Eviter de tout fermer

Les établissements publics et les fêtes de Noël représentent deux grands défis pour les autorités sanitaires. Les établissements publics et les fêtes de Noël représentent deux grands défis pour les autorités sanitaires.

Le Conseil fédéral a repris la main pour imposer des mesures uniformes à tout le pays, mais avec des adaptations. Une aggravation de la situation est envisagée. De nouvelles dispositions pourraient être prises.

LA SITUATION?

Cafés et restaurants ferment en principe à 19h dans tout le pays. Comme les musées, magasins, marchés et lieux de loisirs qui doivent en outre fermer leurs portes le dimanche et les jours fériés. Ce sont les règles fédérales auxquelles il peut être dérogé pour l’instant en Romandie. Alors que les hôpitaux universitaires s’inquiètent et que certains réclament un confinement strict, le conseiller fédéral Alain Berset a rencontré les directeurs cantonaux de la santé lundi.

D’AUTRES MESURES?

Rien de précis n’a filtré des mesures mises en consultation auprès des cantons – le Conseil fédéral en discutera ce vendredi. Elles pourraient ressembler à celles prises par les Romands cet automne. Ou à celles que prennent des pays voisins, mais Alain Berset a insisté sur le fait que la Confédération privilégie «un autre chemin». Tout fermer, «ce que nous essayons depuis le début d’éviter» a-t-il souligné, ne sera évité que si «toutes et tous appliquent pleinement les mesures».

LES FÊTES?

Durant les fêtes, les risques vont augmenter en même temps que les contacts privés. L’objectif, a rappelé Lukas Engelberger, directeur de la Santé de Bâle-Ville devant les médias, est de compter le moins possible de morts et de malades. Dans l’attente de possibles mesures supplémentaires, la règle fédérale est de limiter les réunions à un maximum de dix personnes, si possible (une recommandation instante) issues de deux ménages au plus. Les services religieux sont autorisés, en principe limités à 50 personnes.

LE FÉDÉRALISME?

Il a surmonté une épreuve. Il «fonctionne », selon Alain Berset. En permettant aux cantons dont l’évolution épidémiologique est favorable de prendre des mesures moins strictes sur la base de critères adaptés aux cantons romands, le Conseil fédéral tente d’éviter de creuser le fossé dit du corona. Scandalisés par l’idée de mesures nationales, les Romands se sont calmés. En demandant aux cantons de s’entendre avec leurs voisins avant tout assouplissement, le gouvernement a aussi réintroduit un semblant de cohérence.

ET AILLEURS?

Dimanche, l’Allemagne a pris des mesures drastiques: fermeture des commerces «non essentiels» (déjà valable pour les bars et restaurants), des crèches et écoles, fêtes de Noël réservées à la famille proche et interdiction de vendre de l’alcool sur la voie publique. La République tchèque interdit aussi la vente de café et de thé à emporter, mesure qui fait polémique, et songe à de nouvelles fermetures. La France passe à un régime de couvre-feu. L’Italie interdit les déplacements d’une région à l’autre à partir du 21 décembre et même d’une commune à une autre les 25 et 26. L’Espagne limite les réunions à dix personnes, l’Angleterre à six. La Belgique permet à un ménage de n’accueillir qu’un invité (deux pour les personnes seules) et promet des contrôles.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



 

Articles en relation


Coronavirus: la Suisse n’est pas pingre!

Les représentants du patronat n’ont jamais permis à la Suisse d’avoir un oeil sur les comptes de leurs entreprises, rappelle Paul Dembinski, professeur à l’Université de Fribourg. Aveugles, les autorités n’arrivent pas à réagir dans l’urgence. Alors que le coronavirus tue l’économie à petit feu.


Une question à la foi: Avez-vous réservé?

A l’entrée de plusieurs églises de Suisse romande, à Noël, des paroissiens éberlués ont entendu cette question: «Avez-vous réservé?». Covid-19 oblige, certaines paroisses ont décidé de rendre les célébrations accessibles uniquement sur inscription préalable, par internet notamment.


Demain le vaccin?

Face au coronavirus, le Conseil fédéral a repris la main. Le renforcement des mesures intervient alors que la vaccination se profile au bout du tunnel.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!