Chine: Fini de sourire

Xi Jinping, le tout-puissant président d’une Chine à l’appétit vorace. A la santé de qui trinque-t-il? Xi Jinping, le tout-puissant président d’une Chine à l’appétit vorace. A la santé de qui trinque-t-il?

Qui est le grand gagnant, provisoire, d’un an de pandémie? La Chine. Paradoxe titanesque: la crise planétaire de la Covid-19 accroît la puissance de Pékin. Son PIB est resté positif (+2,3%) en 2020 alors que l’économie mondiale tousse en craignant le pire. Cherchez l’erreur!

La propagande de l’Empire du Milieu a instillé le doute sur le virus, comme si la province du Hubei n’en était pas l’épicentre. Sa diplomatie sanitaire a usé de paravents de choc – l’hôpital construit en dix jours à Wuhan – et exporté ses caméras thermiques de l’Argentine au Pakistan. Douée pour les écrans de fumées néo-totalitaires, la Chine a baladé l’équipe d’experts de l’OMS en février.

Mais cette institution internationale vient d’accuser Pékin d’avoir entravé sa mission. Une critique relayée par treize Etats emmenés par les Etats-Unis. Parmi eux, le Canada et l’Australie: leurs relations avec la Chine se dégradent, là pour des affaires d’espionnage (Huawei), ici pour une dépendance économique problématique.

La diplomatie des «loups combattants» montre ses crocs.Partout, c’est la fin du profil bas souriant: la diplomatie des «loups combattants » montre ses crocs. Pékin avance ses pions, hier en Afrique, aujourd’hui en Europe centrale et orientale. La récente nouvelle stratégie sur la Chine, notre 3e partenaire économique, du Conseil fédéral a immédiatement été critiquée par l’ambassadeur chinois à Berne. Malaise révélateur? Ailleurs, on ne compte plus les motifs d’immixtion chinoise: pressions en Suède, ambassadeur injurieux convoqué en France, etc. Nervosité de Pékin sur la défensive? Désormais, l’Empire du Milieu fait même du chantage au vaccin pour entrer sur son territoire...

Hong Kong y est sous sa botte suite à une ultime réforme électorale, fatale. Personne ne se soucie du Tibet. Certes, le Xinjiang est devenu un motif de préoccupation. On le voit avec les déboires d’H&M et consorts qui, poussés à se soucier de l’origine de leur coton, pointent le sort terrifiant des Ouïghours. A leur sujet, une enquête de l’ONU serait en vue – myope ou lucide? Pour l’heure, Xi Jinping continue de sourire derrière le masque technocarcéral (non sanitaire) de son régime, synthèse inouïe de capitalisme de surveillance et de tyrannie maoïste du 21e siècle. Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera, aurait prophétisé Napoléon.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Articles en relation


Biden-Poutine: ils se reparlent

La rencontre entre Joe Biden et Vladimir Poutine à Genève le 16 juin a décrispé le dialogue difficile entre Washington et Moscou. C’est déjà ça.


Chine: au service du régime

De 1979 à 2016, la Chine a interdit aux familles d’avoir plus d’un enfant pour éviter la surpopulation. En manque de bras pour financer les retraites, elle leur en demande aujourd’hui trois.


Aveux spontanés

Voilà quelques semaines, la Chine a interdit d’antenne la chaîne anglaise BBC World News, qui avait eu le tort de proposer des reportages critiques sur le sort des Ouïghours. Mais il s’agissait aussi, pour le pouvoir chinois, d’une mesure de rétorsion, car quelques jours auparavant, l’autorité de régulation britannique avait, elle, retiré sa licence à la chaîne d’Etat chinoise CGTN, qui diffuse des informations sur la Chine à l’intention du reste du monde.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!