Musique: la lettre du Boss

Avec Letter To You, Bruce Springsteen retrouve son groupe fidèle, l’E Street Band, pour un disque cohérent tout à fait dans la lignée de son oeuvre musicale. Avec Letter To You, Bruce Springsteen retrouve son groupe fidèle, l’E Street Band, pour un disque cohérent tout à fait dans la lignée de son oeuvre musicale.

Jeune septuagénaire, le Boss du rock, Bruce Springsteen, signe son 20e album. Letter To You est une missive adressée à chacun. Energie malgré le vieillissement, générosité en dépit des déceptions américaines: le message est clair et sonore.

Le 20e album studio de Bruce Springsteen voit notamment le retour de son fidèle groupe, l’E Street Band. Cela faisait six ans, depuis le moyen High Hopes, que cet attelage gagnant n’avait pas été réuni et cela commençait à s’entendre. Letter To You rehausse le niveau du Boss même si, il faut l’avouer, celui-ci n’en a guère besoin y compris dans ses phases creuses. La satisfaction sonore et sentimentale est en effet au rendez-vous de cet opus même si on se retrouve toujours à guetter les notes de saxophone du regretté Clarence Clemons, pourtant remplacé par son excellent neveu Jake, sur disque comme en tournée d’ailleurs.

Le héros des cols bleus américains tient bon à 71 ans.Rien de nouveau sous le soleil de Springsteen avec cette lettre en douze chansons, une missive de presque une heure adressée à tout un chacun. L’idéalisme démocratique du chanteur compositeur est toujours sur le point d’être éraflé, voire défiguré, par la réalité. Mais le héros des cols bleus américains tient bon à 71 ans. Il a sa dignité, ses valeurs, ses amis de l’E Street Band, son amour Patti. En abordant des thèmes comme le vieillissement et la mortalité avec le dynamisme qu’on lui connaît.

ENREGISTRÉ EN GROUPE

Pas du genre à rendre les armes, le Bruce! Pas le style à laisser l’espoir à terre! On le sait depuis longtemps. On en a la confirmation, si besoin était, avec des titres qui, sans réussir à porter la totalité de l’albumau niveau des Born to RunThe River et Born in the USA, en font probablement un de ses meilleurs depuis les séances folk revigorantes de We Shall Overcome: The Seeger Sessions il y a de cela quatorze ans déjà.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


Un titre comme House Of A Thousand Guitars est à cet égard exemplaire. Il s’inscrit dans la ligne lyrique des compositions les plus représentatives du Boss: quelques notes de piano en guise d’ouverture entêtante, la voix qui se pose avec émotion, une tension qui monte progressivement avant le déclenchement de son orchestre rock à la façon du «mur du son» hérité de la production de Phil Spector. La ritournelle est repartie. Celle-ci risque fort de faire partie du répertoire préféré des fans du Boss. Elle fonctionne à plein régime. On retrouve cette formule magique, avec les nuances de concert, sur The Power of Prayer et Ghosts.

Cette bonne santé bénéficie surtout d’un point fort de Bruce Springsteen et de l’E Street Band: le son live. C’est ainsi que Letter To You est né. Avant le coronavirus. Dans son studio maison, enregistré en quatre jours en prise directe dans une même pièce, en novembre 2019. Ce côté compact, direct, dense, chaleureux, joyeux pour les acouphènes, est un signe: le rock n’est jamais aussi puissant et parlant que quand il est cohérent. Le Boss, jeune homme mature de 71 automnes, nous le rappelle en chantant, fidèle à lui-même. 

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Articles en relation


Pop Rock: Sophie Hunger

L’artiste suisse de pop rock indépendant qui brille le plus à l’international publie son septième album. Bonne surprise: Sophie Hunger opère une rupture avec les ambiances trop électroniques de son précédent opus.


Elizabeth Sombart console les défunts

Depuis début avril, la pianiste Elizabeth Sombart donne tous les après-midis un récital dans le hall de la chapelle funéraire de Beausobre, à Morges. Une manière de consoler ceux qui sont morts seuls.


Le grand initiateur

A-wop-bop-a-loo-bop-a-wop-bam-boom! Des onomatopées comme ça, il n’y en a qu’une par siècle. Il est tout feu tout flamme, Little Richard, avec son Tutti Frutti qui ébouriffe l’automne 1955. Une énergie décomplexée, de l’électricité sexuelle, une bizarrerie désaxée: un scandale vibrionnant qui piaffe à son piano! Avec Chuck Berry, Bo Didley, Fats Domino, Buddy Holly, Big Joe Turner, Gene Vincent, Jerry Lee Lewis (le seul encore vivant) et Elvis, ce pionnier du rock and roll propulse la jeunesse en haut des charts des années 1950.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!