COVID en Suède

Si c’était à refaire, l’épidémiologiste Anders Tegnell choisirait «quelque chose entre ce que la Suède et le reste du monde ont fait». Si c’était à refaire, l’épidémiologiste Anders Tegnell choisirait «quelque chose entre ce que la Suède et le reste du monde ont fait». Keystone

Elle avait misé sur l’immunité collective. A l’heure où les pays d’Europe déconfinent, la Suède a le rouge au front: le pays a franchi la barre symbolique des 5000 morts le 17 juin.

Estimant que le confinement ne marchait pas et que le virus recommencerait à circuler une fois les mesures levées, l’épidémiologiste en chef, Anders Tegnell, avait recommandé une politique plus souple. Crèches et écoles sont restées ouvertes; bars, restaurants et commerces aussi. Seuls les musées ont été fermés et les rassemblements de plus de cinquante personnes interdits. Lycéens et étudiants ont suivi leurs cours à distance et la moitié des Suédois ont adopté le télétravail, faisant baisser le nombre de personnes dans les rues et les transports publics.

Cette souplesse a été bien accueillie par la population, qui fait globalement confiance au gouvernement et vice-versa. Mais l’unité du pays se fissure à mesure que le bilan des décès s’alourdit. La Suède se place au cinquième rang mondial du nombre de morts par habitants derrière la Belgique, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie. En fait, elle ne fait guère pire que la France, qui la suit dans ce classement des cancres, mais elle a eu plus de temps pour se préparer. A ses portes, la Norvège compte onze fois moins de morts par habitant, le Danemark cinq fois moins et la Finlande huit fois moins.

Les faits ne donnent pourtant pas tout à fait tort à Anders Tegnell puisque l’hécatombe a eu lieu dans les maisons de retraite qui, elles, étaient interdites aux visites. Mais le manque de masques a fait des ravages parmi les personnes âgées qui ont également été très peu admises aux soins intensifs. Enfin, la Suède a attendu le mois de juin pour tester massivement sa population.

Sous la pression, le gouvernement a accepté une commission d’enquête indépendante tout en maintenant que sa politique n’est «pas un échec» et que sa stratégie paiera à long terme. En attendant, l’économie suédoise n’est pas épargnée: le chômage est passé de 7% à 8,4% et la Banque de Suède prévoit une contraction du PIB de 10% en 2020. 

Articles en relation


Ethique: Passeport vers la liberté

Le Conseil fédéral veut mettre en circulation, dès le mois de juin, un certificat Covid qui devrait permettre d’offrir des «possibilités différenciées» aux personnes vaccinées. Cela ne va pas sans poser des questions éthiques – certains dénoncent des privilèges.


Les fitness en crise

Poussées à la banqueroute, des salles de fitness disparaissent. D’autres s’accrochent. Même les grands groupes manquent de souffle. De Neuchâtel à Genève en passant par Fribourg et le canton de Vaud, le constat est unanime: les aides semblent dérisoires.


Aînés: témoins et prophètes

Alors que la pandémie a touché beaucoup d’aînés, surtout dans les EMS, l’Académie pontificale pour la vie et le Dicastère pour le service du développement humain intégral ont publié le 9 février un texte invitant à favoriser leur maintien à domicile.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!