Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos offres spéciales!

La course au ciel

Décollage en Floride de la fusée Falcon 9, qui transporte 60 satellites Starlink pour les mettre en orbite. Décollage en Floride de la fusée Falcon 9, qui transporte 60 satellites Starlink pour les mettre en orbite. Keystone

Une ligne de points lumineux qui traverse lentement le ciel. Vous l’avez peut-être repérée il y a quelques semaines en Suisse. On en verra d’autres à l’avenir.

C’EST QUOI, CETTE LIGNE?

Il s’agit de satellites mis en orbite par la société SpaceX, fondée par le milliardaire Elon Musk. Celle-ci a procédé à ses sixième et septième lancements de satellites les 18 mars et 22 avril. Le huitième lancement a dû avoir lieu, sauf météo contraire, le 19 mai en Floride. Chaque lancement envoie soixante satellites dans le ciel. En 2020, un lancement est prévu chaque mois environ.

SpaceX ambitionne de constituer un réseau de 11’943 satellites d’ici 2025. Baptisé Starlink, celui-ci fournira un accès internet à haut débit à tous les habitants de la terre – c’est-à dire à ceux qui peuvent payer. A plus long terme, Elon Musk espère mettre 42’000 satellites en orbite.

ÇA FAIT BEAUCOUP?

Oui. En comparaison: depuis le premier Spoutnik soviétique, l’humanité n’a mis en orbite que 8000 satellites environ. 2218 d’entre eux sont encore opérationnels.

ÇA POSE PROBLÈME?

Les astronomes montent au front pour protester contre la pollution lumineuse que créent les satellites Starlink, qui péjore l’observation du ciel. Ceux-ci laissent en effet des traînées lumineuses sur les images des télescopes. SpaceX travaille à résoudre ce problème.

Les autres opérateurs de satellites sont aussi inquiets, car la multiplication d’objets en orbite basse augmente le risque de collision et de débris spatiaux. Or, aucune législation n’oblige les entreprises à évacuer les déchets spatiaux (satellites en panne, débris dus à des collisions) qu’elles laissent dans l’espace.

En plus, l’appétit spatial d’Elon Musk aiguise celui de ses concurrents: différentes grandes entreprises américaines, dont Amazon, et chinoises se sont lancées dans la course à l’espace. L’idée étant d’occuper le terrain afin de remporter, notamment, le marché des objets connectés.

ELON MUSK?

Outre SpaceX, cet entrepreneur américain d’origine sud-africaine, 54e fortune mondiale selon le magazine Forbes, est directeur de la société Tesla, qui construit des voitures électriques, et président de Solar City, active dans les panneaux photovoltaïques. Il a notamment déclaré lors d’une conférence TED en 2013 que Solar- City, Tesla et SpaceX visent à changer le monde et l’humanité. Il ambitionne de réduire le réchauffement climatique par la production et la consommation d’énergie durable et espère aussi établir une colonie humaine sur Mars.

ET QUE DIT LA LOI?

Bien que l’espace ait été déclaré bien commun de l’humanité en 1967, il n’existe pas d’instance internationale chargée de contrôler son utilisation. Tant que l’autorité américaine qui régule les communications dans son pays l’y autorise, Elon Musk peut «réaliser ce qui ressemble à une privatisation de l’espace en occupant massivement les orbites basses tout en accaparant des ressources utiles à toute la planète», écrivent l’astrophysicien Roland Lehoucq et le biophysicien François Graner dans le média en ligne The Conversation.

 

Articles en relation


«Impossible de sauver la planète sans sauver son prochain»

Il y a cinq ans, François secouait la planète avec l’encyclique Laudato si’ sur l’écologie intégrale. Depuis, qu’est-ce qui a changé dans l’économie mondiale et le coeur des hommes, tous deux frappés par le coronavirus? Réponse de l’économiste Paul Dembinski, qui rappelle la dimension «avant tout sociale» de l’encyclique.


Ultime signal

Le Covid-19 serait-il le dernier signal que nous donne la Terre pour que nous changions radicalement notre manière de produire, de consommer, de vivre? Comme le souligne pertinemment un collectif de sept chercheurs, dont le professeur Dominique Bourg, dans un manifeste de «propositions pour un retour sur Terre» publié dans La pensée écologique, le coronavirus nous a sévèrement rappelés à notre vulnérabilité. Il nous ramène toutes et tous à notre condition humaine biologique. Il appartient à la famille des zoonoses, ces maladies et infections dont les agents se transmettent des animaux vertébrés à l’être humain et vice versa.


Le visage de l’après

Bonne nouvelle: l’économie suisse redémarre en douceur. Mais le but est-il de revenir le plus vite possible au monde d’avant? Ce n’est pas l’avis de l’Appel du 4 mai, un collectif qui a remis lundi une pétition aux parlementaires à Berne. Ces citoyennes et citoyens «libres de tout parti et de toute organisation, vivant en Suisse romande» ne veulent pas laisser la droite économique seule à la barre des débats sur la reprise.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!


Accès à la version complète de l’ECHO MAGAZINE (réservé aux abonnés)

Pour accéder à la version digitale de l’ECHO MAGAZINE et découvrir chaque mercredi le nouveau numéro ou relire les éditions précédentes, merci de remplir le champ suivant:

Identifiant (Prénom suivi du nom, sans accent et sans cédille. Exemple : gerard dubois)

Code (Numéro de client. Celui-ci figure au-dessus de l’adresse d’expédition et sur la facture d’abonnement)


Ou télécharger l’application ECHO MAGAZINE dans l’Apple Store et rentrer votre identifiant et votre code comme sur le site.