La parole à François

Le pape François a signé le 3 octobre à Assise sa nouvelle encyclique Fratelli tutti («Tous frères») consacrée à la fraternité. Nous en publions ici trois brefs extraits.

177.

Je me permets d’insister à nouveau sur le fait que «la politique ne doit pas se soumettre à l’économie et celle-ci ne doit pas se soumettre aux diktats ni au paradigme d’efficacité de la technocratie». Même s’il faut rejeter le mauvais usage du pouvoir, la corruption, la violation des lois et l’inefficacité, «on ne peut pas justifier une économie sans politique, qui serait incapable de promouvoir une autre logique qui régisse les divers aspects de la crise actuelle». Tout au contraire, «nous avons besoin d’une politique aux vues larges, qui suive une approche globale en intégrant dans un dialogue interdisciplinaire les divers aspects de la crise ». Je pense à «une saine politique, capable de réformer les institutions, de les coordonner et de les doter de meilleures pratiques qui permettent de vaincre les pressions et les inerties vicieuses». On ne peut pas demander cela à l’économie, ni accepter qu’elle s’empare du pouvoir réel de l’Etat.

281.

Un cheminement de paix est possible entre les religions. Le point de départ doit être le regard de Dieu. Car «Dieu ne regarde pas avec les yeux, Dieu regarde avec le coeur. Et l’amour de Dieu est le même pour chaque personne, quelle que soit sa religion. Et si elle est athée, c’est le même amour. Au dernier jour et quand il y aura la lumière suffisante sur la terre pour voir les choses telles qu’elles sont, il y aura des surprises!».

92.

La teneur spirituelle d’une vie humaine est caractérisée par l’amour qui est somme toute «le critère pour la décision définitive concernant la valeur ou la non-valeur d’une vie humaine». Cependant, il y a des croyants qui pensent que leur grandeur réside dans l’imposition de leurs idéologies aux autres, ou dans la défense violente de la vérité ou encore dans de grandes manifestations de force. Nous, croyants, nous devons tous le reconnaître: l’amour passe en premier, ce qui ne doit jamais être mis en danger, c’est l’amour; le plus grand danger, c’est de ne pas aimer (cf. 1 Co 13, 1-13).

 

Infographies de l'encyclique Fratelli Tutti 

(Cliquer sur les images pour agrandir)

 

06 infographie 1 fratelli tutti chap i fr07 infographie 2 fratelli tutti chap ii fr

08 infographie 3 fratelli tutti chap iii fr09 infographie 4 fratelli tutti chap iv fr

10 infographie 5 fratelli tutti chap v fr11 infographie 6 fratelli tutti chap vi fr

12 infographie 7 fratelli tutti chap vii fr13 infographie 8 fratelli tutti chap viii fr

 

 

 

Articles en relation


Encyclique: appel à toute l’Eglise

Ecouter les personnes démunies et assumer la dimension politique de l’existence: voilà, selon Jean-Claude Huot, responsable pour le canton de Vaud de la pastorale oecuménique dans le monde du travail, deux impulsions fortes de l’encyclique Fratelli tutti. A mettre en oeuvre par tous.


Interview du Père Nicolas Buttet

Le Père Nicolas Buttet a lu Fratelli Tutti en avant-première: il cosigne l’introduction à la nouvelle encyclique du pape publiée par les Editions Saint-Augustin. Et répond à quelques questions de sa retraite africaine.


Frères universels

L’encyclique Fratelli tutti sur la fraternité et l’amitié sociale est un vigoureux appel à bâtir une fraternité universelle basée sur respect de la personne ainsi qu’une société inclusive et solidaire. Elle réhabilite la politique face à une économie devenue toute-puissante.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!