Une question à la foi: Quand baisser la tête?

Les chrétiens catholiques vont célébrer la Fête-Dieu ce jeudi (dans les cantons catholiques) ou ce dimanche (ailleurs). A cette occasion, il n’est pas inutile de rappeler un geste de la messe encore souvent effectué au mauvais moment.

Alors, rubrique catho cette fois-ci? Pas forcément, car toute personne, quelle que soit sa provenance et sa confession, qui se retrouve dans une messe et tente d’en suivre les gestes en regardant «comment font les habitués» peut être intéressée par cet élément. En bon nombre de lieux, les fidèles baissent la tête au moment précis où le prêtre élève l’hostie et font de même au moment où il élève la coupe. Quand j’étais enfant, en regardant les gens de ma paroisse faire cela, je croyais qu’il était interdit de regarder l’hostie ainsi que la coupe lors de leurs élévations respectives. Rien de plus inexact... mais l’usage et les années ont voulu qu’on incline la tête de plus en plus tôt, machinalement, jusqu’au contresens total: ne pas regarder celui qu’on nous montre et qui vient à nous. Or c’est précisément là qu’il convient de regarder l’hostie, puis la coupe. Ce n’est qu’ensuite, au moment où le prêtre s’agenouille, ayant reposé l’hostie et la coupe sur l’autel, que l’on incline la tête, révérence à notre roi, le Christ, présent dans le mystère de ce repas sacré.

Vincent Lafargue

Articles en relation


Abus en Eglise: Comment tuer Jésus?

Chaque fois que l’Eglise passe un abus sous silence, elle rejoue le scénario de la Passion avec Jésus dans le rôle de la victime. Dans son ouvrage Comment tuer Jésus?, le théologien Philippe Lefebvre met des mots bibliques sur la crise des abus et leur mécanisme destructeur.


Eglise: accepter le changement

Quelle place et quel rôle pour l’Eglise dans la société actuelle? Quelle mission? Quel avenir? Ces questions forment la trame de Foi & religion dans une société moderne du cardinal Joseph De Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles. Un livre réaliste, tonique et riche d’espérance.


L’appel du cardinal

Feu la chrétienté! Le philosophe français Emmanuel Mounier le disait déjà en 1950 – c’est le titre d’un de ses livres –, invitant les chrétiens à s’ouvrir à la société de leur temps. Etonnamment moderne, il écrivait: «Nous n’avons pas à apporter le spirituel au temporel, il y est déjà. Notre rôle est de l’y faire vivre, proprement de l’y communier.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo

 

 

voyage alpes home