C’est quand, le Nouvel-An chrétien?

Notre nouvelle année occidentale est en général célébrée le 1er janvier, fête de sainte Marie Mère de Dieu pour les uns, journée mondiale de la paix pour d’autres. Il y a fort à parier que, cette année, les gestes barrières donneront à ce réveillon un petit goût amer, mais tout le monde se réjouira d’oublier 2020 pour passer à la suite!

Cependant, on le sait bien, les diverses religions ont souvent une autre date correspondant au début de leur année. Or les chrétiens ont aussi leur Nouvel-An... date flottante qui ne correspond jamais au 1er janvier. Et pour cause: la nouvelle année chrétienne commence au premier dimanche de l’Avent. Ce dimanche qui vient, de fait. – Mais pourquoi ne la fêtons-nous pas, alors? On la fête, dans bon nombre de paroisses! Et si ce n’est pas le cas dans la vôtre, il faut mettre cela en place de toute urgence. Le premier dimanche de l’Avent, parce qu’il est le début d’une nouvelle année liturgique, est l’occasion de mettre en avant (ou en Avent!) les ministres de la Parole, c’est-à-dire les personnes qui exercent le beau service de la lecture. En leur offrant le recueil des lectures de l’année à venir, par exemple. Cette année, il sera, dans bien des lieux, complexe de se réunir pour cela. Mais c’est aussi l’occasion de promouvoir la lecture de la Bible chez soi, par exemple avec la belle démarche de l’Evangile à la Maison.

Vincent Lafargue

Articles en relation


Une année avec Joseph

Le pape François a lancé une année saint Joseph le 8 décembre. Un an pour mieux connaître l’époux de Marie et père de Jésus, demander son aide et s’inspirer de son exemple en ce temps de pandémie.


Cardinal Schwery: l’essentiel, c’est d’aimer

«Si on m’avait dit à 25 ans qu’on me créerait cardinal, j’aurais dit: ‘Vous n’êtes pas fous? Je sais à peine planter les choux!’». Henri Schwery avait le parler simple et l’accent des gens du Valais central.


Mgr Morerod: l’Eglise doit vivre avec son temps

La pandémie a modifié le visage de l’Eglise: si les paroisses sont plus habiles à utiliser la technique pour rejoindre les fidèles, elles en ont aussi perdu. Les choses s’accélèrent, et l’avenir des communautés chrétiennes se dessine entre le numérique et une proximité à repenser. Le point avec Mgr Morerod.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!