Une question à la foi: Le fruit de vos entrailles?

Est-il autorisé de remplacer, dans le Je vous salue Marie, l’expression «le fruit de vos entrailles » par «votre enfant»? C’est la question que m’a posée une paroissienne il y a peu.

Je crois qu’en matière de prière, il n’y a pas grand-chose d’interdit ou d’autorisé. Une prière est juste lorsqu’elle provient du fond de notre coeur, qu’elle soit un cri de douleur ou une exclamation de louange. A relire les 150 psaumes de la Bible, qui sont des prières, des cris lancés vers le ciel, on y rencontre toutes les formulations possibles. Mais qu’en est-il de ces prières de l’Eglise qui se transmettent de grand-maman à petits-enfants, comme le Je vous salue Marie? Doit-on dire «tu» ou «vous» à Marie? «Réjouis-toi Marie» ou «Je vous salue Marie»? S’il est certain que «Réjouis-toi » traduit mieux le grec d’origine que «Je vous salue», il n’en reste pas moins que nous ne possédons pas l’enregistrement audio d’époque de la voix de l’ange, et que «Réjouis-toi» est bien une formule de salutation... qui peut donc aussi se traduire par «Je vous salue». Quant aux entrailles, elles sont un thème biblique par excellence – les rahamim, en hébreu, sont le siège de la vie et de nombre d’émotions, notamment la compassion. Mais il est vrai que le terme a pris une couleur un peu négative en français. Si nous lui préférons une formulation de type «le fruit de ton sein» ou «ton enfant» ou «votre enfant», je crois que Marie ne s’en offusquera guère.

Vincent Lafargue

Articles en relation


Voix de femmes

Quelle écoute des femmes dans l’Eglise? Quelles résistances? Quelles avancées? Comment faire pour que l’Eglise vive pleinement la synodalité? Des questions abordées par le Centre Sainte-Ursule à Fribourg autour d’une conférence d’Anne-Marie Pelletier et de témoignages de femmes engagées en Eglise.


Simplon: un accueil en règle

Ne pouvant accueillir des voyageurs durant deux mois l’an dernier, le prieur de l’hospice du Simplon a dû repenser sa vocation. François Lamon prie pour la conversion des coeurs et ouvre le sien et ses bras aux visiteurs qui reviennent.


Une question à la foi: Quand baisser la tête?

Les chrétiens catholiques vont célébrer la Fête-Dieu ce jeudi (dans les cantons catholiques) ou ce dimanche (ailleurs). A cette occasion, il n’est pas inutile de rappeler un geste de la messe encore souvent effectué au mauvais moment.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



voyage alpes home