Echos de la Bible: Donald Trump et l’Ecriture

Donald Trump lors de sa visite à l’église St. John’s, en face de la Maison Blanche. L’église a en partie brûlé durant les événements qui ont suivi la mort de George Floyd. Donald Trump lors de sa visite à l’église St. John’s, en face de la Maison Blanche. L’église a en partie brûlé durant les événements qui ont suivi la mort de George Floyd.

Il ne s’agit pas ici de faire de la politique politicienne, mais d’interpeller quant à la récupération de la Bible au profit d’une idéologie biaisée. L’Ecriture sainte se voit en effet instrumentalisée par le président américain de manière fort partielle.

Quand Donald Trump pose Bible en main à la face du monde, il désire se présenter comme le héraut (et le héros) d’une nouvelle chrétienté états-unienne. Il s’adresse en fait surtout à son électorat, issu des Eglises évangéliques, et à certains catholiques conservateurs comme s’il pouvait apparaître comme leur porte-parole. A des fins électoralistes, il fait critiquer par son secrétaire d’Etat Mike Pompeo l’accord entre le Saint- Siège et Pékin afin de flatter les électeurs catholiques de la droite dure, «anti-François», nombreux dans son pays d’après les vaticanistes américains.

DÉFENDRE LA VIE, TOUTE VIE

«Je suis venu pour qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance», nous laisse en héritage l’évangile de Jean (Jean 10,10). Certes, il est légitime, au nom du Nouveau Testament, de se prononcer en faveur de la vie, de se dire pro-life. Cela vaut pour le refus de l’avortement, bien sûr. Mais cela vaut tout autant pour l’opposition à la peine de mort. «Dans la vie comme dans la mort, nous appartenons au Seigneur» (Romains 14,8b). Comment donc pouvoir se dire en vérité pro-vie et défendre mordicus les exécutions capitales – ce que la doctrine catholique récuse? 

De plus, la vie que le Fils de Dieu nous offre en plénitude mérite d’être respectée du début à la fin... ainsi qu’au milieu. C’est la vie des personnes de couleur, des femmes, des migrants, des pauvres et des petits qu’il convient de préserver par un système de santé digne de ce nom.

«J’étais malade et prisonnier, j’étais un étranger, vous m’avez visité et accueilli. Ce que vous avez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait», nous répète quotidiennement le Fils de l’homme qui vient sur les nuées (Matthieu 25,31- 46).

C’est la vie de la planète et du cosmos et la biodiversité qu’il faut sauvegarder. Comment peut-on se dire en même temps fidèle à la Bible et climatosceptique? Ainsi que le pontife sud-américain l’écrit dans Laudato si’, la Révélation manifeste l’oeuvre du divin Créateur, qui confie la terre aux êtres humains pour qu’ils la fassent fructifier et la protègent. «Le Seigneur Dieu prit l’homme et l’établit dans le jardin d’Eden pour le cultiver et le garder» (Genèse 2,15). Je recommande également à «l’équipe trumpienne » la lecture du tout dernier document pontifical, l’encyclique Fratelli tutti, sur la solidarité et l’amitié sociale au nom de la Parole de Dieu. «Honorez tout le monde, aimez vos frères et soeurs, servez le Seigneur» (1 Pierre 2,17). Je suis donc toujours surpris quand je constate que nos frères et soeurs dits évangéliques, si attachés à la lecture de l’Ecriture à la lettre, se disent les fervents supporters, pour des raisons théologiques, d’un candidat qui néglige autant les exhortations centrales de la Bible. Certains vont même jusqu’à le considérer comme le messie envoyé par Dieu pour le salut de l’Amérique. 

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


POUR LE BIEN COMMUN

Car c’est le bien commun de toute l’humanité que le Seigneur nous invite à rechercher en anticipant le rassemblement de tous les peuples tel que le chante l’Apocalypse: «Voici qu’apparut à mes yeux une foule immense que nul ne pouvait dénombrer, de toute nation, race, peuple et langue. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches, avec des palmes à la main» (Apocalypse 7,9). La planète est donnée à l’ensemble des êtres humains pour qu’ils la travaillent au profit de tous (Genèse 1,27-28). Cela passe par l’établissement de traités et d’alliances avec les autres puissances mondiales et les régions voisines, non par la destruction des accords planétaires en place ni par la démolition des organisations internationales au nom d’une suprématie de l’Amérique (blanche) ni par la construction de barrières avec le Mexique. «Celui qui bâtit des murs à sa frontière ne peut se réclamer de la foi biblique», déclarait clairement le pape latino-américain.

François-Xavier Amherdt

 

Articles en relation


Nouvelle rubrique: Echos de la Bible!

«La Bible dans une main, le journal dans l’autre », disait le pasteur et théologien bâlois Karl Barth. Et aujourd’hui, l’abbé Gabriel Ringlet n’a de cesse de faire se rencontrer actualité, Evangile et imaginaire. Ainsi, Bible et actualité sont soeurs, elles s’interpellent et se complètent: le message chrétien, vieux de deux mille ans, trouve écho dans ce qui tisse l’actualité, il l’interroge et lui donne sens dans une tension féconde.


USA: Trump vise le sud

A quelques semaines de l’élection présidentielle américaine, notre reporter est parti à la rencontre d’Américains ayant soutenu Donald Trump en 2016. La grande majorité d’entre eux se disent satisfaits.


Élection américaine: enjeu religieux

Aux Etats-Unis, les chrétiens charismatiques ont pris le dessus dans la communauté évangélique. Et leur soutien à Donald Trump a fait basculer le débat politique sur le plan religieux, analyse le chercheur André Gagné de l’Université Concordia, à Montréal.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!