L’âme des choses

A l’heure où le déconfinement donne des mots à des prosateurs de tout poil m’arrive un texte de François Cheng publié dans Le Figaro du 27 avril. Réflexion d’un poète sur notre rapport avec les choses, les êtres et nous mêmes.

Partant du fait que «le mot confinement contient l’adverbe finement», l’auteur invite chacun à s’interroger sur son approche de la vie – souvent empreinte «de gaucherie et de maladresse» – pour y verser plus de lucidité.

François Cheng livre ici un regard aiguisé sur la marche du monde et les incohérences d’une société pressée. Rappelant que tout, lorsqu’il s’inscrit dans une histoire, prend sens. Il ne s’agit pas du confinement et de l’après, d’un retrait et d’un sortir, mais bien d’une continuité à préserver. Que prouve notre rapport avec les choses, qui en dit tant sur notre humanité.

Les choses. Loin d’être posées ici ou là, et susceptibles d’être jetées dès qu’elles sont moins efficaces, elles nous éduquent, dit François Cheng, à l’attention, au respect, à la douceur et à l’harmonie. Sous la plume du poète, elles acquièrent une densité et une présence uniques: «On rapiéçait les chaussettes, on ravaudait les chemises, on réparait les porcelaines fêlées, on entretenait avec vénération les meubles légués par les aïeux. Ainsi traitées, les choses prenaient un aspect personnel, revêtaient un coloris intime». Car, et nous l’avons oublié, les choses «ont une âme, même un bout de ruban, même une épingle. Elles ont acquis une âme, pour avoir été les témoins de notre vie».

Alors, au lieu de nous agacer de leur présence «parce qu’elles nous renvoient l’image de notre propre désarroi» et de les jeter parce qu’elles ne nourrissent en nous ni attachement ni affection, sachons nous arrêter pour les contempler et faire d’elles «des interlocuteurs valables».

Articles en relation


Faire comme l’ours

Un pessimiste est un optimiste bien informé, dit un proverbe russe. Et bien informés, aujourd’hui, nous le sommes. Nous pouvons savoir assez exactement combien d’enfants meurent chaque jour de malnutrition, combien le Covid-19 fait de victimes (beaucoup moins que les AVC et les accidents de la route), combien de tonnes de CO2 émet chaque Américain ou chaque Chinois.


Vacances: vivre sans horaires

Lorsqu’on vient de Suisse, pays des montres et des horloges, on imagine difficilement vivre sans horaires. Pourtant, une fois franchies les portes de l’Occident, le rapport au temps change.


Quelle richesse?

Le fort ralentissement de certaines activités humaines durant la période de confinement a eu des effets très positifs. Entre janvier et avril 2020, la planète a enregistré une chute de 886 millions de tonnes de CO2, soit une baisse de 7,3% en regard de la même période de 2019, révèle une équipe internationale de chercheurs. En France, 154 personnes ont été tuées sur les routes en mars, 103 en avril: c’est deux fois moins qu’en 2019. Par ailleurs, le coronavirus a suscité une multitude d’actions bénévoles d’entraide aux personnes fragiles, sensiblement amélioré la qualité de l’air, diminué les nuisances sonores, etc. Ces informations, parmi bien d’autres, sont superbement ignorées par les experts qui nous annoncent pour cette année un effondrement du produit intérieur brut, le PIB (-6,7% en Suisse). Comme si ce PIB était la référence unique et incontestable!

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.