Le temps des actes

La preuve est faite: les abus sexuels commis depuis 1950 dans l’Eglise de France sur des mineurs et des personnes vulnérables ne sont pas le fait de moutons noirs; ils ont une dimension systémique. Ils relèvent de défaillances et de négligences qui se sont produites à tous les niveaux de l’institution, entretenues par un entre-soi clérical nourri de complicités et de silences coupables. Le diagnostic est terrible, les chiffres effrayants: 330’000 victimes dont 216’000 par des consacrés – les laïcs n’en sortent pas indemnes, ce qui ne laisse pas d’interroger (lire notre dossier).

Autant d’histoires singulières, autant de vies brisées, autant de dégâts qui perdurent jusqu’à aujourd’hui tant est immense et indélébile le traumatisme subi. Une telle effraction dans l’intime laisse des traces que seules les victimes peuvent comprendre. Si profondes qu’elles imprègnent toute l’existence, rendant la parole fort douloureuse, voire impossible. Peut-on imaginer le chemin parcouru par celles et ceux qui ont témoigné? Sans eux il n’y aurait pas de rapport, sans leur courage et leur désir d’obtenir justice, et sans l’écoute et la confiance des membres de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise (CIASE): car c’est bien le travail réalisé ensemble jusque dans les tréfonds d’une commune humanité qui a permis la mise au jour d’une réalité aussi intolérable que tue.

Il s’agit de reconnaître, de réparer, de réformer. D’agir. Dès à présent.Le rapport Sauvé met l’Eglise de France en face de ses responsabilités: plus possible de reculer, de tergiverser, d’hésiter. Il s’agit de reconnaître, de réparer, de réformer. D’agir. Dès à présent. Les chiffres sont là, et les témoignages, qui disent l’ampleur du désastre. Si l’Eglise est gangrenée aujourd’hui par le mal des abus sexuels, spirituels et de conscience, c’est qu’elle a laissé faire, trop longtemps, pour sauver la façade. Mais celle-ci s’est lézardée, dévoilant l’envers du décor: des milliers de prêtres, de religieux, de religieuses et de laïcs abusant d’enfants en toute impunité, salissant l’innocence et semant la mort. Eux censés, les premiers, donner l’exemple.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


Dans notre pays, des structures sont en place depuis plusieurs années pour écouter les victimes et rechercher une conciliation en vue notamment d’une réparation financière. Et la Conférence des évêques suisses veut lancer début 2022 une étude à large échelle menée par des chercheurs indépendants pour une vue d’ensemble des abus sexuels en Eglise. Gageons que le tableau ne sera pas plus beau et que les mesures à prendre seront tout aussi radicales et urgentes.

Au-delà des demandes de pardon et des réparations, l’Eglise doit impérativement se réformer en profondeur. Elle doit revoir ses pratiques et repenser sa structure hiérarchique pour la mettre au service de la fraternité dans une fidélité à l’Evangile qui l’invite à prendre soin d’abord des plus petits. C’est d’une conversion qu’il s’agit, du renversement annoncé par Marie dans le Magnificat.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



Articles en relation


Hérémence: une «cathédrale de béton»

Il y a cinquante ans, le petit village valaisan d’Hérémence se dotait d’une nouvelle église alliant audace et solidité. Dédiée à saint Nicolas de Myre, elle fait la fierté des paroissiens et attire les touristes.


Tous ont voix au chapitre

Inauguré le 10 octobre, le synode sur la synodalité, une consultation qui s’étendra sur deux ans, veut donner la parole à tous les fidèles pour rendre l’Eglise plus accueillante et participative. Les diocèses romands ont démarré cette «marche ensemble».


L’Église et le féminin

Dans son dernier essai, L’Église et le féminin, la bibliste française Anne-Marie Pelletier revisite, avec une plume précise et offensive, quelques aspects de l’histoire de la relation de l’Église aux femmes. Pour dire le poids des préjugés et la difficulté persistante à penser le féminin.

Téléchargez gratuitement
l'Echo de cette semaine!

Cette semaine, l'Echo Magazine vous
est offert au format PDF en inscrivant
votre adresse email ci-dessous.


NEWSLETTER

Inscrivez-vous à la newsletter de l'Echo et recevez
nos contenus et promotions en exclusivité!



concours echo