A la mode: le cyclisme sur route

Le Valais (ici dans la région du Sanetsch), avec ses cols et ses boucles à l’infini, attire facilement les cyclistes sur ses routes. Le Valais (ici dans la région du Sanetsch), avec ses cols et ses boucles à l’infini, attire facilement les cyclistes sur ses routes.

Le Valais met le paquet pour surfer sur la vague porteuse du cyclisme sur route. Les championnats du monde, qui devaient se dérouler fin septembre à Martigny, ont renforcé le phénomène.

«Le vélo, c’est le nouveau golf!»: lancée par The New York Times, cette formule est devenue culte. Le cyclisme sur route n’est plus une discipline ringarde de besogneux se pratiquant en disgracieuse tenue moulante bariolée, mais un sport branché pratiqué par des gens aisés et éduqués. Le Valais qui, fin 2016 déjà, créait une carte répertoriant 740 km de parcours cyclables d’intérêt l’a parfaitement bien compris. L’initiative fait partie d’une stratégie unique en Suisse pour le cyclisme sur route, laquelle appartient à un plan cantonal plus large visant à booster le «tourisme quatre saisons».

DES HOMMES AISÉS ET COMPÉTITIFS

En 2013, le marché suisse du vélo répertoriait à lui seul 1,6 million de pratiquants réguliers. En 2018, Suisse Tourisme a investi 45 millions dans une campagne de promotion du vélo, sur route en particulier. L’été, amateurs suisses et étrangers (30% environ) viennent de loin pour frotter leurs mollets aux cols mythiques du Valais.

«Statistiquement, il s’agit majoritairement d’hommes, entre 36 et 45 ans, qui voyagent sans enfant et qui visent une certaine performance», analyse Nancy Pellissier, spécialiste «cyclisme » à Valais/Wallis Promotion, l’organe cantonal de promotion du tourisme. Ceux-ci dépensent bien plus lors de leur séjour que les autres touristes. «Un marché de niche d’autant plus intéressant que le boom des vélos électriques contamine gentiment le cyclisme sur route et élargit le nombre de clients potentiels.»Même si, rappelle Alain Puiseux, rédacteur en chef du magazine français 200, le vélo de route autrement, le coût très élevé de la vie en Suisse a tendance à freiner les ardeurs des cyclistes étrangers.

15A EM40De nombreux Offices du tourisme et hôtels, à l’instar d’«Au Club Alpin» lancé à Champex (en dessus de Martigny) par le financier Michel Thétaz, ex-patron de l’équipe professionnelle IAM Cycling, tentent de prendre la bonne échappée en marche. Président de la fédération cycliste valaisanne et fondateur de la sociétéVélo-Evolution Consulting, l’ancien pro Steve Morabito résume bien cet essor: «Déjà 72 établissements valaisans certifiés Bike hôtel proposent des locaux adaptés, des transports de bagages ou des ‘late checkout’, des itinéraires tel que le Valais Vélo Tour, tour du canton en dix étapes, sont mis en place et le club Strava Valais compte près de 1000 membres. Il reste certes des résistances à vaincre concernant les coûts d’homologation et de balisage des itinéraires pour devenir une destination vélo comme les Dolomites, le Tyrol ou la Maurienne. Mais l’essentiel est là et ça roule de mars à novembre ».

Le Valais est généreux en cols et montées magnifiques ayant pour écrins des paysages époustouflants tour à tour viticoles, champêtres ou alpins avec bien souvent un glacier en ligne de mire. C’est là son atout maître. «Il existe des quantités de boucles inoubliables. Le tout dans une région dont les statistiques d’ensoleillement annuel sont dignes d’une station balnéaire, estime Alain Rumpf, guide vélo et photographe. Tout cela fait du Valais un formidable terrain de jeu qui n’a rien à envier aux Alpes françaises sauf la médiatisation régulière que leur apporte respectivement le Giro et le Tour de France.»

CHAMPIONNATS DU MONDE EN VALAIS

Ce n’est pas pour rien si les derniers championnats du monde, malheureusement annulés par la pandémie, devaient se dérouler fin septembre à Martigny. Des séjours «tout compris» de plusieurs jours, d’un point fixe ou en itinérance ont vu le jour et une quinzaine de montées cultes sont en passe d’être balisées – un chantier évalué à quelques 400’000 francs.

15B EM40Différentes compétitions ont également été lancées. S’il fallait n’en citer qu’une, ce serait le «Tour des stations ». Lancé en 2018 avec ses 240 kilomètres de parcours pour 8200 mètres de dénivelé positif, il se veut la «course cycliste d’un jour la plus dure au monde»! «Labellisée ‘Marmotte Granfondo’, cette compétition attire une clientèle internationale et ancre le Valais sur la liste des meilleures destinations vélo du monde», analyse Joakim Faiss, journaliste à Vélo romand et auteur du blog bikinvalais.ch.

Ces derniers mois, coronavirus aidant, la plupart des magasins de cycles ont constaté une hausse des ventes: 30% du côté de Ciclissimo à Uvrier. Caroline Faiss, co-gérante constate: «C’est assez fou! Tout le monde se met au vélo de route. Hommes, femmes, enfants. Les gens se sont aperçus qu’ils disposent d’une région magnifique. Ils se remettent assez vite en forme et s’équipent haut de gamme. Sur les réseaux sociaux, beaucoup de photos et de vidéos alléchantes accentuent le mouvement».

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


«A VÉLO, T’ES L’ROI DU MONDE!»

Le mardi, son magasin organise des sorties de groupe. De cinq participants au début, ils sont passés à 35. Non sans s’attirer parfois l’hostilité des automobilistes découvrant ces pelotons sortis de nulle part... «Les femmes représentent environ 20% des cyclistes sur route contre quatre fois moins il y a vingt ans», estime Alain Rumpf, qui vit pour la petite reine depuis 35 ans. «L’arrivée des freins à disque, très sécurisants, de vélos plus légers et de selles confortables les séduisent», constate Caroline Faiss.

Résultat: comme bien d’autres sans doute, l’itinéraire classique des berges du Rhône, prisé des cyclotouristes descendant le fleuve de sa source jusqu’à son embouchure, a battu des records d’affluence – des capteurs placés sur le parcours l’ont démontré. Caroline Faiss conclut avec une verve joyeuse: «Sur un bon vélo, t’avales des ‘kils’, les paysages défilent et t’es l’roi dumonde! Pour certain, c’est une thérapie, un style de vie, une identité et même une famille». Le cyclisme sur route a un bel avenir dans le canton. Cela fait déjà bien longtemps que, question raffinements et subtilités, il a lâché le golf loin derrière lui. 

Laurent Grabet

Articles en relation


Sport: légaliser le dopage?

Faut-il autoriser les athlètes à se doper? La question peut sembler absurde. Pas forcément, dit un médecin et philosophe de Bruxelles. Tout dépend les lunettes idéologiques que l’on porte: «bioconservatrices», libérales ou transhumanistes.


Ajla Del Ponte: reine du sprint

Révélation de la saison sur 100 mètres et meilleur chrono européen, la Tessinoise Ajla Del Ponte est aussi une brillante étudiante en lettres à l’Université de Lausanne. L’art de conjuguer deux défis au plus haut niveau.


Footballer valaisan et polyglotte

Leader charismatique de l’équipe suisse de football, milieu récupérateur à trois poumons, Gelson Fernandes prend sa retraite à 33 ans. Formé au FC Sion, ce grand voyageur a joué dans les plus grands championnats. Il témoigne avec sa joie communicative.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!