image003

Médias: 80 ans de messes à la radio

Messe du 50e anniversaire célébrée dans le studio de Lausanne le 27 mai 1990. Messe du 50e anniversaire célébrée dans le studio de Lausanne le 27 mai 1990. Ciric

Inimaginable lorsque la radio est née, il y a bientôt un siècle, qu’on puisse voir en ce début 2020 tant de messes sur YouTube, Instagram et des sites diocésains ou paroissiaux! La pandémie a mis en évidence un service qui existe depuis des décennies. Rappel historique.

En 1940, la Suisse est confinée. Une nouvelle guerre mondiale vient de se déclencher. La mobilisation générale, en septembre 1939, a arraché à leurs foyers quelque 450’000 soldats suisses. En mai 1940, les troupes allemandes viennent d’envahir la Belgique, la Hollande et le Luxembourg. Le général Guisan rassure le peuple. Les évêques publient des lettres pastorales. Les frontières sont gardées et fermées, mais il y a surtout la messe de Clervaux qu’on ne peut plus entendre: l’émetteur luxembourgeois qui offrait chaque jeudi sur les ondes longues «la messe des malades » a été mis hors service.

La frustration des catholiques est immense. D’autant que Radio Sottens offre depuis une bonne quinzaine d’années chaque dimanche le culte protestant. Lorsqu’est née la radio en Suisse romande, en 1922, très vite on a imaginé que, si on pouvait transmettre des allocutions ou des marches jouées par une fanfare, on pouvait aussi entendre le pasteur. Le premier culte radio est célébré par le pasteur Raoul Dardel le 18 mai 1923 au studio de l’aéroport de Cointrin; d’autres suivent avec des pasteurs à Lausanne et Genève. En peu d’années, le culte protestant devient une institution de la radio. Mais la messe, non! «Il ne faut pas que les catholiques désertent l’église paroissiale.»

DES DÉBUTS TIMIDES

messes radio1Alors que, dès les années 1920, les essais de radio et les constitutions de programmes surgissent partout, le Vatican est en dehors de tout cela. Pourtant, en Suisse, une première transmission liturgique a lieu de l’église Saint-Joseph à Genève le 24 décembre 1928: une messe parée des couleurs d’un concert de Noël dirigé par le professeur d’orgue et compositeur William Montillet. Par la suite, de manière ponctuelle, on verra quelques transmissions de messes de minuit ou d’offices du Vendredi-Saint. Par exemple à la cathédrale de Fribourg à Noël 1932 sous l’égide de Radio Lausanne.

1931 est l’année déterminante pour l’Eglise catholique: le pape Pie XI confie le soin à l’ingénieur Guglielmo Marconi d’installer un émetteur de radio dans les jardins du Vatican. Le 12 février est prononcé le premier message d’un pape sur les ondes: Radio Vatican est née et devient désormais «la voix du Saint-Père». Impossible à ce jour de savoir quand, à Radio Vatican, on a transmis une première messe.

Quand la technique est là, difficile de ne pas en user. La première étape est celle des «causeries catholiques», avec notamment le jésuite Pierre Lhande, à Paris, qui transmet les sermons de carême de Notre-Dame. Le jeune abbé Jean Turrel, hospitalisé, capte un culte qui n’est pas «de sa religion»! Il se lance alors dans la création d’une radio à Lyon... pour les malades. Parallèlement, la messe se met à fleurir un peu partout: à Varsovie, Hilversum (Pays-Bas), New York, Toulouse, Milan, Paris. Or Radio Paris prend conscience qu’on est au pays de la laïcité. Exit la religion. La protestation des auditeurs est orchestrée par le Père Aimon Roguet, dominicain, avec François Mauriac: il faut trouver une solution pour sauver l’honneur de la République et ne plus frustrer les catholiques. On la trouve hors frontières.

LA GUERRE CASSE TOUT

C’est ainsi que dès le 3 décembre 1936, l’abbaye bénédictine Saint-Maurice et-Saint-Maur à Clervaux, dans les Ardennes luxembourgeoises, diffuse chaque jeudi la messe sur les ondes de Radio Luxembourg. Pourquoi le jeudi? Parce que ce créneau est libre, le dimanche étant mobilisé pour l’aviation et la publicité. Et aussitôt on l’appelle «la messe des malades», celle qu’on écoutera fidèlement en Suisse romande. Mais la guerre casse tout début septembre 1939. Les catholiques de Suisse romande écoutent Radio Sottens, où l’on peut entendre des cultes, mais pas de messes. Et ils ne peuvent plus suivre la messe de l’étranger. En 1936 déjà, les prêtres du décanat d’Echallens avaient demandé à l’évêque, Mgr Marius Besson, des transmissions romandes. Des discussions s’engagent entre la radio et l’évêché. Elles progressent lentement, certains craignant qu’une messe surcharge les programmes et ne remette en cause la place acquise du culte.

messes radio2L’intervention des groupements de malades et l’action de l’Association populaire catholique suisse à Fribourg font avancer le dossier au printemps 1940. Les stations de Genève et de Lausanne sont alors distinctes, autonomes et parfois rivales, et elles utilisent l’émetteur de Sottens le dimanche à tour de rôle. Donc, s’il y a la messe sur les ondes, ce sera une fois sur deux à Genève, en alternance avec la station de Lausanne. Les transmissions commencent le 5 mai à 9h à l’église paroissiale de Carouge et le 12 mai à 8h45, fête de la Pentecôte, à la basilique de Saint-Maurice.

La paroisse Sainte-Croix à Carouge a pour maître de chapelle Pierre Carraz qui s’adjoint la Schola grégorienne Saint-Grégoire-le-Grand. La transmission se caractérise par une curiosité: elle commence par le sermon donné à 9h par le vicaire général avant qu’il n’aille célébrer la messe ailleurs. Pierre Carraz exige bientôt que l’église soit fermée à clé pour éviter les bruits, ce que le curé ne peut admettre. Après quelques années, on doit se séparer. La messe est alors célébrée au studio de Radio Genève sur un autel amovible avant que l’hospitalité soit offerte pour plusieurs décennies à la chapelle de l’Institut Florimont du Petit-Lancy.

UNE HOSPITALITÉ DURABLE

L’horaire initial de Genève s’adapte bientôt à celui de Saint-Maurice: on prend l’antenne à 8h45, ce qui apporte une certaine souplesse quant à la durée et aménage un sas évitant que la messe et le culte soient trop voisins! En 1940, on pense encore que les catholiques n’ont à écouter que les émissions catholiques et les protestants les leurs!

La première messe à la basilique n’est pas sans souci: ce n’est que quelques jours avant la première transmission, du 12 mai 1940, qu’on peut établir les relais, en particulier des «lignes PTT équilibrées» entre l’abbaye et Aigle. La veille de la transmission, le technicien Désiré Blanc place câbles et micros, mais il s’inquiète quand un chanoine qui bégaie lui annonce qu’il prêchera le lendemain. L’abbé, Mgr Bernard-Alexis Burquier, le rassure: le chanoine ne bégaie pas lorsqu’il lit un texte qu’il a préparé, et son sermon ne manquera pas d’élévation puisque c’est le professeur de philosophie Isaac Dayer. Avec une régularité tous les quinze jours, et aujourd’hui plusieurs fois par an, la communauté des chanoines aura ainsi accueilli la messe radiodiffusée pendant 80 ans. Les maîtres de chapelle se sont succédé: les chanoines Georges Revaz, Louis Broquet et Marius Pasquier, puis Pascal Crittin et Charles Barbier. Les organistes furent moins nombreux, avec le chanoine Georges Athanasiadès pendant plus de 70 ans, jusqu’à Thomas Kientz aujourd’hui. Les prédicateurs aussi, parmi lesquels – pour ne pas citer ceux, excellents, d’aujourd’hui – les chanoines André Rappaz, Joseph Vogel et Edouard Zumofen. Ce dernier a non seulement participé aux Semaines romandes de musique et liturgie, qui se déroulaient à l’abbaye dès 1957, mais il a encore aidé le Centre catholique de radio et télévision (CCRT), chargé de la production des messes, à améliorer la qualité des transmissions tant du point vue spirituel que formel. De manière globale, les messes de l’abbaye étaient un modèle pour la Suisse romande, en particulier lors de la réforme liturgique du concile Vatican II.

LA PLUS GRANDE PAROISSE

messes radio3Lorsque Radio Genève et Radio Lausanne sont devenues une unique radio, la Radio Suisse Romande, et lorsque se sont multipliés les programmes, avec en particulier Espace 2, l’alternance des studios de Lausanne et Genève a perdu de son sens. Dès 1976, il a été porté une attention particulière au fait que dans l’année, la messe radiodiffusée puisse rejoindre des paroisses et des communautés religieuses de tous les cantons romands. La qualification de «messe des malades », qui a peut-être initialement servi d’excuse à une extension qu’on redoutait, était légitime et le reste plus que jamais. Il y a les malades, les personnes à mobilité réduite, les détenus, les automobilistes au long cours, mais aussi combien de personnes qui ne sont peut-être pas à l’aise dans une communauté. Le Père Bernard Jaquet, de Florimont, avait été appelé un dimanche matin dans un immeuble composé de studios où les bons chrétiens ne venaient pas. Il n’y avait pas d’ascenseur, et à chaque étage, il entendait derrière des portes la messe radiodiffusée.

En 80 ans de transmissions en continu, qui dira les richesses spirituelles partagées? Avant l’ère numérique, une attestation de l’intérêt des auditeurs était apportée par celles et ceux qui écrivaient pour obtenir les textes des homélies, voire des enregistrements des messes. L’abbé André Babel, directeur du CCRT, aimait à dire qu’il était au service de la plus grande paroisse de Suisse romande. La messe n’est pas la plus ancienne émission de radio. Mais elle sera encore là pour fêter, dans deux ans, le centenaire de la naissance de la radio en Suisse romande.

André Kolly

Articles en relation


La décade de l’illusion

Quand bien même personne n’est responsable de sa postérité, chaque époque sécrète sa mythologie. Souvent les esprits qui rechignent devant la complexité assombrissent une période circonscrite. C’est le cas du Moyen Âge qui, malgré les éclairages des historiens, reste perçu par la majorité des gens comme un interminable âge obscurantiste.


La vie peu banale de rapatriés

De l’histoire des Hollandais rapatriés d’Indonésie après la guerre contre les Japonais, Adriaan von Dis a fait un magnifique roman, Fichue famille, adapté par Peter Van Dongen en BD. A se procurer de toute urgence!

Télécharger le dernier Echo Magazine en PDF

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.

Newsletter Echo

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!