HUG: restaurer l’équilibre vacillant

L’usure du système vestibulaire est souvent à l’origine de chutes chez les personnes âgées, mais les plus jeunes peuvent aussi être concernés. L’usure du système vestibulaire est souvent à l’origine de chutes chez les personnes âgées, mais les plus jeunes peuvent aussi être concernés.

Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), Angelica Perez Fornos et son équipe restaurent l’équilibre vacillant des patients avec leur neuroprothèse révolutionnaire.

«Tout s’est passé en une fraction de seconde et je ne sais même pas comment», raconte cette vieille dame alitée dans sa chambre d’hôpital avec un col du fémur fracturé. Les chutes de ce type, qui se produisent sans avoir heurté d’obstacle ou s’être fait bousculer, sont monnaie courante chez les personnes âgées. Souvent, elles sont provoquées par des vertiges qui arrivent sans crier gare.

Même chose chez des patients plus jeunes et actifs professionnellement dont les témoignages permettent de mesurer l’ampleur du désarroi: «Le plus difficile, ce sont les dîners d’affaires au restaurant: je ne sais plus, tout à coup, dans quelle main tenir la fourchette et dans quelle main tenir le couteau», rapporte en bégayant une avocate, l’air complètement perdu. «Je suis là mais pas vraiment là. C’est comme si c’était moi vue d’à côté », confie une autre victime de ces symptômes affolée par les sensations vécues. «J’ai eu une crise de vertige qui a duré plus de vingt minutes et j’ai dû sortir de la cabine tellement j’allais mal», livre un pilote d’avion d’une trentaine d’années qui a été obligé de laisser les commandes de l’appareil à son copilote.

PANNE DE BATTERIE INTERNE

L’origine de tous ces problèmes se cache généralement dans la panne du système vestibulaire qui se trouve dans l’oreille. Il s’agit d’une sorte de batterie interne qui permet de rester debout, de marcher et de s’orienterdans l’espace. Depuis plus de dix ans, Angelica Perez Fornos, docteure en neurosciences et en ingénierie biomédicale, travaille sur ce problème auprès des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Responsable du protocoleméthodologique, elle a trouvé, avec son équipe, une solution à ce problème.

17A EM45

Il s’agit d’une neuroprothèse qui ressemble à l’implant cochléaire dont bénéficient les patients sourds ou malentendants: des électrodes sont insérées dans le système vestibulaire périphérique des patients et un implant vestibulaire constitué de capteurs de mouvement et de position est fixé à leur crâne et relié à un processeur qui des chutes transforme les informations en signaux électriques. Pour mettre en marche le système, des stimulations électriques modérées sont envoyées via cette neuroprothèse. C’est précisément là que réside le secret: il faut bien doser leur intensité, ce qui n’est pas une mince affaire.

Concrètement, comment cela marchera-t-il pour les utilisateurs? «Il s’agit d’un capteur de mouvement que l’on fixe sur la tête du patient. Il va déceler tous les mouvements spécifiques, puis les traduire en un code de stimulation électrique qui sera envoyé au nerf vestibulaire. Les deux dispositifs communiquent par radiofréquence », explique-t-elle. Une fois qu’elle sera commercialisée, le coût de cette prothèse s’alignera sur celui de l’implant cochléaire: environ 30’000 francs avec l’opération et le suivi médical.

UN ÉQUILIBRE DURABLE

Si ce dispositif est testé en laboratoire avec succès sur des patients suisses, ces derniers ne peuvent pas repartir avec et le porter en permanence. Pour cela, il faut que l’équipe d’Angelica Perez Fornos obtienne toutes les autorisations officielles: en Suisse, le processus de validation des dispositifs médicaux est aussi long que laborieux. Aux Etats-Unis, c’est différent: «Nos collègues américains testent actuellement notre dispositif sur leurs patients qui le portent en permanence, rapporte la chercheuse. Au départ, notre plus grande crainte était que le cerveau s’habitue à ces stimulations électriques et cesse de réagir. Mais les expériences montrent que ce n’est pas du tout le cas; l’équilibre des gens est durablement restauré».

Anna Aznaour

Pour plus de renseignements sur les pertes d’équilibre: Association suisse du déficit vestibulaire bilatéral: https://asdvb.ch

Children Vestibular Disorder Association: www.cvdassociation.com

 

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Notre GPS interne

Situé dans chaque oreille, le système vestibulaire est un petit organe en forme d’escargot. Cette sorte de GPS nous permet de nous déplacer dans l’espace sans perdre notre équilibre. Il baigne dans un liquide dont les mouvements suivent ceux de la tête et sont détectés par des cellules sensorielles. Ces cellules ont pour rôle de déceler la position de la tête dans l’espace ainsi que les mouvements d’accélération et de décélération. Les informations ainsi codées sont transmises au cerveau qui nous permet de nous orienter dans l’espace et de garder notre équilibre. Lorsque cet organe est perturbé ou usé, cela provoque des vertiges, qui sont souvent à l’origine de chutes chez les personnes âgées.

AA

 

Articles en relation


Primes maladie: le Jura s’autopsie

Le canton du Jura scanne la santé de sa population alors que les primes maladie grimperont l’an prochain de 2%. Un pic en Romandie.


Au moindre rhume

Pour que le déconfinement réussisse, il faut dépister. Encore faut-il ne pas confondre les différents tests. Et pouvoir les payer. Quant aux anticorps...


Comment ménager son dos

Nuque crispée, dos douloureux: ce ne sont pas des symptômes du coronavirus, mais du télétravail. Huit conseils pour ménager son corps loin de sa chaise de bureau.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!