Le petit dernier des péchés

Le pape François souhaite introduire le «péché écologique» dans le catéchisme. Evidente quand on contemple l’Amazonie éventrée, cette notion l’est moins dans la vie courante.

«Impossible de sauver la planète sans sauver son prochain»

Il y a cinq ans, François secouait la planète avec l’encyclique Laudato si’ sur l’écologie intégrale. Depuis, qu’est-ce qui a changé dans l’économie mondiale et le coeur des hommes, tous deux frappés par le coronavirus? Réponse de l’économiste Paul Dembinski, qui rappelle la dimension «avant tout sociale» de l’encyclique.

Frère François

 

Rarement une encyclique aura suscité autant de réactions. Il y a cinq ans, Laudato si’ de François marquait une inflexion de taille dans l’histoire de l’Eglise tout comme dans la prise de conscience mondiale de la crise climatique.

Ultime signal

Le Covid-19 serait-il le dernier signal que nous donne la Terre pour que nous changions radicalement notre manière de produire, de consommer, de vivre? Comme le souligne pertinemment un collectif de sept chercheurs, dont le professeur Dominique Bourg, dans un manifeste de «propositions pour un retour sur Terre» publié dans La pensée écologique, le coronavirus nous a sévèrement rappelés à notre vulnérabilité. Il nous ramène toutes et tous à notre condition humaine biologique. Il appartient à la famille des zoonoses, ces maladies et infections dont les agents se transmettent des animaux vertébrés à l’être humain et vice versa.

Aurélien, son ange et le coronavirus

L’ange contemple Aurélien, rempli de compassion. Le jeune homme attend fébrilement le retour de sa mère Marie, infirmière à l’hôpital, partie très tôt ce matin, la peur au ventre, à la pensée du grand nombre de patients gravement atteints par le Covid-19. Aurélien se demande si sa mère ne va pas, à son tour, être contaminée. L’ange n’a pas un grand cœur. Il est lui-même un cœur, minuscule, atomique, niché dans celui d’Aurélien dont il ressent tous les battements au gré de ses émotions.

Les jours d’après

Lausanne, mercredi 5 avril 2023. Il y a tout juste trois ans, une pandémie provoquée par le Covid-19 commençait à ébranler sérieusement la planète non seulement dans son économie, mais surtout dans la conscience de ses habitants. Tous les pays étaient concernés.

Se connecter

A lire dans l'Echo de cette semaine

Sans religion, impossible de comprendre le monde

24-05-2022

Sans religion, impossible de comprendre le monde

Le fait religieux a-t-il encore la place qu’il mérite dans la presse généraliste romande? Oui, à en croire les journalistes spécialisés, qui craignent néanmoins que l’espace dédié à cette question...

L’oreille du cœur

24-05-2022

L’oreille du cœur

Les lecteurs de l’Echo Magazine le savent bien: la religion ne se résume pas à l’extrémisme islamique, au scandale des abus sexuels dans l’Eglise catholique, aux déplacements du pape François...

La foi perd le signal

25-05-2022

La foi perd le signal

Les émissions spirituelles se font rares partout. Faut pas croire disparaîtra de la RTS en fin d’année après la rediffusion d’anciens épisodes. A Bienne, Paraboliques et TélEglise rendent aussi l’antenne.

Election en Colombie

24-05-2022

Election en Colombie

A moins d’une fraude massive ou de l’assassinat de son candidat, Gustavo Petro, la gauche devrait gagner les élections présidentielles du 29 mai, ce qui constituerait une première dans l’histoire...

BD: Derborence en roman graphique

24-05-2022

BD: Derborence en roman graphique

Le dessinateur genevois Fabian Menor met en cases Derborence, le classique de Charles-Ferdinand Ramuz. Cette œuvre réussie est la première d’un triptyque de romans graphiques que les Editions Helvetiq consacrent...

 

Essayez l'Echo sans compromis


Recevez l'Echo à domicile GRATUITEMENT pendant 1 mois

En savoir plus

 

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos contenus et promotions en exclusivité!





Echo Magazine © Tous droits réservés