Derrière la barquette Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • «Comment pouvez-vous diffuser ces images? Des enfants pourraient les voir. Pourquoi montrez-vous cela?»: au début des années 2000, un reportage de Canal 9 surprit plusieurs spectateurs qui manifestèrent leur mécontentement. Qu’avaient donc pu filmer les journalistes de la chaîne locale valaisanne pour choquer ainsi? Un accident de la route?

    Non, il s’agissait du portrait d’un habitant de Saxon vers qui se tournaient encore quelques paysans désirant voir leurs bêtes mises à mort «à l’ancienne», c’est-à-dire sans être emmenées par camion avec des dizaines d’autres animaux vers un abattoir collectif. La caméra avait filmé le travail du vieil artisan: l’accueil du fermier livrant, presque la larme à l’œil, son cochon, puis l’abattage, la récolte du sang pour le boudin et la découpe de la carcasse. Certes un peu crues, ces images montraient «simplement» ce qui se cache derrière le morceau de viande acheté chez le boucher ou la barquette mise dans le Caddie en grande surface.

    La barquette sous cellophane, oui. La mort de l’animal, non.

    La société de consommation est passée maître dans l’art de dissimuler la facette la moins vendeuse du marché. La barquette sous cellophane, oui. La mort de l’animal, non. Le plaisir de faire cuire une tranche sur son gril, d’accord. Mais sans la vue du sang. Avec le risque que les nouvelles générations ne fassent bientôt plus le lien entre le steak et le bœuf. Au point d’ignorer que manger l’ensemble des morceaux tirés de la vache ou du cochon (foie, tripes, etc.) au lieu de se limiter aux plus nobles (filet, côtelettes) permettrait de limiter le gaspillage alimentaire. Et par conséquent le nombre de bêtes tuées.

    Alors que l’écologie et la sobriété énergétique sont devenues des préoccupations incontournables – ils étaient encore 2000 à manifester dimanche à Lausanne pour le climat –, les Suisses pourraient revenir, par souci de cohérence, à certaines bonnes habitudes d’antan. En demandant par exemple un pied de porc la prochaine fois qu’ils se rendront chez le boucher ou dans un restaurant proposant encore les bas morceaux de l’animal le plus consommé du pays. Qu’ils acceptent ou pas l’initiative «Non à l’élevage intensif» le 25 septembre prochain.

    Articles en relation


    «Avant, on mangeait tout dans le porc»

    Tout est bon dans le cochon, dit-on. Mais les pieds de porc ne séduisent plus les Suisses. Manger l’entier de l’animal le plus consommé du pays réduirait pourtant le gaspillage. Virée au Jura, terre porcine par excellence, à deux semaines de la votation sur l’élevage intensif.


    Les animaux auront de quoi manger

    L’élevage de porcs et de volaille en Suisse dépend en bonne partie de fourrage acheté à l’étranger. La guerre en Ukraine – le grenier à blé de l’Europe – ne menace pas de vider les auges, mais les porte-monnaies.


    Alimentation: Stop au gaspillage

    Un panier de viennoiseries pour le tiers de son prix: la lutte contre le gaspillage alimentaire peut profiter à tous. En Suisse depuis 2018, la populaire application danoise Too Good To Go a fait sa place parmi d’autres initiatives pour valoriser les invendus.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Son vrai visage

    20-09-2022

    Son vrai visage

    «Ce n’est pas nous qui résolvons les problèmes, mais les personnes elles-mêmes.» Cette conviction, partagée par Jean-Claude Huot, aumônier, anime les acteurs de la Pastorale œcuménique du monde du travail...

    Monde du travail: besoin d’écoute

    20-09-2022

    Monde du travail: besoin d’écoute

    «Les personnes qui viennent me voir ont besoin d’écoute et de temps. Dans le dialogue, je les aide à prendre conscience de leur valeur et à trouver les réponses elles-mêmes.»...

    Un nouvel ordre mondial?

    20-09-2022

    Un nouvel ordre mondial?

    Moscou, Pékin et les six autres membres de l’Organisation de coopération du groupe de Shanghai ont montré leur union face à l’Occident les 15 et 16 septembre lors d’une rencontre...

    Nos lacs pour chauffer nos bâtiments

    20-09-2022

    Nos lacs pour chauffer nos bâtiments

    L’urgence climatique stimule le développement de l’hydrothermie. A Genève, le réseau GeniLac, l’un des plus grands au monde, irriguera des centaines de bâtiments en froid et en chaleur. Car les...

    30 ans de vins bio

    20-09-2022

    30 ans de vins bio

    Parmi les pionniers suisses de la vigne bio, le domaine des Coccinelles a ouvert la voie dans le canton de Neuchâtel en 1992. Pierre Lambert, qui a repris le flambeau...

    Un siècle d’art suisse

    20-09-2022

    Un siècle d’art suisse

    Le Kunstmuseum de Soleure accueille la collection du Seelandais Gerhard Saner, vouée à l’art moderne et contemporain suisse. De Ferdinand Hodler à Max Bill, cet accrochage diversifié offre bien des...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!





    Echo Magazine © Tous droits réservés