image003

La vie peu banale de rapatriés

Fichue famille de Peter van Dongen est adapté d’un roman d’Adriaan van Dis, un auteur hollandais fameux dont la famille est rapatriée d’Indonésie. Fichue famille de Peter van Dongen est adapté d’un roman d’Adriaan van Dis, un auteur hollandais fameux dont la famille est rapatriée d’Indonésie.

De l’histoire des Hollandais rapatriés d’Indonésie après la guerre contre les Japonais, Adriaan von Dis a fait un magnifique roman, Fichue famille, adapté par Peter Van Dongen en BD. A se procurer de toute urgence!

On est en 1945. 300’000 Européens et métis, dont la plupart hollandais, sont encore sur le territoire de la toute nouvelle république d’Indonésie. Parmi eux une famille recomposée dont le passé n’a pas épargné à Java, le mari, les camps de prisonniers où il a sombré dans la folie. Rapatrié des Indes néerlandaises avec sa femme et les trois filles métisses nées d’un premier mariage, l’homme devient père d’un garçon aux Pays-Bas. S’ouvre d’abord une période heureuse pour cette famille déracinée: on danse sur des airs de jazz de Glenn Miller, on élève les chevaux du haras qu’on monte pour de délicieuses balades dans les dunes des bords de la mer du Nord, on ne manque de rien. Tout a l’air normal. Tout a l’air de rouler. Tout? Vraiment?

BALAYÉS PAR L’HISTOIRE

Plus que tout, Java adore son fils qui le lui rend bien. Ses excentricités ou la sévérité avec laquelle il l’élève ne sont, pour le garçon, que des choses naturelles. Par ailleurs, l’enfant développe son imaginaire, s’évade dans ses rêves pour trouver l’équilibre. Jusqu’à ce jour néfaste où les chevaux dont il a la charge périssent noyés.

Java se met alors à se bourrer de tranquillisants, à raconter la famine, la guerre, les mauvais traitements endurés dans les camps japonais. Ses souvenirs traumatisent son gamin et l’emmènent, en même temps que toute la famille, dans son délire. Une famille écrasée par les injustices de l’histoire qui a finalement du mal à s’adapter dans une Hollande qui ne l’attendait pas. L’enfant est obligé de subir un suivi psychiatrique pour ne pas être englouti dans cette folie.

Découpé en quatre chapitres bien distincts, cet album de 120 pages et quelques confirme le talent de son auteur, né à Amsterdam en 1966 et dont les origines familiales sont un mélange sino-indonésien (une mère des Célèbes, un père malais ayant servi dans l’armée néerlandaise). Peter van Dongen est par ailleurs dessinateur des tomes 25 et 26, le diptyque La Vallée des Immortels, de la série Blake et Mortimer. Son trait ligne claire, d’une lisibilité parfaite, s’accorde on ne peut mieux au propos de cette traduction de Fichue famille, roman d’Adriaan van Dis (disponible chez Gallimard), qui ne pouvait trouver meilleur adaptateur dans le neuvième art.

Peu connu des non-initiés, Peter Van Dongen a plutôt publié en Hollande avant de faire son chemin hors du pays des tulipes avec notamment, mis à part les deux volets inspirés par le monde d’Edgar P. Jacobs, la mini-série Rampokan, éditée en intégrale en 2018 par les Editions Dupuis. Cette oeuvre racontait déjà une histoire en lien avec l’Indonésie. On peut aussi citer Trois jours à Rio, sur le parcours étonnant du fondateur de la marque de vêtements Gant. Artiste protéiforme, Peter Van Dongen est titulaire de nombreux prix de BD dont le Stripschap, le plus important des Pays-Bas, pour l’ensemble de son oeuvre.

Simon Vermot

Articles en relation


BD: Je veux une Harley!

On connaît les passions de Frank Margerin, ce Parisien rigolo qui, en 1979, a donné naissance à Lucien, rockeur déjanté. Outre la musique qu’il a pratiquée au sein des Dennis’ Twist, un groupe composé de bédéastes des Humanoïdes Associés – avec un tube au top 50 en 1987! –, la moto est son dada, notamment les gros cubes comme les Harley-Davidson. A un point tel qu’avec son pote Cuadrado il en a fait une série dont voici le sixième opus, Garage, Sweet Garage (Dargaud, 48 pages).


BD: Raven

La Caraïbe au 17e siècle. L’âge d’or de la piraterie occidentale. Némésis (Dargaud, 56 pages), premier volet de Raven, démarre forcément par un abordage sanguinaire. Sus au galion espagnol!


La décade de l’illusion

Quand bien même personne n’est responsable de sa postérité, chaque époque sécrète sa mythologie. Souvent les esprits qui rechignent devant la complexité assombrissent une période circonscrite. C’est le cas du Moyen Âge qui, malgré les éclairages des historiens, reste perçu par la majorité des gens comme un interminable âge obscurantiste.

Télécharger le dernier Echo Magazine en PDF

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.

Newsletter Echo

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!