Pas de retraite pour Sisyphe Spécial

Écrit par 
  • Publié dans Edito

  • On ne peut pas imaginer Sisyphe heureux. Rouler un rocher au sommet d’une montagne pour le voir ensuite dévaler la pente en sens inverse et reprendre sa position initiale n’a rien d’enthousiasmant. Sans compter qu’à la pénibilité morale due à la répétition de la tâche s’ajoute la pénibilité physique, lassitude et fatigue exigeant à la longue un surcroît d’effort.

    Un effort plus important, plus coûteux, c’est la réalité des tentatives de révision de l’AVS. Trois échecs en vingt ans ont replacé le rocher des rentes au bas de la montagne du 1er pilier. En creusant, à chaque dégringolade, le sillon de ses perspectives financières. La pierre est ainsi devenue progressivement un peu plus lourde à pousser.

    La pierre est ainsi devenue progressivement un peu plus lourde à pousser.

    Les femmes ont raison de s’en plaindre, les hommes aussi. On entend relever l’âge de la retraite des premières, mais tous auront leur part, même les retraités: la hausse de la TVA, aussi insensible qu’on nous la promette, touchera tout le monde. Ces deux mesures ont un caractère égalitaire, c’est-à-dire injuste, mais rien de mieux n’a été sérieusement proposé jusqu’ici. Et les prochaines réformes, qui pourraient bien passer par une hausse des cotisations, rendront le mécontentement universel.

    Si on ne peut pas imaginer Sisyphe heureux, c’est aussi parce que son travail ne lui ouvre aucune perspective, ne lui promet aucun repos. C’est à cette aune-là que doivent se mesurer l’effort qui nous est demandé et ceux qui suivront. Il est important que les travailleurs puissent croire en leur future rente et que les retraités voient arriver la fin du mois avec confiance. Leur dignité vaut bien quelques efforts; à cela tient la force d’un système qui se veut solidaire. Et c’est pourquoi le 1er pilier est précieux entre tous.

    Bien sûr, si elle est acceptée le 25 septembre, la révision de l’AVS ne retiendra pas le rocher au sommet de la montagne; il continuera de redescendre tous les cinq ou dix ans, au gré de l’évolution démographique et de la relation au travail. Il faudra le pousser à nouveau, mais le chemin sera un peu moins long que s’il retrouve son point de départ. Il restera alors au monde politique à trouver un moyen de rendre le poids du rocher supportable à tous en protégeant ceux qui, toute une vie de salarié durant, auront porté un fardeau plus lourd que les autres. 

    Articles en relation


    La famille pour sauver les retraites?

    Faire travailler les femmes jusqu’à 65 ans est proposé depuis vingt ans pour rééquilibrer les comptes de l’AVS. Le problème est connu: les actifs ne sont plus assez nombreux pour financer les rentes. La politique familiale pourrait aussi faire partie de la solution.


    Retraite: interview de Ruth Dreifuss

    Les conseillers fédéraux Pascal Couchepin et Didier Burkhalter (PLR) s’y sont cassé les dents, Alain Berset (PS) aussi: personne n’est parvenu à réformer l’AVS depuis Ruth Dreifuss (PS) en 1995. Elle a également fait passer la seule révision de la LPP.

    Se connecter

    A lire dans l'Echo de cette semaine

    Un billet pour tous

    22-11-2022

    Un billet pour tous

    Acheter son billet de bus en ligne au lieu de devoir préparer sa monnaie pour le distributeur ou faire la queue au guichet: un gain de temps, un progrès, pense-t-on...

    Billets de bus en voie de disparition

    22-11-2022

    Billets de bus en voie de disparition

    Sera-t-on bientôt obligé d’avoir un Smartphone pour acheter un titre de transport public? Le développement de la vente numérique avance à vitesse grand V pour de nombreuses compagnies. Exemple à...

    Pendulaires: le raccourcie lacustre

    22-11-2022

    Pendulaires: le raccourcie lacustre

    Des milliers de frontaliers lémaniques rejoignent chaque jour leur travail par bateau. La CGN s’apprête à lancer des navires rapides et moins énergivores; le bilan carbone est positif.

    Grands-parents pour le climat

    22-11-2022

    Grands-parents pour le climat

    L’association Grands-parents pour le climat offre des formations aux seniors inquiets pour les générations futures. Objectif: leur suggérer des pistes d’action. Reportage à Meyrin le 14 novembre.

    Quand les mots de la messe changent

    22-11-2022

    Quand les mots de la messe changent

    Après avoir été reportée à deux reprises, la nouvelle traduction du missel sera officiellement introduite dans toutes les paroisses catholiques de Suisse romande le 27 novembre. Les changements sont mineurs...

     

    Essayez l'Echo sans compromis


    Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

    En savoir plus

     

    NEWSLETTER

    Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!





    Echo Magazine © Tous droits réservés