 

oui aux medias