GE: 1200 électeurs de plus

1200 personnes avec handicap ont désormais le droit de voter à Genève. Toutes n’en ont toutefois pas la capacité. 1200 personnes avec handicap ont désormais le droit de voter à Genève. Toutes n’en ont toutefois pas la capacité.

Le 7 mars à Genève, les personnes «durablement incapables de discernement » pourront élire et voter aux niveaux cantonal et communal. Une première en Suisse. Qui pourrait faire des émules.

POURQUOI DE NOUVEAUX ÉLECTEURS?

En novembre 2020, 75% des Genevois ont accepté de restituer leurs droits politiques aux personnes avec handicap mental ou psychique. Ils ont suivi le Grand Conseil et le Conseil d’Etat pour qui il y avait une «composante symbolique forte» à faire passer le droit d’élire et d’être élu avant toute forme de restriction. Genève met ainsi en oeuvre, à son niveau, une convention de l’ONU que la Suisse a ratifiée en 2014 et qui lui impose de garantir une participation pleine et effective des personnes handicapées à la vie politique. Ce qu’elle ne fait pas. Le comité onusien responsable «ne manquera pas d’aborder ce sujet lors du dialogue constructif avec la Suisse», lit-on dans une récente newsletter du Bureau fédéral de l’égalité pour les personnes handicapées.

QUI SONT CES ÉLECTEURS?

Il s’agit des personnes placées sous curatelle de portée générale, soit qui ont «particulièrement besoin d’aide, en raison notamment d’une incapacité durable de discernement», selon le Code civil. Elles sont un peu plus de 1200 à Genève. Dans les pages suisses de son édition du 25 février, l’hebdomadaire allemand Die Zeit met en avant l’exemple d’un autiste de 25 ans qui se rendra au local de vote le 7 mars. Avec l’aide de sa mère, qui promet de lui présenter les enjeux de manière neutre.

Y A-T-IL DES RISQUES?

Certains craignent que le vote de ces nouveaux électeurs ne soit influencé, voire dicté, par leurs proches. Ce risque existe, reconnaît dans Die Zeit le président d’Insieme Genève, l’association de parents et d’amis de personnes vivant avec une déficience intellectuelle. Mais Augusto Cosatti relève qu’il est présent dans l’ensemble de la population: «Des familles et des couples votent souvent de la même manière».

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


VOTERONT-ILS?

Si tous participaient, l’impact sur l’issue du scrutin (élection complémentaire au Conseil d’Etat et indemnisations liées à la crise sanitaire) serait faible: le canton de Genève compte un peu plus de 270’000 citoyens.Mais tous ne voteront pas. Un handicap trop lourd empêchera certain d’entre eux de se faire une opinion et, donc, de se prononcer. Ils peuvent aussi s’abstenir. Comme beaucoup d’autres. L’accès à l’information est en outre un défi: les objets de votation peuvent être complexes à expliquer et les brochures des autorités n’existent pas encore en langage simplifié.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



QUELLES SUITES EN SUISSE?

Le Valais prépare une modification législative, le Parlement vaudois se prononcera en juin sur les droits politiques des personnes sous curatelle de portée générale et le débat parlementaire est lancé à Berne et à Neuchâtel. En revanche, le Grand Conseil fribourgeois a refusé d’agir en septembre, préférant observer les évolutions fédérales. Pour l’heure, la législation actuelle suffit au Conseil fédéral: elle «satisfait dans une large mesure» la convention de l’ONU. Interpellé, le Conseil national pourrait être d’un autre avis.

Articles en relation


France: le retour de la vieille droite

L’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République en 2017 et la création de son mouvement La République en marche (LRM) semblaient avoir fait le vide – ne subsistaient que, tout à droite, le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen, appelée à l’affronter au deuxième tour de la présidentielle de 2022, et, à l’autre extrême, les Insoumis de Jean Luc Mélenchon. Or les élections régionales, marquées par l’abstention de deux tiers des Français, renforcent les partis traditionnels – Les Républicains surtout.


Pérou: et le président?

Le Pérou, seul pays à avoir connu trois présidents en une semaine, l’an dernier, est une fois de plus en ébullition. Samedi, à Lima, Cuzco et Ayacucho, des centaines de milliers d’hommes et de femmes sont descendus dans la rue pour dénoncer les «tentatives de putsch» de Keiko Fujimori qui, selon les manifestants, devrait accepter sa défaite dans les urnes.


Point chaud: La Suisse hors du cadre

On en parle depuis une semaine: la Suisse refuse définitivement de signer l’accord-cadre avec l’Union européenne (UE). Mais de quoi s’agit-il? Et est-ce si grave?

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo

 

 

voyage alpes home