Effacer le C

Le parti démocrate-chrétien veut changer de nom. Ce n’est pas la première fois de sa longue histoire qui débuta quand ce courant politique se constitua comme force d’opposition aux tout-puissants radicaux du 19e siècle. C’est son droit, comme tout parti; on l’a vu avec la fusion radicale- libérale. Ce qui est aussi certain, c’est que cette conversion nominative n’est en rien anodine.

Il y a déjà un certain temps que plus d’un édile souhaite «flanquer un coup de pied au c... du C» du PDC, comme disait un éminent éditorialiste défunt de La Liberté. Ce «C» sentirait la naphtaline de sacristie, les génuflexions dociles, l’immixtion du religieux dans la politique, un piège dont il faudrait se débarrasser une bonne fois pour toutes dans le fleuve trouble de la sécularisation.

Ce qui gêne le PDC, c’est l’adjectif chrétien.Quand on écoute Gerhard Pfister, président du PDC, on pressent que ce qui gêne la «progression» de son parti, qui ne cesse de perdre des plumes, c’est l’adjectif chrétien. Pas assez vendeur pour les électeurs urbains. Trop conservateur dans unmonde où l’indistinction devient une vertu. Ringard en somme. Ainsi les têtes pensantes du PDC prônent-elles l’abandon d’une marque usée en faveur d’un label soi-disant conquérant: «Le Centre».

Le PDC se positionne en effet dans cet espace pivot. Il y coudoie le PBD, le PEV et les Verts libéraux, ce qui fait du monde. Gerhard Pfister promet en outre que les valeurs du PDC ne seront pas noyées dans le projet de redénomination. A l’écouter, cependant, on peine à percevoir des références évoquant le substrat catholique de son parti.

En définitive, ses arguties renvoient à un vaste constat: le christianisme est devenu un repoussoir dans un pays dont le drapeau est orné d’une croix – pour combien de temps encore? Les croyants observent cette réalité avec inquiétude. Certains l’endurent. Mais ils ne sont pas dupes. Ils ont leur liberté de conscience et leur foi. Ils ne votent pas par réflexe identitaire; on les retrouve d’ailleurs sur tout le spectre politique.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


Plus d’un chrétien sait que l’abandon de ce «C» est un signe supplémentaire d’un tsunami silencieux: la déchristianisation. Ce phénomène cardinal n’est pas une vieille lune pour fidèles passéistes. C’est un bouleversement de fond. De civilisation. Reléguer le christianisme qui nous a tant façonnés, en avoir honte, voire l’effacer... C’est à ce défi que nous sommes confrontés. Il est monumental.

On n’attendait pas de Gerhard Pfister un requiem à ce sujet. Las, il faut se résoudre à l’évidence: on ne peut souhaiter d’un politicien préoccupé à engranger des voix qu’il délivre un message d’espérance. Mieux vaut se tourner vers une Croix de lumière dont le C majuscule n’est, lui, pas près d’être rayé du marbre de l’histoire.

Articles en relation


La démocratie chrétienne en crise après Merkel

L’Allemagne se prépare à vivre sans Angela Merkel: la chrétienne-démocrate quittera la Chancellerie fédérale après les élections du 26 septembre. En seize ans au pouvoir, elle a fait de l’Allemagne le leader incontesté de l’Europe, mais laisse derrière elle un parti affaibli.


Croire et cheminer

«Seigneur accorde ton secours au beau pays que mon coeur aime», avez-vous peut-être entonné à l’occasion de la Fête fédérale d’action de grâce – le Jeûne fédéral pour les réformés –, ce dimanche de prière pour la patrie institutionnalisé. Constitutionnellement placée à l’ombre des ailes de Dieu Tout-Puissant – n’en déplaise à certains –, la Suisse est-elle toujours chrétienne? Ou plutôt, faute d’attestation de baptême, la Suisse reste-elle fidèle à sa tradition chrétienne?


France: le retour de la vieille droite

L’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République en 2017 et la création de son mouvement La République en marche (LRM) semblaient avoir fait le vide – ne subsistaient que, tout à droite, le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen, appelée à l’affronter au deuxième tour de la présidentielle de 2022, et, à l’autre extrême, les Insoumis de Jean Luc Mélenchon. Or les élections régionales, marquées par l’abstention de deux tiers des Français, renforcent les partis traditionnels – Les Républicains surtout.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours dessin echo