COVID en Suède

Si c’était à refaire, l’épidémiologiste Anders Tegnell choisirait «quelque chose entre ce que la Suède et le reste du monde ont fait». Si c’était à refaire, l’épidémiologiste Anders Tegnell choisirait «quelque chose entre ce que la Suède et le reste du monde ont fait». Keystone

Elle avait misé sur l’immunité collective. A l’heure où les pays d’Europe déconfinent, la Suède a le rouge au front: le pays a franchi la barre symbolique des 5000 morts le 17 juin.

Estimant que le confinement ne marchait pas et que le virus recommencerait à circuler une fois les mesures levées, l’épidémiologiste en chef, Anders Tegnell, avait recommandé une politique plus souple. Crèches et écoles sont restées ouvertes; bars, restaurants et commerces aussi. Seuls les musées ont été fermés et les rassemblements de plus de cinquante personnes interdits. Lycéens et étudiants ont suivi leurs cours à distance et la moitié des Suédois ont adopté le télétravail, faisant baisser le nombre de personnes dans les rues et les transports publics.

Cette souplesse a été bien accueillie par la population, qui fait globalement confiance au gouvernement et vice-versa. Mais l’unité du pays se fissure à mesure que le bilan des décès s’alourdit. La Suède se place au cinquième rang mondial du nombre de morts par habitants derrière la Belgique, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie. En fait, elle ne fait guère pire que la France, qui la suit dans ce classement des cancres, mais elle a eu plus de temps pour se préparer. A ses portes, la Norvège compte onze fois moins de morts par habitant, le Danemark cinq fois moins et la Finlande huit fois moins.

Les faits ne donnent pourtant pas tout à fait tort à Anders Tegnell puisque l’hécatombe a eu lieu dans les maisons de retraite qui, elles, étaient interdites aux visites. Mais le manque de masques a fait des ravages parmi les personnes âgées qui ont également été très peu admises aux soins intensifs. Enfin, la Suède a attendu le mois de juin pour tester massivement sa population.

Sous la pression, le gouvernement a accepté une commission d’enquête indépendante tout en maintenant que sa politique n’est «pas un échec» et que sa stratégie paiera à long terme. En attendant, l’économie suédoise n’est pas épargnée: le chômage est passé de 7% à 8,4% et la Banque de Suède prévoit une contraction du PIB de 10% en 2020. 

Articles en relation


Israël: confinement général

Les juifs très religieux contribuent largement à propager le virus, mais ils s’opposent aux restrictions sanitaires. Dans l’impossibilité de les contraindre, le gouvernement a déclaré un confinement général dès vendredi.


Un été suisse

Le lac des Quatre-Cantons? «Magnifique, super vacances!» Loèche-les-Bains? «Très agréable, et il faisait bien plus frais qu’en plaine.» Le Jura? «Dépaysant parce que différent des Alpes.» Les montagnes, le Tessin, voire le sud de la France pour certains… «Cette année, on est partis en vacances comme on le faisait il y a vingt ou trente ans, avant l’arrivée des compagnies low cost», commentait dernièrement une connaissance père de deux jeunes enfants.


COVID-19: Faire renaître la vie

Quelles leçons retenir de la COVID-19? Et qu’entreprendre pour faire renaître la vie après le confinement? Ces questions traversent le dernier document de l’Académie pontificale pour la vie. Analyse avec la théologienne Marie-Jo Thiel, membre de cette académie.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.