JMJ en ligne

Des temps de louange en musique et en chansons dans la crypte ont rythmé ces JMJ particulières. Des temps de louange en musique et en chansons dans la crypte ont rythmé ces JMJ particulières.

C’est la paroisse de la Trinité à Berne qui a accueilli, du 23 au 25 avril, en ligne pandémie oblige, les troisièmes JMJ nationales sur le thème «Lève-toi: car je t’établis témoin des choses que tu as vues» (Ac 26, 16). Les jeunes se sont aussi retrouvés dans leur région.

Pas de grand rassemblement, mais des jours intenses vécus au rythme de trois temps forts en direct de Berne: la formule mixte des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) nationales BEONLINE a tenu ses promesses. Au programme en ligne: concert par le duo Two & The Sun, temps de louange, témoignages, ateliers, questions à Mgr Alain de Raemy, évêque des jeunes, présent à Berne. Les participants se sont en outre rassemblés chez eux et dans leurs paroisses pour prier, s’interroger et partager.

QUEL EST TON ETIENNE?

Dans ses enseignements, le Père Jean- Paul Hernandez, jésuite à Naples, a invité les jeunes à devenir témoins à la suite de Paul: «Nous aussi, nous sommes appelés à parler de ce que nous avons vu».A«entrer dans l’aventure de la Résurrection à la suite d’Etienne, premier martyr, qui a fait capituler Saul». «Et toi, quel est ton Etienne?», a lancé le jésuite après un temps de louange et d’adoration dans la crypte le samedi soir. A sa suite, «nos blessures sont des lieux de rencontre avec le Christ et de fécondité qui nous font témoins».

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


DÉCOUVRIR LA BIBLE

Audrey Boussat, 23 ans, titulaire d’un master en droit, est engagée dans la paroisse de Nyon pour l’organisation des messes animées par les jeunes et rédactrice pour L’Essentiel de l’Unité pastorale Nyon-Terre Sainte. Elle a vécu pleinement ces JMJ dans l’église de Nyon avec les membres du groupe de jeunes le vendredi, des amis chez elle le samedi et seule dans son salon le dimanche «pour un moment plus introspectif avec Dieu». Ce qu’elle en retient? «J’ai participé à un atelier sur la lecture de la Bible qui m’a profondément touchée. A tel point que je m’en suis acheté une après la fin de la présentation! Les conseils reçus pour semettre à l’écoute de la Parole de Dieu me promettent desmoments de lecture enrichissants. » Des JMJ «fantastiques, mais l’ambiance d’un rassemblement de jeunes passionnés par Dieu est difficilement transmissible par écran interposé. Ne pas faire de nouvelles rencontres m’a manqué».

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



 

Le sens de l’accueil

35B EM17Pour trouver l’abbé Christian Schaller, curé de la Trinité, mieux valait être à la cuisine que dans la crypte de la Trinité durant ces trois jours. Car – hélas, cela ne s’est pas vu à l’écran! –, ce fin cuisinier a régalé le comité, aux fourneaux une bonne partie de la journée. Avec une joie communicative, car «se savoir accueilli ne s’oublie pas», il en est convaincu. Comment a-t-il vécu ces JMJ? «J’ai été heureux de recevoir dans ma paroisse, même en ligne, les participants à ces journées spéciales. Je me suis avant tout occupé de la cuisine et de l’accueil afin que tous se sentent à l’aise.»

GdSC

  

Articles en relation


Le pasteur et les chapelets

A Bourguillon, sur les hauts de Fribourg, depuis février, ce sont des évangéliques qui proposent aux pèlerins et passants des statuettes de saints et des crucifix. A quelques mètres d’un sanctuaire marial.


Une question à la foi: N’était-il pas saint?

En préparant des obsèques, tout récemment, j’entends cette phrase surgir tout à coup tel un diable de sa boîte: «Oh, vous savez, ce n’était pas un saint». Eh bien… je n’en suis pas si sûr. Si l’on prend le terme dans le sens où trop de gens semblent encore l’entendre – saint signifiant personne parfaite –, alors effectivement le défunt en question n’était pas un saint. Moi non plus d’ailleurs. Et chaque lecteur, chaque lectrice peut en dire autant.


La première en chemin

L’Assomption? Qu’est-ce que c’est? Ça existe encore? Dans un monde en perte de repères religieux, Noël ou Pâques passe encore – au mieux, nous nous retrouvons en famille pour célébrer la naissance de Jésus et la Résurrection, avec des vacances à la clé –, mais l’Assomption… d’autant que cette fête tombe en plein été, synonyme de vacances.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!