Donner sens

Donner sens 123 rf

Vulnérables. Nous sommes vulnérables. Tous. Le virus touche des proches, des amis, des voisins, des collègues. S’il frappe en priorité les personnes âgées, il peut très bien nous atteindre.

D’où une série de mesures à respecter, pour soi et pour autrui: se protéger, c’est protéger les autres. En nous y tenant, nous stopperons la pandémie pour reprendre notre vie d’avant. Ce confinement forcé n’aura été qu’une parenthèse dans le cours du monde et de nos existences d’êtres humains pressés et stressés.

Au fond de nous, nous savons bien que non. Que ce scénario prendra bien plus de temps que nous nous l’étions imaginé et que personne ne sortira indemne d’une expérience tout à la fois inédite et angoissante: le coût humain et économique de cette pandémie, nous le sentons, sera énorme.

Au vrai, nous ne savons pas où nous allons, nous naviguons à vue, et les chiffres que nous livrent chaque jour les médias ne font qu’accroître notre malaise. Tous vulnérables: dans notre corps, dans notre esprit. Personne n’y échappe. La preuve: la moindre victoire sur le mal est applaudie – à juste titre – et nous nous raccrochons à la plus petite lueur d’espoir.

Vulnérables et dépassés. Il nous reste une chose, dont nous sommes responsables, dit Stefano Biancu, professeur de philosophie à Rome: l’espérance. Non pas «l’illusion que le mal ne nous frappera pas, l’illusion de ne pas être vulnérables», mais «la confiance dans le fait que cet immense non-sens peut avoir un sens». Si nous faisons de ce ralentissement forcé un temps «pour rêver un monde différent et en faire le projet». Si nous semons aujourd’hui les graines d’un autre avenir. Car demain ne sera pas comme hier. Il ne pourra pas l’être.

Articles en relation


La rentrée du virus

Les vacances ne sont pas terminées que, déjà, des Etats prennent de nouvelles mesures face à une recrudescence des cas de Covid-19. L’inquiétude grandit à l’approche de l’automne.


Été 2021: vacances au pays!

Olga, Luca et Pamela désirent revoir leurs parents après des mois de relation à distance due à la pandémie: ces trois trentenaires exilés racontent leur grande soif de retrouvailles.


Sénégal: Peur du vaccin

Au Sénégal, la population ne se bouscule pas pour se faire vacciner contre la Covid-19, car elle n’y croit pas vraiment. En cause? Une communication ratée.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo