Cesser de fuir la mort Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Il n’est pas rare que, lors de débats, des politiciens pressés de répondre brièvement rétorquent qu’il est des questions auxquelles on ne peut simplement répondre par oui ou par non. C’est pourtant le lot du peuple, et ce mois-ci des Valaisans en particulier, appelés à se prononcer sur les soins palliatifs et, comprise dans le même texte, l’aide au suicide dans les EMS.

    La question est a priori simple: les établissements médico-sociaux doivent-ils tous accepter que leurs résidents fassent appel à des organisations d’aide au suicide? On peut légitimement douter du bien-fondé d’ériger une liberté individuelle en droit, celui-ci devenant toujours une obligation pour quelqu’un d’autre dont la liberté, de conscience par exemple, se trouve alors affectée. Réflexion qui n’empêche pas nombre de personnes, y compris de soignants, de s’interroger. Même tranchées, les opinions se laissent bousculer: il y a la liberté des EMS, mais il y a la liberté individuelle; il y a la dignité d’une personne, mais il y a la souffrance de celles qui l’entourent; il y a des principes, mais il y a les situations particulières.

    Face à la mort, nous sommes tous des enfants.

    Le débat n’est pas aisé, les questions gênent. Parce que cela touche à l’intime, à la conception de sa fin de vie et de celle de ses proches: «Le suicide assisté? Mon fils trouve cela bien, mais il n’admettrait pas que j’y recoure», nous a-t-on dit au détour d’une conversation. Et parce que la mort est un tabou dans notre société qui se dit sans tabou, et qui voit l’espérance de vie s’allonger et la médecine progresser. Sans parler du transhumanisme et de la cryogénisation qui laissent à certains l’absurde espoir de triompher de la mort ou de la repousser aux calendes grecques, le fait est que la mort est devenue une intruse.

    Face à elle, nous sommes tous des enfants. Inquiets de notre mort, redoutant celle des autres, nous préférons ne pas en parler. Au risque de nous trouver démunis lorsqu’elle surgit ou approche, ou lorsqu’il s’agit de se prononcer sur une question telle celle posée aux Valaisans. Il faut réapprendre à parler de la fin de vie et à l’envisager dans sa globalité. Comme il faut réapprendre que la mort fait partie de la vie. Pour en débattre sereinement, mais aussi pour l’appréhender sans crainte, nous qui savons depuis 2000 ans qu’elle n’aura pas le dernier mot.

    Articles en relation


    L’invité: François-Xavier Putallaz

    Alors que la France connaît un débat passionné sur l’aide à mourir, le sujet ne fait plus la une en Suisse. «C’est donc le bon moment pour réfléchir», selon le philosophe valaisan François-Xavier Putallaz, qui dénonce dans un nouvel ouvrage l’appréciation subjective du bien et du mal.


    Les soignants face à la mort

    Le Valais votera le 27 novembre sur l’obligation pour les institutions sanitaires et sociales – dont les EMS – d’accepter l’aide au suicide dans leurs murs. Un acte qui peut être émotionnellement compliqué à gérer pour le personnel: «Tu ne peux pas t’habituer à la mort».


    Le portait de l’Echo: Véronique Lang

    Une vie à accompagner des personnes vulnérables lui a appris l’importance du regard, du sourire, de la confiance et de la joie. Croire en l’autre, poser sur lui un regard qui espère, oser la tendresse: pour Véronique Lang, là est l’essentiel de la relation, «fil rouge» de ses engagements. Et de son témoignage de foi.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    La tombe de Steeve

    11-06-2024

    La tombe de Steeve

    Steeve est mort il y a vingt ans, et je ne retrouverais pas sa tombe au cimetière. Pourtant je m’en souviens bien, de sa tombe. Et de cette croix de...

    Kevin Lötscher: le bonheur au bout du chemin

    11-06-2024

    Kevin Lötscher: le bonheur au bout du chemin

    En 2011, tout lui sourit: engagé par le CP Berne, Kevin Lötscher dispute le championnat du monde avec l’équipe nationale. Mais un accident de voiture brise le rêve du hockeyeur...

    Genève: les Juifs, jadis malvenus

    11-06-2024

    Genève: les Juifs, jadis malvenus

    Au 15e siècle, la Ville de Genève avait réuni la population juive dans un quartier spécifique dont les portes étaient fermées la nuit. A la demande d’élus, une plaque le...

    Portrait de l’Echo: Jen-Baptiste de Weck

    11-06-2024

    Portrait de l’Echo: Jen-Baptiste de Weck

    Il est attaché au sanctuaire marial de Bourguillon, car la Vierge y protège les Fribourgeois, parmi lesquels sa famille occupe une place non négligeable. Mais Jean-Baptiste de Weck est aussi...

    La plante du mois: Le tilleul

    11-06-2024

    La plante du mois: Le tilleul

    Plante et vertus L’odeur des fleurs éveille nos sens, nous prépare aux vacances d’été. Les fleurs du tilleul s’ouvrent vers la mi-juin, attirant par leur parfum fort et doux les insectes...

    Expo: les fééries d’Alexander Calder

    12-06-2024

    Expo: les fééries d’Alexander Calder

    A Lugano, le Museo d’arte della Svizzera italiana (MASI) propose une exposition monographique de très bonne qualité sur Alexander Calder (1898-1976). Entre mobiles et stabiles, il y a là un...

    Le déroutant fondateurs des mormons

    12-06-2024

    Le déroutant fondateurs des mormons

    Qui était Joseph Smith (1805-1844)? Le fondateur de l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours (les mormons) a eu une vie romanesque qui laisse pantois. Le bédéaste américain Noah...

    Liban: kleptocratie et confessionnalisme

    12-06-2024

    Liban: kleptocratie et confessionnalisme

    Depuis 2019, le pays du cèdre affronte sa plus grave crise économique et financière. Le Liban est au plus bas et sa population est l’otage d’une véritable mafia des générateurs...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!

    Je déclare avoir pris connaissance de la politique de confidentialité 


    Echo Magazine © Tous droits réservés