Les difficultés du monde musical Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Société
  • A Nyon, le Paléo est le plus grand festival en plein air de Suisse. A Nyon, le Paléo est le plus grand festival en plein air de Suisse. Anna Aznaour

    Les festivals sont de retour avec la saison chaude, mais pas tous les professionnels qui contribuaient à leur bon fonctionnement. Eclairage sur les mutations d’un secteur fragilisé.

    «Le coronavirus a sauvé mon couple!», affirme Séverine*. La petite blonde aux yeux noisette en avait ras-le-bol. Non pas de Maxime*, son compagnon depuis douze ans, mais de son travail. Le trentenaire était ce que l’on appelle, dans le milieu de la musique et des festivals, un roadie. Or, aucun festival, surtout en plein air, ne peut se passer de ces «petites mains» à tout faire.

    Certaines roadies sont les fidèles sherpas des groupes de musiciens qu’ils accompagnent dans leurs tournées. D’autres sont des intermittents du spectacle – profession non reconnue en Suisse – qui montent et démontent les scènes, s’occupent de la technique, de la logistique et de tout ce qui contribue à ce qu’un concert soit possible et audible. Depuis la fin de son apprentissage en menuiserie, Maxime, féru de musique, était l’un d’eux. C’est d’ailleurs grâce à ce travail payé au lance-pierre qu’il a rencontré Séverine en France. Un coup de foudre suivi de deux bambins.

    15A EM30

    La subsistance des roadies

    «A cette époque, je l’accompagnais parfois dans ses voyages, raconte Séverine. Si le confort n’y était pas, et la paie non plus, l’insouciance de la jeunesse et l’ivresse de la musique nous suffisaient. Mais tout a changé à la naissance de notre premier enfant.» Arrive 2020 et la Covid-19, une hécatombe pour le monde de l’événementiel. Déjà guère fortunée, la petite famille se retrouve dans le rouge. Le salaire de secrétaire de la jeune femme, au chômage partiel forcé, et le zéro revenu de Maxime exacerbent les tensions. «Il était rarement là. J’assumais tout…», souffle-t-elle. En 2021, c’est la grande surprise. «Notre troisième gamin sera magicien. Se pointer malgré la pilule, il fallait le faire!», sourit l’heureuse maman. Le papa acquiesce: «Je devais prendre mes responsabilités». Reconverti dans le secteur de la construction, il n’a pourtant pas rompu avec sa passion. Son rêve? Enregistrer un album. «Oui, mais ne rêve pas trop. Tu as déjà vu un Suisse en star mondiale?», plaisante à peine sa tendre moitié.

    Des difficultés de subsistance des roadies à la vie précaire des musiciens, il n’y a qu’un pas et quelques accords de guitare. Malgré la pléthore de festivals en Suisse, la notoriété des artistes locaux est faible sur la scène internationale. Pour plusieurs raisons. Selon Daniel Rossellat, fondateur et directeur du Paléo Festival, la taille du marché local joue un rôle essentiel dans l’éclosion de la renommée: «La Suisse est un petit pays, qui de plus n’investit pas dans l’exportation de ses artistes. Les vedettes romandes sont rarement connues outre-Sarine. Et vice versa. Quant au Paléo, 20% de sa programmation est dédiée aux musiciens suisses, souvent méconnus du grand public malgré leur talent». Complexes et cachets Mathieu Jaton, PDG du Montreux Jazz Festival, parle également de la politique fédérale: «Il y a certes un soutien à la culture en Suisse. Sauf qu’il fonctionne en mode saupoudrage: on donne un peu à tout le monde. Ce qui, au final, n’aide pas vraiment les musiciens. D’autant que, contrairement au cinéma et aux musées, le secteur de la musique ne bénéficie pas d’un programme d’aide fédérale spécifique. Dans un tout autre registre, le caractère suisse, qui valorise la modestie et la discrétion, fait que, chez nous, on n’aime pas créer des stars».

    Quant à Raphaël Nanchen, fondateur des festivals Caprice et Polaris, il pointe la perception de la profession de musicien: «En Suisse, on a souvent un complexe d’infériorité. En Suède, pays qui a le même nombre d’habitants, la profession d’artiste est totalement décomplexée, et même encouragée, tout comme le fait de vivre de son art. Tandis que chez nous, la musique, à part l’enseignement, n’est pas vue comme un métier sérieux ou une discipline à part entière. C’est donc avant tout une question de crédit accordé à une orientation professionnelle».

    En outre, les cachets des musiciens varient beaucoup d’un artiste à l’autre. Ainsi, un festival suisse peut rétribuer un groupe méconnu à hauteur de 400 francs et sortir un chiffre à six zéros pour une tête d’affiche, surtout si la célébrité en question se fait rare sur scène. Cette valorisation dépend beaucoup de la capacité qu’a la vedette d’attirer la foule. Un atout devenu essentiel après l’effondrement de l’industrie du disque (encadré), qui a joué un rôle non négligeable dans l’émergence des festivals à travers le monde. Aujourd’hui, les événements estivaux sont une des principales sources de rémunération des artistes.

    16A EM30

    Exit l’amateurisme

    Autre grande nouveauté ces quinze dernières années dans le secteur de la musique: la professionnalisation du métier de producteur de festival. D’abord en raison de la concurrence féroce. Stefan Breitenmoser, président de l’Association suisse des organisateurs professionnels de concerts (SMPA), confie: «Avec tous les concerts annulés et reprogrammés pour 2022, le marché est face à une suroffre. Cela profite aux grands festivals alors que les petits se heurtent à l’hésitation du public». Ainsi, les préventes pour les événements de l’automne-hiver 2022 ne sont pas encore en cours, contrairement à 2019, «puisque les gens prennent désormais leur décision d’achat à plus court terme. D’où la difficulté pour les promoteurs d’évaluer le seuil de rentabilité de leurs manifestations».

    A cela s’ajoutent le manque de roadies et des coûts d’organisation toujours plus élevés dont la gestion demande des connaissances solides dans les domaines de la comptabilité, de l’assurance, du droit, du marketing, du sponsoring, de la communication et, bien entendu, de la musique! Sans oublier la compréhension de la politique culturelle du pays: si la Romandie n’offre guère de cursus spécialisé en production de festivals, elle compte néanmoins des formations payantes en gestion de projets culturels.

    Ces enseignements font l’objet de diplômes et de certificats obtenus au bout d’une année d’études environ auprès de la Haute école de musique (HEM) ou de la Fondation romande pour la chanson et les musiques actuelles (FCMA). Pour des cours thématiques de quelques heures, il faut se tourner vers l’association Artos qui en propose plusieurs par an. La bonne nouvelle, c’est que «avec moins de 500 francs, on peut créer une association et se lancer dans l’événementiel», souligne Ani Gasparyan, productrice à l’agence MusiKa qui, en pleine pandémie, a lancé le Festival des Bastions avec Stradivarius Art & Sound et le café-restaurant du parc éponyme. 

    *nom d’emprunt

    Anna Aznaour

     

    La dure vie du disque

     

    Avant Thomas Edison, on ne pouvait écouter que de la musique «vivante». Mais, en 1877, avec l’invention du phonographe, le scientifique américain révolutionne le mode de jouissance de cet art. L’enregistrement naît. Depuis, ses supports ont connu des évolutions incessantes: disque, vinyle, cassette audio, CD, MP3, etc. Ainsi, rien que pour l’année 2001, le chiffre d’affaires mondial pour la musique enregistrée tous formats confondus s’élevait à quelque 33,7 milliards de dollars!

    Une industrie sapée par le Net

    Et puis internet est arrivé... Avec sa dématérialisation, sa numérisation et sa «gratuité» de la consommation sur des plateformes en ligne telles que YouTube, Dailymotion, Deezer, Spotify et tant d’autres. Alors, en à peine sept ans, l’industrie du disque s’effondre. Avec elle, c’est tout le modèle économique des producteurs et des musiciens qui subit une transformation profonde. Mais si la visibilité qu’offre le Web assure aux artistes leur quart d’heure de gloire, en revanche il ne les nourrit pas du tout. D’où les nouvelles stratégies des professionnels, qui misent désormais sur la diversification de leurs revenus. Cela passe par la vente de produits dérivés (tee-shirts, accessoires divers, etc.) qui transforme les artistes en marques, nourrissant un star-system dont les réseaux sociaux sont devenus les relais. Dans cette logique, plus un artiste est célèbre, mieux les billets de ses concerts se vendent, attirant les foules dans les festivals, devenus indispensables à la survie de l’industrie. 

     

    Articles en relation


    L’avenir de la culture

    Le grand retour des festivals rythme la vie des Suisses, cet été plus que jamais. On sait pourquoi: les mélomanes en ont été sevrés par la pandémie. Si certains ont pu goûter aux joies de la musique en plein air l’an dernier, c’était dans des conditions rebutantes: masquée, la fête n’était pas au rendez-vous; elle ne l’est vraiment que maintenant.


    BD: revivre grâce aux Beatles

    C’est l’histoire d’une jeune fille perdue entre l’enfance et l’adolescence, souffrant d’une maladie que sa passion pour les Beatles soignera. Alors? On chante «Yeah, yeah, yeah!» avec Magali Le Huche.


    Musique: du souffle et des voix

    Privées de concerts et de répétitions depuis des mois, fanfares, harmonies et chorales espèrent une reprise prochaine. Pour la musique. Pour l’amitié aussi. Sans être bien certaines que tout le monde reviendra répéter.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Son vrai visage

    20-09-2022

    Son vrai visage

    «Ce n’est pas nous qui résolvons les problèmes, mais les personnes elles-mêmes.» Cette conviction, partagée par Jean-Claude Huot, aumônier, anime les acteurs de la Pastorale œcuménique du monde du travail...

    Monde du travail: besoin d’écoute

    20-09-2022

    Monde du travail: besoin d’écoute

    «Les personnes qui viennent me voir ont besoin d’écoute et de temps. Dans le dialogue, je les aide à prendre conscience de leur valeur et à trouver les réponses elles-mêmes.»...

    Un nouvel ordre mondial?

    20-09-2022

    Un nouvel ordre mondial?

    Moscou, Pékin et les six autres membres de l’Organisation de coopération du groupe de Shanghai ont montré leur union face à l’Occident les 15 et 16 septembre lors d’une rencontre...

    Nos lacs pour chauffer nos bâtiments

    20-09-2022

    Nos lacs pour chauffer nos bâtiments

    L’urgence climatique stimule le développement de l’hydrothermie. A Genève, le réseau GeniLac, l’un des plus grands au monde, irriguera des centaines de bâtiments en froid et en chaleur. Car les...

    30 ans de vins bio

    20-09-2022

    30 ans de vins bio

    Parmi les pionniers suisses de la vigne bio, le domaine des Coccinelles a ouvert la voie dans le canton de Neuchâtel en 1992. Pierre Lambert, qui a repris le flambeau...

    Un siècle d’art suisse

    20-09-2022

    Un siècle d’art suisse

    Le Kunstmuseum de Soleure accueille la collection du Seelandais Gerhard Saner, vouée à l’art moderne et contemporain suisse. De Ferdinand Hodler à Max Bill, cet accrochage diversifié offre bien des...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!





    Echo Magazine © Tous droits réservés