Ajoie: l’empreinte de la foi Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Religion
  • Photo de la décoration de la grille de l’Hôtel-Dieu (sans date). Photo de la décoration de la grille de l’Hôtel-Dieu (sans date).

    Le Musée de l’Hôtel-Dieu à Porrentruy (MHDP) se penche sur les traces de la religion, notamment catholique, en Ajoie du 18e siècle à nos jours. De la Fête-Dieu aux processions, les rites de la foi ont façonné toute une région. Mais qu’en reste-t-il aujourd’hui?

    C’est une carte qui laisse pantois pour peu qu’on se soucie de la présence historique de la religion. Elle donne même le vertige en regard de la situation actuelle. Elle est accrochée dans la deuxième salle de l’exposition Ici & L’au-delà. La religion en Ajoie du XVIIIe au XXIe siècle. On y voit Porrentruy en 1889. La cité est «quadrillée» par les ordres religieux, les congrégations, les couvents, les églises: jésuites, capucins, ursulines, annonciades, sœurs hospitalières, chapelle de Lorette… Quel rameau du catholicisme n’avait pas sa place dans le chef-lieu de l’Ajoie?

    La Suisse sortait alors du Kulturkampf. A croire que la région ajoulote avait été miraculeusement épargnée par l’anticléricalisme étatique. La foi y poursuivait tranquillement son bonhomme de chemin. Quelques décennies plus tard, d’autres images, photographiques et filmées, poussent à croire encore en cela. Les processions dans le Porrentruy des années 1960 – des jupes qui se raccourcissent voisinent avec des soutanes – étaient encore massives. Impressionnant!

    Fête-Dieu

    36A EM07 LargeC’est à un voyage dans la mémoire religieuse de l’Ajoie qu’invite Ici & L’au-delà. Que l’exposition se tienne dans le Musée de l’Hôtel-Dieu est un indice qui ne trompe pas. Erigé en 1761, ce bâtiment remarquable a été géré pendant 191 ans par les sœurs hospitalières qui s’occupaient des malades; elles le quittèrent en 1956. L’Hôtel-Dieu est désormais un musée dirigé par Anne Schild qui y organise des expositions attentives au patrimoine local, socioculturel ou artistique, du centenaire de Jean-François Comment à l’immense poète Alexandre Voisard en passant par Coghuf.

    Cette exposition temporaire ne se veut pas nostalgique. Elle ne manque pourtant pas de susciter ce sentiment. Elle ressuscite la Porrentruy de jadis, un autrefois finalement pas si lointain que cela. La Fête-Dieu y était une immense célébration de l’eucharistie avec force décorations florales dans les rues et sur les trottoirs. Bannière de saint Nicolas de Flue, dais et reposoirs font revivre ce moment clef annuel. Plusieurs objets rituels exhalent la patine du temps. Des photos de Bruntrutains endimanchés touchent. Des officiels cravatés, des fanfares, des chorales avec bien sûr l’importance de sainte Cécile, patronne des musiciens. Et puis des enfants, des servants de messe, des parents, des familles – des croyants. Quand la religion était une évidence populaire. 

    Ici & L’au-delà montre d’autres aspects de cette religiosité. Croix, statues de saints, ex-voto. Pèlerinages dont celui de la chapelle de Lorette, bien connue à Porrentruy; et Lourdes, une destination courue des Ajoulots. Il y a également des «petits paradis», ces travaux réalisés dans les couvents, de petites boîtes de dévotion représentant des scènes religieuses au kitsch étrange, un peu inquiétant. Et deux importantes châsses contenant les dépouilles de sainte Faustine et de saint Innocent. Sainte Faustine a fait le voyage des catacombes de Rome au couvent des capucins de Porrentruy en 1763; un morceau baroque de vénération catholique transplanté en terre ajoulote – comme un lien ombilical reliant le Jura à la Ville éternelle.

    37A EM07 Large

    Traces religieuses

    Qu’en reste-t-il? Un substrat. Un certain patrimoine. Indubitable. Mais avec tant de pertes, de manques, de carences… Le musée bruntrutrain pose «la» question dans sa dernière section. On tombe alors sur une représentation non datée de Jésus bambin présenté aux bergers: une œuvre retrouvée à la poubelle! Ce n’est bien entendu pas du tout l’option d’Ici & L’au-delà. Nous y voici cependant: à l’heure du grand désenchantement, du supermarché des religions et du développement personnel à tout crin, que reste-t-il de ce passé chrétien qui a façonné notre présent? A moins que tout autre chose se substitue à ce présent. Mais quoi?

    Ici & L’au-delà. La religion en Ajoie du XVIIIe au XXIe siècle. Musée de l’Hôtel-Dieu, Porrentruy, Grand-Rue 5. Du mardi au dimanche de 14h à 17h.

     

    Les minorités aussi

     

    Le Musée de l’Hôtel-Dieu n’oublie pas les minorités protestante et juive; il mentionne aussi la présence plus récente de la communauté musulmane. On y apprend plusieurs choses. Les réformés, principalement d’origine alémanique, avaient coutume de quitter Porrentruy le jour de la Fête-Dieu: cela donnait lieu à une escapade communautaire au hameau de Paplemont dans une certaine famille Schneider. La paix confessionnelle était pourtant bien établie dans la région depuis le 19e siècle; les catholiques avaient même mis à disposition de leurs frères «dans l’erreur» l’église Saint-Pierre avant la construction du temple en 1890. Mais il fallait quand même respecter, en la fuyant momentanément, cette hégémonie catholique.

    Concernant le judaïsme, outre de beaux objets rituels présentés – la communauté israélite bruntrutaine, qui n’existe plus et était issue de Juifs alsaciens, a donné au Musée de l’Hôtel-Dieu tous ses objets de culte en 1999 –, la nostalgie est également déchirante. Sa synagogue, érigée entre 1870 et 1874 dans un style mi-baroque mi-oriental, fut détruite en 1983 et remplacée par un immeuble dans lequel demeurent un oratoire et un dépôt d’objets religieux. Aujourd’hui, pourtant, cette synagogue serait préservée pour des raisons patrimoniales, à l’image de celle de Delémont. 

       

    Articles en relation


    Nouvel espace au Zentrum Paul Klee

    Dans le nouvel espace permanent dédié au maître des lieux, le Zentrum Paul Klee (ZPK) consacre son premier FOKUS à Hamed Abdalla (1917-1985), un précurseur de l’art moderne égyptien. Cette découverte en appelle d’autres.


    Nicolas de Staël à l’Hermitage

    Après le Musée d’art moderne de Paris, l’Hermitage rassemble un choix exemplaire de toiles du peintre franco-russe Nicolas de Staël (1914-1955). Non seulement la fondation lausannoise convainc, mais elle rafraîchit le regard sur cet artiste phare du 20e siècle.


    Phidias à Rome: une première historique

    Un fantasme absolu des beaux-arts est enfin réalisé: pour la première fois de l’histoire, le Grec Phidias, plus grand sculpteur de l’Antiquité, est le sujet d’une exposition. Aux musées du Capitole, Rome réconcilie l’art et l’archéologie dans la mesure du possible. Grande émotion!

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Soyons de vrais poètes!

    21-05-2024

    Soyons de vrais poètes!

    «La poésie sauvera le monde», a dit la libraire. Sur un ton neutre – les convictions profondes n’ont pas besoin d’éclats de voix. Si elle ne l’a pas encore fait...

    Le latin résiste

    21-05-2024

    Le latin résiste

    L’apprentissage de la langue de Virgile suscite toujours un intérêt, malgré les éternels questionnements sur son utilité. Si une légère baisse est observée au secondaire dans la plupart des cantons...

    Théâtre interactif

    21-05-2024

    Théâtre interactif

    Agée de 30 ans, la compagnie romande du Caméléon propose des spectacles sur des thèmes sociétaux sensibles comme le harcèlement. Lors de ses interventions qui ont lieu en entreprise, en...

    Augmentation de l’infertilité

    21-05-2024

    Augmentation de l’infertilité

    Enjeu de santé publique planétaire, l’infertilité touche un couple sur sept en Suisse. L’accès à la procréation médicalement assistée (PMA) y est toutefois entravé par la cherté des soins. L’augmentation...

    Journaliste du fait religieux

    21-05-2024

    Journaliste du fait religieux

    Comment devient-on journaliste du fait religieux? Catholique par sa mère espagnole, mais non pratiquante, Jessica da Silva Villacastin a toujours été en quête de sens. A travers l’arabe et l’hébreu...

    Cannes: Jury oecuménique

    21-05-2024

    Cannes: Jury oecuménique

    En 1974, le Jury œcuménique du Festival de Cannes, qui se termine le 25 mai, remettait son premier trophée. Il a depuis distingué une longue liste de films pour leurs...

    TV: Climat et droits humains

    21-05-2024

    TV: Climat et droits humains

    Les Aînées pour le climat Suisse ont remporté une victoire historique le 9 avril devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) contre Dame Helvétie. Un tournant crucial pour...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés