Cesser de fuir la mort Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • Il n’est pas rare que, lors de débats, des politiciens pressés de répondre brièvement rétorquent qu’il est des questions auxquelles on ne peut simplement répondre par oui ou par non. C’est pourtant le lot du peuple, et ce mois-ci des Valaisans en particulier, appelés à se prononcer sur les soins palliatifs et, comprise dans le même texte, l’aide au suicide dans les EMS.

    La question est a priori simple: les établissements médico-sociaux doivent-ils tous accepter que leurs résidents fassent appel à des organisations d’aide au suicide? On peut légitimement douter du bien-fondé d’ériger une liberté individuelle en droit, celui-ci devenant toujours une obligation pour quelqu’un d’autre dont la liberté, de conscience par exemple, se trouve alors affectée. Réflexion qui n’empêche pas nombre de personnes, y compris de soignants, de s’interroger. Même tranchées, les opinions se laissent bousculer: il y a la liberté des EMS, mais il y a la liberté individuelle; il y a la dignité d’une personne, mais il y a la souffrance de celles qui l’entourent; il y a des principes, mais il y a les situations particulières.

    Face à la mort, nous sommes tous des enfants.

    Le débat n’est pas aisé, les questions gênent. Parce que cela touche à l’intime, à la conception de sa fin de vie et de celle de ses proches: «Le suicide assisté? Mon fils trouve cela bien, mais il n’admettrait pas que j’y recoure», nous a-t-on dit au détour d’une conversation. Et parce que la mort est un tabou dans notre société qui se dit sans tabou, et qui voit l’espérance de vie s’allonger et la médecine progresser. Sans parler du transhumanisme et de la cryogénisation qui laissent à certains l’absurde espoir de triompher de la mort ou de la repousser aux calendes grecques, le fait est que la mort est devenue une intruse.

    Face à elle, nous sommes tous des enfants. Inquiets de notre mort, redoutant celle des autres, nous préférons ne pas en parler. Au risque de nous trouver démunis lorsqu’elle surgit ou approche, ou lorsqu’il s’agit de se prononcer sur une question telle celle posée aux Valaisans. Il faut réapprendre à parler de la fin de vie et à l’envisager dans sa globalité. Comme il faut réapprendre que la mort fait partie de la vie. Pour en débattre sereinement, mais aussi pour l’appréhender sans crainte, nous qui savons depuis 2000 ans qu’elle n’aura pas le dernier mot.

    Articles en relation


    Les soignants face à la mort

    Le Valais votera le 27 novembre sur l’obligation pour les institutions sanitaires et sociales – dont les EMS – d’accepter l’aide au suicide dans leurs murs. Un acte qui peut être émotionnellement compliqué à gérer pour le personnel: «Tu ne peux pas t’habituer à la mort».


    Le portait de l’Echo: Véronique Lang

    Une vie à accompagner des personnes vulnérables lui a appris l’importance du regard, du sourire, de la confiance et de la joie. Croire en l’autre, poser sur lui un regard qui espère, oser la tendresse: pour Véronique Lang, là est l’essentiel de la relation, «fil rouge» de ses engagements. Et de son témoignage de foi.


    L’Eglise et le suicide assisté

    En Italie, l’Eglise pourrait soutenir une loi qui encadrerait l’assistance au suicide afin d’éviter des dérives. C’est ce que propose, dans la Civiltà cattolica, le jésuite Carlo Casalone, membre de l’Académie pontificale pour la vie. Le débat est lancé.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Un billet pour tous

    22-11-2022

    Un billet pour tous

    Acheter son billet de bus en ligne au lieu de devoir préparer sa monnaie pour le distributeur ou faire la queue au guichet: un gain de temps, un progrès, pense-t-on...

    Billets de bus en voie de disparition

    22-11-2022

    Billets de bus en voie de disparition

    Sera-t-on bientôt obligé d’avoir un Smartphone pour acheter un titre de transport public? Le développement de la vente numérique avance à vitesse grand V pour de nombreuses compagnies. Exemple à...

    Pendulaires: le raccourcie lacustre

    22-11-2022

    Pendulaires: le raccourcie lacustre

    Des milliers de frontaliers lémaniques rejoignent chaque jour leur travail par bateau. La CGN s’apprête à lancer des navires rapides et moins énergivores; le bilan carbone est positif.

    Grands-parents pour le climat

    22-11-2022

    Grands-parents pour le climat

    L’association Grands-parents pour le climat offre des formations aux seniors inquiets pour les générations futures. Objectif: leur suggérer des pistes d’action. Reportage à Meyrin le 14 novembre.

    Quand les mots de la messe changent

    22-11-2022

    Quand les mots de la messe changent

    Après avoir été reportée à deux reprises, la nouvelle traduction du missel sera officiellement introduite dans toutes les paroisses catholiques de Suisse romande le 27 novembre. Les changements sont mineurs...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!





    Echo Magazine © Tous droits réservés